HISTOIRE - Baudin et Flinders, la course pour la carte de l'Australie

A l'occasion de la sortie du livre de David Hill "The Great Race: The Race Between the English and the French to Complete the Map of Australia" qui raconte la course entre deux explorateurs Nicolas Baudin et Matthew Flinders pour dessiner la cartographie détaillée de l'Australie, lepetitjournal.com revient sur une partie de l'histoire passionnante de la découverte des côtes australiennes

Couverture du livre de David Hill, Editions Random House

Dans l'après-midi du 8 avril 1802, deux explorateurs, l'un français et l'autre anglais se rencontrent dans le sud de l'Australie appelée encore Nouvelle Hollande , à un endroit qui depuis a été baptisé Encounter Bay (la baie de la rencontre). L'ironie de cette rencontre c'est que ces deux hommes étaient envoyés en Australie pour les mêmes raisons par leurs gouvernements respectifs, à savoir, finir la première une cartographie détaillée du continent australien et comprendre pourquoi la cote est et ouest, pourtant distantes de 4000 km faisaient  en fait partie du même continent.  Tout un programme que l'écrivain australien David Hill nous raconte avec passion dans son dernier livre sorti chez Random House la semaine dernière, " The Great Race: The Race Between the English and the French to Complete the Map of Australia".

Cette quête effrénée des deux explorateurs pour être le premier à faire cette carte s'est traduite par deux expéditions extraordinaires qui marquent le point culminant de 200 années d'exploration de la région par les hollandais, le plus célèbre étant Abel Tasman, les Portugais, les Espagnols et bien sûr les Anglais dont le fameux James Cook.

David Hill rappelle bien dans son ouvrage l'unicité de l'expédition de Baudin car elle n’était tournée ni vers le prestige et la conquête, ni vers le commerce ; elle avait un but scientifique : la recherche et la découverte de plantes, de roches et d’animaux, l’amélioration du tracé des routes maritimes, l’observation des mers et du ciel : cartographier, explorer, engranger des connaissances pour l’avenir, tels étaient ses objectifs. L'expédition devait donner forme à une grande partie de cette terre demeurée jusque-là méconnue. Aujourd'hui encore, beaucoup d'endroits, sur les côtes australiennes, portent le nom dont Baudin et son intrépide équipage les avaient baptisés. L'expédition s'est révélée être également l'un des plus grands voyages scientifiques de tous les temps, rapportant des dizaines de milliers de spécimens de plantes inconnues, des échantillons de minéraux, 12 cartons de notes, observations et carnets de voyages, 1.500 esquisses et peintures. Ces descriptions importantes pour les naturalistes et les ethnologues s'accompagnent de cartes géographiques de presque toute la partie sud et ouest de l'Australie ainsi que de la Tasmanie.

L'expédition du Capitaine Matthew Flinders, concurrent du Français et parti 9 mois après lui avait un tout autre but. Flinders devait dresser le relevé complet des côtes de la future Australie. Les Britanniques craignaient que les Français y établissent un comptoir. Flinders mourra quelques jours après la parution de son livre sur son expédition en Australie "A Voyage to Terra Australis" et il reste considéré comme le principal explorateur de l'Australie. De nombreux sites, établissements et monuments australiens portent aujourd'hui son nom.

Ecouter aussi le podcast de SBS radio sur le même sujet. Entretien en anglais de David Hill avec Jean-Noël Ducasse.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html), mercredi 24 octobre 2012

 
Sydney
Actualité Australie
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
shanghai - Communauté

EDITO ETE 2016 - Marche à l’ombre !

Alors que certains d’entre vous ont rejoint la métropole à l’heure de la finale de l’équipe de France à l’Euro 2016, que d’autres…
Expat
Expat - Emploi

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine