RUGBY - Les Wallabies débutent mal leur tournée

 

Les hommes de Robbie Deans, seconds du dernier Four-Nations, sont en ce moment en tournée en Europe où ils affrontent quatre équipes afin de se jauger au niveau mondial. C’est aussi l’occasion de prendre des points au classement IRB. Ce fameux classement qui déterminera ensuite les poules de la prochaine coupe du monde

Photo Florent Rols

Les Wallabies sont toujours redoutés pour leurs jeux de passes, leur vitesse d’exécution, notamment chez les ¾. Les Australiens ont d’ailleurs terminé il y a un mois un bon Four-Nations, la coupe de l’hémisphère Sud,  en prenant une deuxième place derrière les All Balcks. Mais la tournée ne s’annonçait pas aussi belle que le dernier match à Rosario contre l’Argentine, remporté 25-19. En effet, avant la première rencontre, Sitaleki Timani et Digby Ioane ont dû renoncer à jouer pour cause de blessure. Ces deux joueurs s’ajoutent à l’impressionnante liste d’absents à l’image de James O’Connor ou Will Genia (blessés) ou bien Quade Cooper, suspendu par la fédération australienne pour propos déplacés vis-à-vis de la sélection.  De plus, quelques joueurs comme David Pocock tout juste de retour ou Drew Mitchell qui n’a pas retrouvé son meilleur niveau sont d'autres indices qui pouvaient faire craindre à une fragilité des Wallabies. La force de l’équipe, la ligne de 3/4, étant décimée, le coach a rappelé Nathan Sharpe véritable légende du rugby afin d’amener une expérience précieuse lors des matchs.

En face, la France, l’Angleterre, l’Italie et le Pays de Galle se montrent toujours dangereux à domicile, notamment à l’approche du tirage au sort de la coupe du monde. Les points IRB sont à gagner face aux nations du Sud durant l’automne.

Le premier match au Stade de France samedi 10 novembre a été une cruelle désillusion pour les Wallabies. Les joueurs de Robbie Deans n’ont pu trouver la faille alors qu’ils avaient perforé les Bleus en 2010. Ils sont tombés sur une équipe de France remontée et revancharde alors qu’on ne lui donnait très peu de chances de faire tomber l’ogre des antipodes.  Avec l’audace de la jeunesse à l’image de Wesley Fofana ou Louis Picamoles ou le retour de Frédéric Michalak, les Bleus ont malmené la défense australienne. La mêlée n’a, elle, était qu’une balade pour les locaux qui ont détruit les avants wallabies. Les Australiens devront vite oublier cette défaite (33-6) pour repartir d’Italie et des îles Britanniques avec des victoires.

Florent Rols (www.lepetitjournal.com/sydney) jeudi 15 novembre 2012

 
Sydney

DEBAT TRUMP/CLINTON - Quid des relations US-Australie?

Alors que tous les yeux sont braqués sur les présidentielles aux Etats-Unis et sur le débat opposant les deux candidats, les experts australiens commencent à s'interroger sur les relations futures entre l'Australie et les Etats-Unis.
Actualité Australie

DEBAT TRUMP/CLINTON - Quid des relations US-Australie?

Alors que tous les yeux sont braqués sur les présidentielles aux Etats-Unis et sur le débat opposant les deux candidats, les experts australiens commencent à s'interroger sur les relations futures entre l'Australie et les Etats-Unis.
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine