MELBOURNE CUP - Le faste des dépenses

La Melbourne Cup est LA course hippique australienne, qui a la réputation (bien fondée) d'arrêter la nation le temps d'un parcours de 3200m disputée sur l'hippodrome de Flemington. Et cette année, selon les projections des analystes, les sommes dépensées pour l'édition 2012 devraient battre des records

Flickr cc tpower1978

Après une année 2011 en demie teinte due aux restrictions budgétaires, les sociétés, les parieurs et le public renouent avec le faste et les largesses. Cette année, le montant global des dépenses engagées dans les paris, la restauration, l'habillement et les sponsoring devrait arriver à la somme de $AU 438 millions.

Petits fours et champagne
La part la plus importante des frais ira à la nourriture et aux boissons ($AU 162 millions), et 47 millions seront investis dans l'habillement et les accessoires. Un chiffre un peu en recul car cette années les visiteurs consacreront plus leur budget sur les accessoires plutôt que de renouveler entièrement leur tenue.

Les paris et les touristes
L'autre poste important des dépenses est celui des paris. Avec une augmentation de 7,5% prévue cette année, l'argent des paris devrait atteindre 60 millions pour le jour de la course.
Alors que le soutien financier des société est en hausse, le tourisme et le ventes de tickets d'entrée ne devraient pas battre de record. En effet, la participation à la Melbourne Cup a diminué au cours des dernières années, ce qui a entrainé un baisse de revenus pour le secteur touristique. Cependant, l'affluence des touristes australiens et étrangers devrait rester forte pour ce Melbourne Cup Carnival 2012. Selon le Racing Victoria, l'édition 2011de la course a attiré plus de 125.000 visiteurs (étrangers et inter-états) et pas moins de 240.000 résidents du Victoria. Ce qui a généré 360 millions de recettes pour l'Etat.


Pour finir sur une note moins mercantiliste, sachez qu'il existe même un poème dédié à la Melbourne Cup, écrit en 1986 par une écrivain de Sydney, Vivienne McCredie, dont nous vous avons traduit la première strophe :

"Mais une fois par an à Flemington
Une course de chevaux nous arrête tous
Nous retenons nos respirations et écoutons
L'appel du commentateur
Car jamais n'y a-t-il eu une course
Qui détienne une telle fascination
La course qu'ils courent à Flemington,
La course qui arrête la nation"


Alors, à vos chapeaux ou autres fascinateurs !

Agnès Chupin (www.lepetitjournal.com/sydney.html) Jeudi 1er Novembre 2012

 
Sydney
Actualité Australie

ELECTION PRESIDENTIELLE - Pour qui voteront les Français établis en Australie ?

J-3 avant l'élection présidentielle. La campagne a battu son plein ces derniers mois, et celle-ci, à deux jours près, est sur le point de prendre fin. Qu'ont retenu les électeurs français établis en Australie de cette campagne ? Pour qui iront-ils voter ? Pour qui ne voteront-ils pas ? Quel est le pire candidat à leurs yeux ? Qu'est-ce que cette élection peut changer pour eux ? Quelles sont leurs attentes ? Leurs craintes ? Nous avons posé ces questions à neuf d'entre eux.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé

COACHING - Être pilote de sa vie, ça veut dire quoi ?

Aujourd’hui, j’ai fait une très belle rencontre à Shanghai et cette personne m’a posé une excellente question : “Pour toi, c’est quoi être pilote de sa vie ? Comment est-ce que je peux avoir un peu plus la sensation d’être pilote de ma vie ?”
Expat - Politique

PIERRE VERLUISE – "M. Trump pourrait être une formidable opportunité pour l’Europe"

Contestée par près de la moitié des candidats de cette présidentielle, l’Union européenne n’a jamais semblée aussi fragile. Traversant une crise profonde, la question de son avenir se fait plus prégnante que jamais. Entre référendum de sortie, retour au Franc, et reconquête d’une souveraineté nationale, comment pouvons-nous expliquer un tel euro-scepticisme ? Pierre Verluise, docteur en géopolitique, directeur du Diploweb.com et co-auteur avec Gérard-François Dumont de "Géopolitique de l’Europe. De l’Atlantique à l’Oural" (PUF) nous répond.
Magazine