Tokyo

MATSUSHIMA – La perle du Tohoku retrouve sa beauté d’avant tsunami

La baie de Matsushima, souvent considérée comme la perle des côtes du Tohoku, se remet petit à petit du tsunami de l’année dernière. Même si les touristes ne sont pas encore au rendez-vous, la plupart des infrastructures et bâtiments ont été réparés et sont aujourd’hui à nouveau ouverts au public

Le pont restauré menant vers l'île de Fukurajima (Photo Damien Corneloup)

Matsushima, c’est d’abord une merveille de la nature. 260 ilots aux falaises escarpées couverts de pins parsèment cette baie aux eaux d’un bleu profond. Située dans la préfecture de Miyagi à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Sendai, la baie fait partie des "Nihon Sankei", les trois plus beaux paysages du Japon, avec l’île de Miyajima et la barre de sable d’Amanohashidate.

Une Histoire liée à de grands hommes du Japon
C’est la baie de Matsushima (littéralement "île pin") qui donne son nom au village homonyme. Il n’était guère qu’une petite bourgade de pêcheurs avant que le célèbre général Masamune Date, ébloui par la beauté de la baie, ne s’y fasse construire une résidence secondaire et n’y restaure le temple zen Zuigan-ji, au début du XVIIe siècle. Un autre grand homme est tombé sous le charme de Matsushima au XVIIe siècle. Le célèbre poète japonais Basho (1644 – 1694), considéré comme le maître du haïku, était arrivé non sans appréhension dans le Tohoku au cours de ses voyages. "Il semblerait que j’ai atteint le bout du monde", se plaignait-il. Néanmoins, il resta sans voix devant Matsushima, et écrit le célèbre haïku qui illustre son manque de mots pour décrire la beauté de la baie : "Matsushima, ah ! A-ah Matsushima ! Matsushima, ah !" Le village, habité aujourd’hui par environ 17.000 personnes, a vécu une existence paisible jusqu’à ce que la baie devienne une destination touristique reconnue à partir de la fin du XXe siècle.

La baie de Matsushima depuis le parc Saigyomodoshinomatsu (Photo D.C)

Matsushima relève la tête après le tsunami
Le tsunami meurtrier du 11 mars dernier, qui a causé la mort de plus de 20.000 personnes le long des côtes du Tohoku, a relativement épargné le village de Matsushima, protégé par sa baie et ses îles. Six personnes y ont tout de même perdu la vie, et les dégâts matériels y furent considérables. Le port et quelques temples en bord de mer ont été très endommagés, et certains ponts menant aux îles ont été détruits par la vague. Le nombre de touristes a chuté instantanément de plusieurs milliers par jour à zéro. De plus, la baie est située à moins de 100 km de la centrale endommagée de Fukushima. Néanmoins, Matsushima a su relever la tête, effectuant rapidement réparations et rénovations. Tous les débris ont été nettoyés, les temples et le port restaurés et les ponts reconstruits. Les séquelles du séisme et du tsunami ne sont presque plus visibles. Tous les centres d’intérêt sont de nouveau ouverts aux touristes, bien que ceux-ci manquent encore à l’appel. Le retour de ces derniers, devenus le moteur économique de la baie, prendra du temps mais Matsushima semble néanmoins sur la bonne voie.

L'allée de cyprès menant au temple bouddhiste Zuigan-ji (Photo D.C)

Des sites touristiques divers
L’attraction principale de Matsushima reste sa baie, qu’il est possible de découvrir de plusieurs façons. Des bateaux partent régulièrement du port du village pour une croisière d’environ une heure qui permet d’observer de près les étonnantes formations rocheuses des îles. Certaines d’entre elles, telles Fukurajima et Ojima, sont reliées à la terre par des ponts et peuvent se visiter à pied, elles sont l’occasion d’une agréable promenade. Le parc de Saigyomodoshinomatsu, qui surplombe le village, offre une vue magnifique sur la baie et ses îles. Matsushima offre également de nombreux autres centres d’intérêt. Le temple bouddhiste zen Zuigan-ji, fondé en 828 et restauré par Masamune Date en 1606, est situé au bout d’une majestueuse allée d’immenses cèdres. Le petit temple Godaido, construit sur une île à peine plus grande que lui, reliée à la terre par un pont, est ouvert au public tous les 33 ans. Pour quiconque veut s’y rendre avant 2039, les douze signes du zodiaque chinois qui ornent sa façade sont visibles depuis l’extérieur. La résidence secondaire de Masamune Date, le Kanran-Tei, peut aussi se visiter. Le village possède également un aquarium exposant la faune marine de la baie et de l’Océan Pacifique. De nombreux restaurants et logements parsèment la baie, des plus modestes aux hôtels de luxe.
Damien Corneloup (http://www.lepetitjournal.com/tokyo.html) vendredi 24 février 2012

Pour se rendre à Matsushima depuis Tokyo, des Shinkansen partent toutes les heures vers Sendai pour 10.590 yens (environ 106 euros). Depuis la gare de Sendai, des trains JR de la ligne Senseki rejoignent, pour 400 yens (4 euros) et en 30 minutes, la gare de Matsushima-Kaigan, depuis laquelle la plupart des sites d’intérêt sont accessibles à pied.

Voir aussi le site de la mairie de Matsushima
Voir aussi le site de l'association touristique de Matsushima

 
Tokyo

PRENONS DE LA HAUTEUR - Tokyo, vue d'en haut

La ville de Tokyo émerveille, d'en bas comme d'en haut. Elle regorge de points d'observation élevés qui dévoilent sa grandeur et son architecture particulière. De jour comme de nuit, ces observatoires permettent, à quiconque s'y aventure, de redécouvrir cette capitale en contre-plongée. De nombreux immeubles et autres tours de communication offrent des panoramas à couper le souffle. Retour sur les cinq plus célèbres observatoires de Tokyo.

TOKYO 2020 - Du baseball à Fukushima

Le Comité Olympique International (CIO) a accepté vendredi dernier que les JO 2020 organisent des rencontres de la compétition de baseball (et de…
Une internationale

BAÏKA – La promesse d’un "voyage à chaque page"

Lancer un nouveau magazine est un pari audacieux. D’autant plus quand on souhaite s’adresser aux plus jeunes et les sensibiliser aux différentes cultures du monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Noémie Monier, éditrice et rédactrice en chef de Baïka, trimestriel dédié aux 8-12 ans qui cherche à travers son magazine à éveiller ses lecteurs à « l’autre », en mêlant fictions, récits mythologiques et documentaires. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire