Sydney

CHRONIQUE AUSTRALIENNE - La poussière dans les yeux.. suite et fin

Retour à Coolawanyah, dans la ferme de Leslie et Kimberly Parsons située dans la région du Pilbarra au nord ouest du plus grand état du pays, l’Australie Occidentale

 

Photo Carine Caussieu

Un avenir vache ?
"Je ne suis pas très inquiet même si sur la vingtaine de fermes du coin; on n'est plus que 4 ou 5 à être des propriétés familiales. Un quart appartient désormais aux entreprises minières mais ils ne s’en occupent pas", déplore l’aîné des Parsons.

Trêve de bavardage, la chaleur assomme le bétail qui poursuit sa marche le long d’un chemin tracé par un bulldozer en direction d’un nouvel enclos où les bovins passeront la nuit. Leslie mène le cortège, sans oublier de jeter un œil dans le rétroviseur pour surveiller les animaux indisciplinés. Sur les côtés, les motos veillent alors que Tim, un habitué et Ed ferment la marche. Dernier accroc avant de rentrer au camp, une des bêtes s’échappe. Après plusieurs tentatives vaines, les fermiers abandonnent… du moins jusqu’au lendemain et rejoignent le camp couverts de terre. "Demain ce sera plus court, prévoit Calan, on aura fini à l’heure du déjeuner".

Mais le matin venu, les péripéties s’enchaînent. Les Santa Gertrudis, (race de vache initialement originaires du Texas) n’en font qu’à leur tête et passent presque une heure à brouter sous le regard patient de ces "riders"de l’outback. Un peu plus tard, nouveau rebondissement : Richard, le pilote annonce la présence d’un dingo, un chien sauvage local, amateur de chair fraîche et surtout de jeunes génisses ou veaux. Qu’importe, Tim, part à sa rencontre et l’abat sur le champ. Les aînés sont rassurés et la "balade" se poursuit. Calan a vu juste : il est midi quand les troupes rejoignent le camp pour s’octroyer un mini repos du guerrier. Déjà deux semaines qu’ils œuvrent dans le bush sans un seul "day off".


Sur place, Wendy, la seule femme présente gère les stocks de nourriture pour ces dix cow-boys affamés. A une heure de route, Cindy, la femme de Kim prépare également des plats pour leur "tea" à savoir le dîner. "Heureusement, cette opération ne se déroule qu’une fois par an car cela nous revient très cher notamment à cause de la location de l’hélicoptère", commente cette ancienne infirmière. Le mustering effectué, Kim et ses comparses procèdent à l’étiquetage des bêtes pour distinguer mâles et femelles qui seront ensuite transportées par camion jusqu’à la ferme où sera réalisée une nouvelle sélection. Enfin, les bovins seront vendus vers l’Indonésie, le Moyen Orient ou la Grèce. Le gros de la mission est fini et pourtant voilà nos hommes repartis pour un tour à l’affût du bétail éventuellement éparpillé dans les environs. C’est peut être ça, l’amour vache.


L'Indonésie, un enjeu de taille
Yeux crevés, jambes coupées avant d’être tués, dans la presse comme dans les conversations, au pays des kangourous, la polémique fait rage sur les traitements infligés aux bovins par les Indonésiens. "On mange du bœuf depuis la nuit des temps, pas besoin pour autant d’être cruels. Nous n’aimons pas ces méthodes mais on ne va pas prendre le bateau et les empêcher de procéder à leur manière. Et puis une dizaine d’abattoirs seulement sur les 290 d’Indonésie pratique cela" répond Leslie aux attaques d’associations comme Stop live exports.org ou Animals Australia . Selon les chiffres de l’Australian Bureau of Statistics, l’Indonésie reste le principal destinataire du bétail australien puisqu’elle représente près de 60% des exportations du pays.

Carine Caussieu (www.lepetitjournal.com/sydney.html) Mardi 17 Juillet 2012 (publié pour la première fois le mercredi 31 août 2011)

(re)Lire CHRONIQUE AUSTRALIENNE - La poussière dans les yeux, première partie

Sydney

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont…

SANTE - La grossesse en expatriation

Les analyses ont confirmé la bonne nouvelle, vous êtes, bel et bien, enceinte. Certains signes vous avaient mis la puce à l'oreille, mais maintenant…
Actualité Australie

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont annulés. Les personnes ayant obtenu des visas permanents sur des bases humanitaires sont, elles, soumises à trois séries d'examens médicaux, avant leur départ, et une nouvelle fois à leur arrivée en Australie. Les autres détenteurs de visas longues durées doivent, avant de partir, se soumettre à trois semaines de quarantaine.Cette annonce survient alors qu'une jeune fille de 18 ans, arrivée il y a 12 jours en Australie en provenance de Guinée, a été placée à l'isolement dans un hôpital de l'Etat de Queensland après avoir présenté de la fièvre. Les tests se sont révélés négatifs pour le virus Ebola mais elle subira de nouveaux examens ce mercredi.D'autres Etats ont pris également des mesures drastiques comme les Etats-Unis avec l'instauration d'une quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs ayant eu des contacts avec des malades en Afrique de l'Ouest, même en l'absence de symptômes (Etat de New York). La Belgique a déclaré qu'elle avait arrêté les expulsions forcées d'immigrés clandestins vers les pays africains touchés par Ebola.Plus de 10 000 personnes ont été contaminées par le virus Ebola dans huit pays - principalement en Afrique de l'Ouest - depuis le début de l'année, et près de la moitié sont mortes, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Flore Gregorini (Lepetitjournal.com/sydney), jeudi 30 octobre 2014
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.