Stockholm

S'INSTALLER À STOCKHOLM - Jeunes et étudiants, logez-vous!

 

L'été arrive, et avec lui les inscriptions à l'université et les stages en entreprise. De nombreux étudiants français choisissent de se construire une expérience professionnelle ou de faire une partie de leurs études à l’étranger. Dans le cas de la Suède et plus particulièrement à Stockholm, si les universités disposent de logements, les conditions requises pour y avoir droit ne sont malheureusement pas à la portée de tous. Nul besoin de baisser les bras : des solutions alternatives existent.

La sous-location

La plupart des universités proposent effectivement des logements mais le nombre de places dans ceux-ci sont limités. Premiers arrivés, premiers servis ! Pour ceux qui s'y prennent trop tard, reste la possibilité de se tourner vers la location privée.

Intégrer le marché de la location en Suède relève du défi. Il faut s'inscrire sur des listes d'attente grâce à son personnummer, sésame inconnu de la plupart des étudiants étrangers venus pour une courte durée. La solution la plus pratique et facile d'accès reste alors la seconde main, ou sous-location (andrahandsuthyrning), procédé légal en Suède mais soumis à conditions.

Comme l'écrivaient nos rédacteurs dans un précédent article, “les possesseurs de contrat de location de première main (hyresgäst) ou les propriétaires d’appartement en copropriété (bostadsrättinnehavare) peuvent sous-louer leur appartement, à condition d’avoir demandé au préalable l’autorisation au propriétaire (hyresvärd) ou à l’association des copropriétaires (bostadsrättsförening). On peut en général sous-louer pendant un an, éventuellement renouvelable un an, soit deux ans maximum.”

Où trouver des locations ?

Parmi la multitude de sites internet il peut être difficile de s'y retrouver. De plus, plusieurs d'entre eux sont payants où remplis de publicités pour des agences, et demandent des inscriptions plus ou moins onéreuses. Nul besoin de s'inscrire sur ces sites ou de débourser la moindre couronne. Si on vous demande un numéro de carte ou un abonnement, ayez une seule réaction : fuyez !

Blocket.se est le “Leboncoin.fr” de la Suède. Si le site peut être difficile à appréhender à cause de la langue, sachez que les appartements se trouvent dans la sous-partie “Lägenheter” (appartements) après avoir cliqué sur “bostad” (immobilier) et choisi “uthyres” (à louer).

Le concept proposé par la plateforme Couchsurfing.com est également intéressant. La communauté de voyageurs propose de nombreuses petites annonces de location ou colocation moyennant finances. Il arrive parfois que des étudiants locaux s’absentent pour un semestre ou un an à l’étranger. Si aucune annonce ne correspond à vos besoins, vous pouvez rédiger la vôtre et attendre que l'on vous contacte !

Plus onéreux, le site de location pour particuliers Airbnb propose des locations destinées en premier lieu à du court terme. Il n’est néanmoins pas impossible de négocier les prix avec le logeur si vous comptez y rester longtemps. Bémol: il est impossible de sélectionner un logement pour plus de six mois.

Utilisez les réseaux sociaux !

Presque tout le monde est inscrit sur Facebook, et le réseau social américain vole depuis longtemps la vedette aux forums et aux sites de petites annonces. Il n'est donc pas étonnant d’y trouver la grande majorité des offres d'hébergement. Plusieurs dizaines d'annonces fleurissent chaque jour concernant des logements à Stockholm. Vous devriez trouver de quoi vous contenter sur les groupes anglophones “Stockholm Student Accommodation”, “Looking for accommodation in Stockholm” et “Find Room / Roommate in Stockholm”. S'il faut se méfier des quelques annonces suspectes que l'on peut y trouver, ne soyez pas trop vite rebutés par l'anglais approximatif de certaines. Stockholm est en effet très cosmopolite, et il arrive fréquemment que des étrangers ou des étudiants internationaux libèrent leur logement ou recherchent un colocataire.

Les annonces sont en général postées peu de temps avant la date de début de location. Pour cette raison, il s'avérera souvent inutile de contacter les annonceurs longtemps avant votre arrivée en Suède. Ils vous répondront qu’ils sont pressés et qu’ils cherchent à occuper leur bien au plus vite.

Ne pas redouter la colocation

La grande majorité des annonces que l'on trouve sur internet pour des budgets raisonnables (moins de 5.000 couronnes) concernent des chambres dans des appartements en colocation. L'occasion pour les jeunes voyageurs de rencontrer du monde et de se confronter à des cultures, des habitudes et des langues différentes. Si le colocataire noctambule ou bruyant est une option possible, qui sait, on n’est jamais à l'abri d'une bonne surprise !

Ces alternatives devraient être amplement suffisantes pour que vous trouviez votre bonheur assez rapidement, sans stresser et sans débourser un centime.

 

Pour accéder à des informations complémentaires sur les logements à Stockholm, consultez notre précédent article.

 Quelques mots utiles:

Lägenhet : appartement
Rum : chambre
Hyra i andra hand : louer en seconde main
Uthyres : à louer
Per månad : par mois
Hyresvärd : propriétaire d’appartement à louer
Hyresgäst : locataire
1:a ou etta : appartement d’une pièce
1 r o k = 1 rum och kök : une pièce et cuisine (salle de bain comprise)
Delad : partagé
Månadshyra / hyra : loyer
Vatten, el ingår : eau et électricité inclus

 

Benjamin Jung (lepetitjournal.com/stockholm), 31 mai 2017

photo © Benjamin Jung

 
A la Une à Stockholm

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de ce peuple du grand nord, qui se bat encore pour défendre ses droits.

SOCIETE - Un 14 juillet royal

Pendant que la République française se prépare à célébrer sa fête nationale en bleu blanc rouge, le vendredi 14 juillet, la monarchie suédoise…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine