Tokyo

MATSUSHIMA – La perle du Tohoku retrouve sa beauté d’avant tsunami

La baie de Matsushima, souvent considérée comme la perle des côtes du Tohoku, se remet petit à petit du tsunami de l’année dernière. Même si les touristes ne sont pas encore au rendez-vous, la plupart des infrastructures et bâtiments ont été réparés et sont aujourd’hui à nouveau ouverts au public

Le pont restauré menant vers l'île de Fukurajima (Photo Damien Corneloup)

Matsushima, c’est d’abord une merveille de la nature. 260 ilots aux falaises escarpées couverts de pins parsèment cette baie aux eaux d’un bleu profond. Située dans la préfecture de Miyagi à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Sendai, la baie fait partie des "Nihon Sankei", les trois plus beaux paysages du Japon, avec l’île de Miyajima et la barre de sable d’Amanohashidate.

Une Histoire liée à de grands hommes du Japon
C’est la baie de Matsushima (littéralement "île pin") qui donne son nom au village homonyme. Il n’était guère qu’une petite bourgade de pêcheurs avant que le célèbre général Masamune Date, ébloui par la beauté de la baie, ne s’y fasse construire une résidence secondaire et n’y restaure le temple zen Zuigan-ji, au début du XVIIe siècle. Un autre grand homme est tombé sous le charme de Matsushima au XVIIe siècle. Le célèbre poète japonais Basho (1644 – 1694), considéré comme le maître du haïku, était arrivé non sans appréhension dans le Tohoku au cours de ses voyages. "Il semblerait que j’ai atteint le bout du monde", se plaignait-il. Néanmoins, il resta sans voix devant Matsushima, et écrit le célèbre haïku qui illustre son manque de mots pour décrire la beauté de la baie : "Matsushima, ah ! A-ah Matsushima ! Matsushima, ah !" Le village, habité aujourd’hui par environ 17.000 personnes, a vécu une existence paisible jusqu’à ce que la baie devienne une destination touristique reconnue à partir de la fin du XXe siècle.

La baie de Matsushima depuis le parc Saigyomodoshinomatsu (Photo D.C)

Matsushima relève la tête après le tsunami
Le tsunami meurtrier du 11 mars dernier, qui a causé la mort de plus de 20.000 personnes le long des côtes du Tohoku, a relativement épargné le village de Matsushima, protégé par sa baie et ses îles. Six personnes y ont tout de même perdu la vie, et les dégâts matériels y furent considérables. Le port et quelques temples en bord de mer ont été très endommagés, et certains ponts menant aux îles ont été détruits par la vague. Le nombre de touristes a chuté instantanément de plusieurs milliers par jour à zéro. De plus, la baie est située à moins de 100 km de la centrale endommagée de Fukushima. Néanmoins, Matsushima a su relever la tête, effectuant rapidement réparations et rénovations. Tous les débris ont été nettoyés, les temples et le port restaurés et les ponts reconstruits. Les séquelles du séisme et du tsunami ne sont presque plus visibles. Tous les centres d’intérêt sont de nouveau ouverts aux touristes, bien que ceux-ci manquent encore à l’appel. Le retour de ces derniers, devenus le moteur économique de la baie, prendra du temps mais Matsushima semble néanmoins sur la bonne voie.

L'allée de cyprès menant au temple bouddhiste Zuigan-ji (Photo D.C)

Des sites touristiques divers
L’attraction principale de Matsushima reste sa baie, qu’il est possible de découvrir de plusieurs façons. Des bateaux partent régulièrement du port du village pour une croisière d’environ une heure qui permet d’observer de près les étonnantes formations rocheuses des îles. Certaines d’entre elles, telles Fukurajima et Ojima, sont reliées à la terre par des ponts et peuvent se visiter à pied, elles sont l’occasion d’une agréable promenade. Le parc de Saigyomodoshinomatsu, qui surplombe le village, offre une vue magnifique sur la baie et ses îles. Matsushima offre également de nombreux autres centres d’intérêt. Le temple bouddhiste zen Zuigan-ji, fondé en 828 et restauré par Masamune Date en 1606, est situé au bout d’une majestueuse allée d’immenses cèdres. Le petit temple Godaido, construit sur une île à peine plus grande que lui, reliée à la terre par un pont, est ouvert au public tous les 33 ans. Pour quiconque veut s’y rendre avant 2039, les douze signes du zodiaque chinois qui ornent sa façade sont visibles depuis l’extérieur. La résidence secondaire de Masamune Date, le Kanran-Tei, peut aussi se visiter. Le village possède également un aquarium exposant la faune marine de la baie et de l’Océan Pacifique. De nombreux restaurants et logements parsèment la baie, des plus modestes aux hôtels de luxe.
Damien Corneloup (http://www.lepetitjournal.com/tokyo.html) vendredi 24 février 2012

Pour se rendre à Matsushima depuis Tokyo, des Shinkansen partent toutes les heures vers Sendai pour 10.590 yens (environ 106 euros). Depuis la gare de Sendai, des trains JR de la ligne Senseki rejoignent, pour 400 yens (4 euros) et en 30 minutes, la gare de Matsushima-Kaigan, depuis laquelle la plupart des sites d’intérêt sont accessibles à pied.

Voir aussi le site de la mairie de Matsushima
Voir aussi le site de l'association touristique de Matsushima

 
Tokyo
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine