SANTE - La campagne anti-obésité : maigres résultats

 

Financée par les contribuables, la campagne anti-obésité menée par le gouvernement fédéral australien vient de rentrer dans sa seconde phase : son évaluation. Et selon le panel d'experts qui se sont penchés sur le sujet, les résultats sont bien minces

credit photo : miqul cc flikr

Depuis quatre ans, le tour de taille d'Eric, la mascotte bleu de la campagne n'a cessé de s'affiner, contrairement à celui des Australiens visés par la campagne anti-obésité "Swap it, don't stop it" ("changer, pas arrêter"). Pourtant, les conseils qu'il prodigue sont fondés sur le sens commun et apparemment faciles à appliquer : ne pas se resservir, marcher pour les petits trajets au lieu de prendre la voiture, moins de télé et plus d'activités extérieures, moins de plats préparés, du cuit-vapeur de temps en temps, etc... Mais l'impact de la campagne est bien en deçà des résultats escomptés, et cela n'a pas suffi à faire changer les mauvaises habitudes alimentaires et d'hygiène de vie. C'est ce que révèle le rapport remis par l'Agence Nationale de Prévention de la Santé Publique.

"Il y a quelques petits signes positifs de changements de comportement, de prise de conscience de la part de l'audience ciblée par cette campagne." Voilà ce qui ressort de cette évaluation.

L'audience ciblée : une large frange de la population australienne puisque la campagne s'adresse aux personnes de 25 à 65 ans. Mais les 41 millions de dollars investis auront touché beaucoup moins de gens que prévu.

Du mercurochrome sur une jambe de bois
C'est ainsi que certains experts ont jugé cette campagne publicitaire par rapport au problème que représente l'obésité en Australie (voir notre article  SANTE - L'Australie grossit, grossit, grossit). 14% seulement de la population ciblée a changé quelque chose dans son comportement alimentaire où hygiène de vie grâce à l'action publicitaire du "Swap it, don't stop it" et des conseils d'Eric.

Une diététicienne installée à Sydney a déclaré dans la presse locale que la campagne avait abordé le problème sous un mauvais angle en se concentrant sur des actions superficielles et ignorait les causes, plus profondes, de l'obésité. Toujours selon elle, l'accent aurait dû être mis sur la promotion d'une meilleure hygiène de vie peu importe le poids et la corpulence.

Même avis du côté de sociologues qui reconnaissent que ces campagnes apportent des informations essentielles à la population, mais d'autre part ignorent totalement le problème sociétal du pourquoi les gens mangent trop. Et d'arguer du fait qu'il y a une grande différence entre véhiculer l'information et voir s'opérer des changements à long-terme.

Le site internet Swap it mis en ligne par le gouvernement, a enregistré 740.000 visites, et l'application pour smartphone a été téléchargée 50.000 fois. Ce qui n'est pas anodin, mais le premier pas accompli, il semble plus difficile de respecter l'engagement.

Agnès Chupin (www.lepetitjournal.com/sydney.html) Mardi 21 Août 2012

A lire également : SANTE - Le coût de la malbouffe en Australie

Sydney

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont…

SANTE - La grossesse en expatriation

Les analyses ont confirmé la bonne nouvelle, vous êtes, bel et bien, enceinte. Certains signes vous avaient mis la puce à l'oreille, mais maintenant…
Actualité Australie

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont annulés. Les personnes ayant obtenu des visas permanents sur des bases humanitaires sont, elles, soumises à trois séries d'examens médicaux, avant leur départ, et une nouvelle fois à leur arrivée en Australie. Les autres détenteurs de visas longues durées doivent, avant de partir, se soumettre à trois semaines de quarantaine.Cette annonce survient alors qu'une jeune fille de 18 ans, arrivée il y a 12 jours en Australie en provenance de Guinée, a été placée à l'isolement dans un hôpital de l'Etat de Queensland après avoir présenté de la fièvre. Les tests se sont révélés négatifs pour le virus Ebola mais elle subira de nouveaux examens ce mercredi.D'autres Etats ont pris également des mesures drastiques comme les Etats-Unis avec l'instauration d'une quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs ayant eu des contacts avec des malades en Afrique de l'Ouest, même en l'absence de symptômes (Etat de New York). La Belgique a déclaré qu'elle avait arrêté les expulsions forcées d'immigrés clandestins vers les pays africains touchés par Ebola.Plus de 10 000 personnes ont été contaminées par le virus Ebola dans huit pays - principalement en Afrique de l'Ouest - depuis le début de l'année, et près de la moitié sont mortes, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Flore Gregorini (Lepetitjournal.com/sydney), jeudi 30 octobre 2014
A la une

ÉTUDIER À L'ÉTRANGER – Et pourquoi pas ?

Étudier à l'étranger est une belle opportunité à la fois au niveau personnel mais aussi professionnel. Beaucoup d'élèves des lycées français de l'étranger, enclins à l'ouverture culturelle, et souvent avantagés par un bon niveau de langue, envisagent de partir après leur Bac. Destinations, formalités, comment s'y retrouver ?
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".

RÉMUNÉRATION – La bonne paye des expatriés

Le salaire est un enjeu majeur dans les négociations d’un départ en expatriation. Les critères ainsi que les barèmes de rémunération pour des missions à l’international ont considérablement évolué ces dernières années. De la multiplicité des motifs de missions, au changement de profil des collaborateurs, les politiques salariales s’adaptent de plus en plus aux candidats
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.