Téhéran

OMID SHOKOOHI - "C'est une passion de faire découvrir mon pays aux voyageurs francophones"

 Omid est un jeune homme passionné par son métier de guide-accompagnateur francophone, il a partagé avec nous son expérience et nous a parlé de ce qui l'avait conduit à vouloir travailler dans ce domaine.

lepetitjournal.com/Téhéran - Depuis combien de temps êtes-vous guide ?
 
Omid Shokoohi-
Ça fait deux ans que j'ai obtenu un diplôme de guide-accompagnateur reconnu par l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme.

I'iwan ouest de la mosquée vendredi d'Isfahan. Photo par: Omid Shokoohi

Pourquoi avoir choisi le domaine touristique et plus présicément le métier de guide ?
 
Chaque fois que vous voyagez, pour quelque raison que ce soit, vous participez à un mouvement global; un mouvement qui a le pouvoir de stimuler le développement sans exclusion, de créer des emplois et de bâtir les sociétés durables que vous souhaitez pour l’avenir; un mouvement qui contribue à la compréhension mutuelle et peut vous aider à préserver l’héritage naturel et culturel que vous avez en commun. J’adore l’Iran, c’est un pays qui m’intéresse pour ses nombreux sites chargés d’histoire. C’est l'un des berceaux de notre civilisation, l'une des premières cultures humaines, l'un des premiers écrits, l'une des premières sédentarisations… Malheureusement, ça fait plus de trente ans que le vrai visage de l'Iran a été détruit par les médias. J'ai lancé une page sur www.facebook.com/EnRoutePourIran pour montrer le vrai visage de mon pays au monde francophone.

Le lac salé d'Ourmia au nord-ouest de l'Iran. Photo par: Omid Shokoohi

Comment décrireriez-vous votre activité ?

Etre guide-accompagnateur consiste à prendre en charge un groupe de touristes et à assurer le bon déroulement de leurs visites et de leur voyage. Il est le garant du respect du contrat passé entre l'agence de voyage et les voyageurs en matière d'hébergement, de transport, d'excursions... Il donc un rôle administratif, mais pas seulement, puisqu'il partage ses connaissances et son amour du voyage avec les touristes lors de visites guidées, d'excursions... Il travaille pour une agence ou un organisateur de voyages. Un bon guide-accompagnateur doit être disponible, dynamique et chaleureux. Passionné, il doit connaître sur le bout des doigts les lieux qu'il fait visiter. Il est très important pour lui  d'être organisé, débrouillard et de faire preuve de sang-froid.

Le mausolée de Cheikh Safi à Ardabil. Photo par: Omid Shokoohi

Quels sont les éléments de votre travail qui vous plaise particulièrement et ceux plus difficiles ?

Découvrir d'autres cultures, d'autres modes de vie, d'autres religions ! Grâce aux touristes francophones, je peux découvrir la culture de beaucoup de pays francophones. Etre loin de ma famille est le coté le plus difficile.

                                     Takht-Soleiman à Takab, Azerbaïdjan occidental en Iran. Photo par: Omid Shokoohi

Quelles sont vos autres activités?

Je travaille également comme journaliste et traducteur.


Parlez-nous un petit peu de votre relation avec la langue française et la la francophonie de façon générale.

Quelqu'un m’a dit « apprendre une langue étrangère, c'est comme déménager dans un autre pays » et c’est vrai, parce que derrière une langue se trouve une culture, et chacune d’entre elles est, d’une manière ou d’une autre, fascinante.
J’ai commencé à étudier le français à 21 ans, quand je suis entré à l’Université Azad de Téhéran. J'ai obtenu en 2013 une licence de la Traduction française et en 2016 une maîtrise de la Traductologie française à l'Universeité Allameh Tabatabaï de Téhéran. J’ai appris le français parce que je voulais comprendre la culture, et certainement que la langue est la clé de la culture et de toutes ses spécificités.

La citadelle de Karim Khan à Chiraz. Photo par: Hussein F Raheem

 

Mikael Setti - (www.lepetitjournal.com/teheran) - lundi 14 novembre 2016 

 
A la Une à Téhéran
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine