VOILE - Histoire de la French Touch dans la Sydney Hobart

Le 26 décembre prochain à 13h exactement et selon la tradition, une centaine de voiliers s’élanceront pour la 68ème course Sydney–Hobart. Cette année est d’autant plus exceptionnelle pour nos compatriotes qu’un bateau français, le "Protect our Playground" (PoP), accompagné d’un équipage tout aussi français prendra le départ, 45 ans après le grand Eric Tabarly, dernier marin français à avoir gagné la course

Quelques membres éminents de l'équipe de PoP,  de gauche à droite, Guillaume, Sébastien, Cyril, Annabelle, Nicolas et Max

La petite course devenue grande
Depuis sa création en 1945, la popularité de la Sydney-Hobart n’a cessé de croître pour devenir l’une des plus importantes courses au large du monde. La première course a eu lieu en 1945 avec une petite flotte de 9 participants. Le vainqueur, Rani, mit 6 jours, 14 heures et 22 minutes pour rallier Hobart, un bail à l’époque ! A la 50ème édition ce sont 371 bateaux qui prirent le départ et le temps de traversée est aujourd’hui d’un peu plus d’un jour. Le record actuel est détenu depuis 2005 par Wild Oats XI, avec une traversée en 1 jour, 18 heures, 40 minutes et 10 secondes.

Le succès de la Sydney-Hobart est dû au caractère unique de cette course. Elle fait partie des courses au large mythiques qui rassemblent sur l’eau dans des conditions souvent extrêmes parmi les équipages les plus chevronnés du monde. Cette course est un défi pour les hommes mais également pour les bateaux, mis souvent à rude épreuve tout au long des 628 milles nautiques (1.167,39 kilomètres, soit la distance entre Cherbourg et Lisbonne) qui séparent Sydney (Australie) de Hobart (Tasmanie).

La Sydney-Hobart est un sprint marin surnommé l´"Enfer en haute mer". Des vents violents provoquent chaque année des incidents. En 1984, 70% des concurrents ont dû abandonner. Et on se souvient particulièrement de la tragique année 1998 lorsqu’une violente tempête avait provoqué le naufrage de 55 voiliers et 6 morts. Seuls 44 des 115 concurrents parvinrent à rallier Hobart cette année là.

Le Pen Duick III, vainqueur de la course en 1967 avec Eric Tabarly, crédit Yoann Le Crom pour l'association Eric Tabarly

Le terrain de jeu des marins français
C’est probablement la difficulté et l’aventure humaine qui attirent depuis longtemps les marins français au bout du monde pour faire la Sydney-Hobart. Ces aventuriers de la mer ont pris une part importante dans l’histoire de cette course unique et de grands moments de la voile française se sont passés à Sydney.

Eric Tabarly ouvre le bal en 1967 en gagnant la Sydney-Hobart sur son Pen Duick III en 4 jours, 4 heures, 10 minutes et 31 secondes. L’amiral Olivier de Kersauson était à bord cette année là et la voile française voyait triompher ses héros au bout du monde.

La même année, le regretté Alain Colas, disparu en mer le 16 novembre 1978, rencontre Eric Tabarly à Sydney. Il est alors chargé de cours à St John’s College où il enseigne la littérature française. C’est dans la baie de Sydney qu’Alain Colas découvre la voile et la course au large. Sa rencontre avec Tabarly est décisive. Tabarly, récent vainqueur de la Sydney Hobart lui propose d’embarquer sur le Pen Duick III, pour un périple jusqu’en Nouvelle-Calédonie. Pour Alain, l’appel du large est plus fort qu’un avenir universitaire tout tracé. Il deviendra l’équipier de Tabarly et lui rachètera le trimaran Pen Duick IV. Afin de s'entraîner et de mieux connaître son bateau, il participera lui aussi, mais en franc-tireur, à la course Sydney-Hobart en 1970.

En 2008, Pierre-Yves Lautrou, le marin journaliste du journal l’Express arrive 5ème de la Sydney-Hobart sur le bateau français de Gerry Trentesaux, le "Lady Courrier", un Beneteau First 45. Il déclarera par la suite : “on ne se lassera jamais de naviguer dans cette baie de Sydney ...magique !”.

Et l’an dernier, c’est Jacques Pelletier qui s’aligna pour la seconde fois au départ avec son bateau "l´Ange de Milon", un X43.

Cette année, le talentueux Nicolas Lunven, ex vainqueur de la Solitaire du Figaro et qui a participé à la Sydney Hobart 2011 à bord de "l’Ange de Milon", sera le skipper de "Protect our Playground" (PoP). L’équipage, composé de 12 marins dont 11 français, inclut notamment Jean-Pierre Nicol qui navigue au plus haut niveau en Figaro, deux anciens vainqueurs de la Sydney Hobart et un Australien ayant 5 participations à son actif et qui sera le navigateur, un poste clef dans cette course. L’équipe se lancera le 26 décembre prochain à la conquête du fameux Detroit de Bass.

POP tentera donc de devenir “l’idole des houles”, 45 ans après Eric Tabarly, dans l’une des courses les plus célèbres au monde et qui sait, gagnera la Sydney Hobart 2012 sous les yeux émerveillés de spectateurs du monde entier et de la France en particulier.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html), mardi 28 août 2012

POP recherche des sponsors - Soutenez POP

Page facebook: www.facebook.com/ThePOPteam

Site internet: www.protectourplayground.org

A voir - une jolie vidéo sur la course datant de 1962 dans les archives de l'INA

Sydney

PRINCE PHILIP - Un chevalier controversé

Si lundi, le jour de la fête nationale australienne, 16,000 citoyens de 15 pays différents sont devenus australiens traduisant une fois encore la belle diversité de la nation australienne, un autre événement aura un peu gâché la fête; Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II d'Angleterre a été fait chevalier de l'ordre d'Australie par le Premier ministre Tony Abbott sous les huées et les sarcasmes de beaucoup

EURVIN SWIMWEAR - Made in Australia

Le Petit Journal.com a mené l'enquête pour savoir qui se cachait derrière la nouvelle marque de maillots de bain australienne EURVIN Swimwear.
Actualité Australie

PRINCE PHILIP - Un chevalier controversé

Si lundi, le jour de la fête nationale australienne, 16,000 citoyens de 15 pays différents sont devenus australiens traduisant une fois encore la belle diversité de la nation australienne, un autre événement aura un peu gâché la fête; Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II d'Angleterre a été fait chevalier de l'ordre d'Australie par le Premier ministre Tony Abbott sous les huées et les sarcasmes de beaucoup
A la une

GUILLAUME CANET / CEDRIC ANGER - "C’est un serial killer assez inédit dans le genre"

La prochaine fois, je viserai le cœur s’inspire de l’affaire Alain Lamare. Les faits ont lieu dans l’Oise entre 1978 et 1979. Un maniaque agresse et tue plusieurs auto-stoppeuses. La police et la gendarmerie peinent à trouver l’homme qui échappe à tous les barrages. Chose qui lui est dans un premier temps facile puisqu’il s’agit en fait d’un jeune gendarme modèle qui enquête sur ses propres crimes. Notre édition de Londres a rencontré le…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie