SANTE - La campagne anti-obésité : maigres résultats

 

Financée par les contribuables, la campagne anti-obésité menée par le gouvernement fédéral australien vient de rentrer dans sa seconde phase : son évaluation. Et selon le panel d'experts qui se sont penchés sur le sujet, les résultats sont bien minces

credit photo : miqul cc flikr

Depuis quatre ans, le tour de taille d'Eric, la mascotte bleu de la campagne n'a cessé de s'affiner, contrairement à celui des Australiens visés par la campagne anti-obésité "Swap it, don't stop it" ("changer, pas arrêter"). Pourtant, les conseils qu'il prodigue sont fondés sur le sens commun et apparemment faciles à appliquer : ne pas se resservir, marcher pour les petits trajets au lieu de prendre la voiture, moins de télé et plus d'activités extérieures, moins de plats préparés, du cuit-vapeur de temps en temps, etc... Mais l'impact de la campagne est bien en deçà des résultats escomptés, et cela n'a pas suffi à faire changer les mauvaises habitudes alimentaires et d'hygiène de vie. C'est ce que révèle le rapport remis par l'Agence Nationale de Prévention de la Santé Publique.

"Il y a quelques petits signes positifs de changements de comportement, de prise de conscience de la part de l'audience ciblée par cette campagne." Voilà ce qui ressort de cette évaluation.

L'audience ciblée : une large frange de la population australienne puisque la campagne s'adresse aux personnes de 25 à 65 ans. Mais les 41 millions de dollars investis auront touché beaucoup moins de gens que prévu.

Du mercurochrome sur une jambe de bois
C'est ainsi que certains experts ont jugé cette campagne publicitaire par rapport au problème que représente l'obésité en Australie (voir notre article  SANTE - L'Australie grossit, grossit, grossit). 14% seulement de la population ciblée a changé quelque chose dans son comportement alimentaire où hygiène de vie grâce à l'action publicitaire du "Swap it, don't stop it" et des conseils d'Eric.

Une diététicienne installée à Sydney a déclaré dans la presse locale que la campagne avait abordé le problème sous un mauvais angle en se concentrant sur des actions superficielles et ignorait les causes, plus profondes, de l'obésité. Toujours selon elle, l'accent aurait dû être mis sur la promotion d'une meilleure hygiène de vie peu importe le poids et la corpulence.

Même avis du côté de sociologues qui reconnaissent que ces campagnes apportent des informations essentielles à la population, mais d'autre part ignorent totalement le problème sociétal du pourquoi les gens mangent trop. Et d'arguer du fait qu'il y a une grande différence entre véhiculer l'information et voir s'opérer des changements à long-terme.

Le site internet Swap it mis en ligne par le gouvernement, a enregistré 740.000 visites, et l'application pour smartphone a été téléchargée 50.000 fois. Ce qui n'est pas anodin, mais le premier pas accompli, il semble plus difficile de respecter l'engagement.

Agnès Chupin (www.lepetitjournal.com/sydney.html) Mardi 21 Août 2012

A lire également : SANTE - Le coût de la malbouffe en Australie

 
Sydney

SOCIETE - Un élan de générosité contre le racisme

Plus de $100,000 de dons ont été récolté depuis Mercredi pour le retour d’une affiche de promotion de l’Australia Day. La photo, qui comprend deux petites filles musulmanes portant le hijab, avait été retirée de Melbourne suite à la polémique et aux menaces faîtes sur les réseaux sociaux. Une réaction positive pleine de générosité et de tolérance.

POLITIQUE - Mike BAIRD démissionne

Le premier ministre très controversé de la Nouvelle-Galles du Sud Mike BAIRD vient d’annoncer jeudi matin son retrait de la vie politique. Une…
Actualité Australie

SOCIETE - Un élan de générosité contre le racisme

Plus de $100,000 de dons ont été récolté depuis Mercredi pour le retour d’une affiche de promotion de l’Australia Day. La photo, qui comprend deux petites filles musulmanes portant le hijab, avait été retirée de Melbourne suite à la polémique et aux menaces faîtes sur les réseaux sociaux. Une réaction positive pleine de générosité et de tolérance.
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine