Sydney

AFE - John Mac Coll : le point sur les bourses scolaires et autres dossiers de votre conseiller

Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE) pour l’Australie depuis 1991 et Président de la Commission des Affaires culturelles, de l’Enseignement et de l’Audiovisuel de l’Assemblée des Français de l'Etranger depuis 12 ans, John Mac Coll fait le point aujourd'hui sur le dossier de l'éducation et de l’aide à la scolarité des enfants d’expatriés vivant dans la zone

Le travail sur les bourses et l'aide à la scolarité
"Le travail sur les bourses est un travail de longue haleine avec la Commission que je préside depuis 12 ans. J'ai toujours pensé qu'il fallait faire évoluer le système des bourses en un système d'aide à la scolarité. Le mot bourse a trop longtemps été confiné aux cas sociaux et n’intègre pas les situations des familles moyennes, celles qui sont juste à la marge. Je préfère le terme d’aide à la scolarité. Le défaut très "jacobin" de ce système aujourd'hui, c'est l'application de critères uniques applicables à tous les pays. C'est un système lourd, il faut vérifier les revenus mais aussi les points de charge. Certaines familles ayant des revenus importants bénéficient de bourses en raison de points de charge élevés (loyer ou remboursement d’emprunt), ce qui n'est pas forcément juste. Nous travaillons à simplifier le système devenu trop complexe, le rendre plus équitable et l’ouvrir à des familles à revenus intermédiaires."

"Au delà de l'aide à la scolarité, il ne faut pas oublier que l'Etat est un des plus gros contributeurs avec 420 millions d’euros pour le budget de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Quel Etat dans ce monde peut-il se targuer de cela ? Il ne faut pas oublier cela et s'assurer que ce budget soit garanti. Indépendamment de ses revenus, une famille française vivant à l'étranger peut encore scolariser un enfant dans le secondaire aujourd’hui, dans un contexte économique difficile".

"Côté gouvernement australien, il va également y avoir un impact avec les subventions qui vont diminuer pour les écoles indépendantes. Il faut que les établissements français qui en bénéficient aujourd'hui fassent attention et anticipent budgétairement ces baisses".

Le projet d'école à Perth et le développement de l'école française de Melbourne
"Nous avons déjà beaucoup travaillé sur ces deux projets. C'est la fonction du Conseiller aussi de préparer cela. Le sénateur André Ferrand sera en visite le mois prochain pour ces deux projets, entre autres. A Perth, le projet est important pour nos entreprises et le monde économique en général. Nous voulions envisager initialement de démarrer l'école de Perth avec la Mission Laïque Française (MLF) ce qui avait le mérite d'être rapide. Mais les choses ont évolué avec le super boum minier et les enjeux d'infrastructures. Nous avons donc constitué un comité de pilotage qui a analysé les données statistiques et les besoins de la communauté et il y aurait aujourd'hui un intérêt marqué d'au moins 200 familles. Ce travail important d'analyse réalisé, il faut maintenant trouver une option intelligente et surtout pérenne. En terme de délai, cela pourrait aller très vite mais plutôt que de démarrer avec la mission laïque nous pourrions peut être essayer quelque chose avec l'AEFE pour une question de pérennité. Car démarrer une école avec une entreprise, c'est bien mais il y a un risque si l'entreprise se retire. Aujourd'hui à Perth, des entreprises comme GDF Suez, Total sont installées et je pense que beaucoup suivront, notamment des PME car c'est une réelle opportunité pour nos compatriotes d'y aller de s'y installer aujourd'hui".

"Le développement de Melbourne, qui est aujourd'hui homologuée mais saturée, est également un projet sur lequel nous travaillons depuis quelque temps. Le secondaire balbutie avec le CNED et il y a un besoin réel. C'est un travail long et qui doit impliquer les résidents locaux. Je ne manquerai de tenir informé nos compatriotes de l'évolution, je l'espère rapide, de ces projets".

Propos recueillis par Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html) mardi 30 octobre 2012

Sydney

THE CORNER - McDonald's lance un nouveau concept de café en Australie

Le groupe McDonald's, connu aujourd’hui pour ses fast-food et sa malbouffe, surfe sur la vague de la culture “café” en Australie et convertit un de ses "McCafe" en un nouveau concept de restaurant baptisé “The Corner”, à des années lumière du traditionnel McDonald's et où toutes les références typiques à l’entreprise américaine ont disparu.

EURVIN SWIMWEAR - Made in Australia

Le Petit Journal.com a mené l'enquête pour savoir qui se cachait derrière la nouvelle marque de maillots de bain australienne EURVIN Swimwear.
Actualité Australie

THE CORNER - McDonald's lance un nouveau concept de café en Australie

Le groupe McDonald's, connu aujourd’hui pour ses fast-food et sa malbouffe, surfe sur la vague de la culture “café” en Australie et convertit un de ses "McCafe" en un nouveau concept de restaurant baptisé “The Corner”, à des années lumière du traditionnel McDonald's et où toutes les références typiques à l’entreprise américaine ont disparu.
A la une
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie