Stockholm

ESCAPADES - 3 jours à Åre : ski et autres réjouissances

Åre, c’est la plus grande station de ski alpin de toute l'Europe du nord et la destination favorite des Suédois pour s'adonner aux sports d'hiver. En famille, en couple ou célibataire, partir s'évader un week-end dans les montagnes sauvages du Norrland permet de s’offrir une bonne coupure dans son train-train quotidien. Et même si le printemps arrive bientôt, n'oublions pas qu’en Scandinavie, la neige en mars est monnaie courante... 
Notre contributrice vous fait part de ses bons conseils pour rendre votre séjour encore plus agréable, de quoi vous donner envie de rechausser les skis !

S’y rendre, se loger, s’équiper
On lance la playlist Spotify, on vérifie que les sandwiches jambon-beurre sont bien dans le sac et c'est parti pour 8 heures de road-trip en voiture depuis Stockholm sur l'E4 puis l'E14.
Si vous n'avez pas de permis de conduire, pensez au train de nuit (SJ), ou à l’autobus (Årebussen).
Les logements sont assez chers dans la station, je vous conseille de réserver une chambre à l'extérieur. Pour les petits budgets, à 7 minutes en voiture de la station se trouve Karolinen Chalets & Appartements qui propose des petites chambres ou des cottages pour environ 150 euros par personne / 3 nuits. De là, une navette gratuite vous emmènera directement à la station.
Pour simplifier votre séjour, je vous conseille aussi d'acheter à l'avance votre forfait et de réserver votre équipement sur Skistar. Pour deux jours, le forfait vous coûtera 860kr et 655kr pour un équipement de ski alpin niveau avancé. Une fois sur place, présentez-vous à l'accueil, et le personnel s'occupe du reste. Equipé de la tête aux pieds, embarquez dans le funiculaire vieux de 100 ans qui vous amènera au départ des pistes.

La station, entre pistes de ski et gastronomie
Les pistes, à Åre, il n’en manque pas ! Ne manquez pas l'incontournable Kabinbanan (A29) qui vous amènera au mont Åreskutan à 1.274 mètres d'altitude. Et si l'envie d'un fika se fait subitement sentir au sommet, vous y trouverez le café... le plus cher de toute la station !


En fait, je pensais qu'on venait à Åre seulement pour le ski, et à ma plus grande surprise, je me suis rendue compte que j'avais tort, car côté gastronomie, ce ne sont pas les restaurants et cafés qui manquent ! Si vous avez oublié votre casse-croûte, je vous conseille de satisfaire votre appétit avec la pizza Dellacasa que l’on déguste chez Hummelstugan. Vous vous y rendez en prenant le téléphérique Hummeliften (A32). Pour un café, redescendez à la station. Le Sybilla qui se trouve là où l'on prend le Kabinbanan vous servira un double expresso absolument divin !
Après 16h, tradition suédoise oblige, c’est l’after-ski : on prend le télésiège Bergbanan (A33) jusqu’à Fjällgården pour boire une bière ou deux (ou trois), le temps de se réchauffer un peu avant de chausser les skis une dernière fois et d’emprunter le chemin du retour.
En bon Français qui se respecte, que diriez-vous pour commencer la soirée d'une dégustation de vins accompagnée de son assiette de fromage et jambon cru... Tentant, non ? Pour cela il y a le Vinbaren, qui propose une longue carte de vins du monde. Et puis après une intense journée de ski, le corps a besoin de réconfort. Quoi de mieux qu’une bonne fondue au fromage ?... Allez, vous l'avez bien mérité. N'oubliez la petite bouteille de blanc savoyard qui va avec !
Pour le petit déjeuner je vous ordonne d'aller à Åre Bageri ! Ils font des kanelbullar servis encore chauds, sortis tout droit du four à pierre, absolument délicieux. On vous y propose également une formule petit déjeuner à volonté à 90kr entre 7h et 10h30. L'ambiance est chaleureuse et l'on voit que le personnel sympathique.
Enfin, pour les amateurs de chocolats, à 5 minutes en voiture d’Åre se trouve la très réputée Chokladfabrik. Pour les plus gourmets d'entre vous, je recommande le chocolat chaud piment et marshmallow. On peut également y acheter du chocolat. En plus du classique chocolat noir, lait ou blanc, vous en trouverez un forcément à votre goût : fraise, citron, passion...

Et on fait quoi à Åre, à part du ski alpin ?
Si vous n'avez pas l'âme d'un grand skieur, rassurez-vous, le village propose tout un tas d'activités variées qui plairont aux plus petits comme aux grands.
Envie d'un break ? Il y a l'alternative ski de fond, évidemment, vous trouverez de belles pistes autour de la station. Pour ceux qui préfèrent la vitesse, Åreguiderna vous propose un circuit nature guidé en moto-neige. Prévoyez le pique-nique car il n'est pas inclus dans le prix. La sortie en traineau à chiens plaira aux plus aventureux, avec ses deux heures de course folle dans la forêt scandinave, activité proposée par Åresleddog et Campare.
Côté nature, à 20 minutes en voiture d’Åre, ne manquez pas de vous arrêter pour admirer la plus large cascade de Suède (60 mètres), j'ai nommé la grande et belle Tannforsen, perdue dans un magnifique coin de nature sauvage.

Bref, un week-end à Åre, c’est bien plus que du ski, c’est tout un art de vivre et une excellente destination pour prendre du bon temps !

 

Aurélia de BOÜARD (lepetitjournal.com/stockholm) 17 mars 2017

Illustration : Aurélia de Boüard
Photo Lac d'Åre : David Castor
Photo Chokladfabrik : Aurélia de Boüard

 
A la Une à Stockholm

SOCIÉTÉ - Les migrations en Suède, flux et reflux (Volet 1)

On a beau se trouver au nord de l’Europe, loin du carrefour que la France, coeur géographique européen, représente pour les flux migratoires, la Suède n’en est pas moins habitée par une population qui au fil des siècles prend la route, dans un sens ou l’autre. Focus sur les flux migratoires de Suède.

SOCIETE - Un 14 juillet royal

Pendant que la République française se prépare à célébrer sa fête nationale en bleu blanc rouge, le vendredi 14 juillet, la monarchie suédoise…
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine