Stockholm

APPRENDRE LE SUEDOIS : l’école c’est bien, mais les amis c’est mieux !

En Suède, apprendre le suédois est un passage quasi obligé pour tout nouvel arrivant qui veut s’intégrer. Mais savoir parler une langue ne suffit pas, encore faut -il pouvoir pratiquer et échanger. Seulement pour trouver spontanément des amis suédois, il faut se lever tôt !

Selon la légende (et pas mal de témoignages !), les Suédois montrent beaucoup de retenue face à des inconnus, ils sont plutôt méfiants et n’apprécient guère de se faire importuner par des HOSNI (Homo Sapiens Non Identifié). Cependant, “paradoxe du Suédois” oblige, ils aiment multiplier les opportunités pour passer du temps avec des congénères de cultures différentes. En plus des actions gouvernementales, les initiatives privées se sont multipliées pour réduire la barrière du langage, déjouer les préjugés, rompre l’isolement et permettre une intégration plus rapide et plus fluide aux nouveaux arrivants. Voici quelques-unes de ces initiatives.

SVENSKA FÖR INVANDRARE (SFI) : Le suédois pour les immigrés
En tout premier lieu, pour permettre aux immigrés de s’intégrer et de partager leurs richesses culturelles, il faut qu’ils puissent communiquer. La Suède a donc imaginé le S.F.I, un dispositif d’enseignement gratuit mis en place par le gouvernement suédois, dont l’objectif est d’offrir aux élèves étrangers de tous pays une maîtrise globale de la langue suédoise aussi bien en termes de compréhension que de prononciation.

Au-delà de l’apprentissage de la langue, ce retour sur les bancs d’école permet aussi de développer son réseau, les premières prises de contact en terre suédoise pouvant déboucher sur des liens d’amitié. En revanche, pour trouver des amis suédois, ce n’est pas le bon endroit, à moins de partager des affinités avec les professeurs !
Pour plus d’infos sur le S.F.I (en français)
Pour les modalités d’inscription, jetez un œil par ici

KOMPIS SVERIGE : offrir un ami à chaque nouvel arrivant en Suède
Le programme Kompis Sverige (littéralement “ami Suède”) a été lancé en 2013 par deux amies, Pegah Afsharian et Natassia Fry. Elles sont parties d’une réflexion simple : pour permettre à la société de se développer et d’atteindre son plein potentiel, dans un environnement de plus en plus international, il doit y régner un sentiment de sécurité et d’appartenance à un même groupe.
Kompis Sverige a l’ambition de compléter l’effort d’intégration. Son fonctionnement est simple : des rencontres sont organisées entre nouveaux arrivants en quête d’intégration et d’amitiés, et Suédois en quête d’enrichissement et de découvertes de cultures nouvelles.
Le programme fonctionne un peu comme une agence matrimoniale : on passe d’abord un entretien, ce qui permet d’établir des profils d’intérêts (enfants d’un certain âge, préférences de loisirs, etc…), ce qui par voie de conséquence assure le succès des mises en relations. A ce jour, Kompis Sverige a déjà créé plus de 1300 amitiés ! Si l’aventure vous tente, c’est ici !
Notre collaboratrice Annie Sturesson avait écrit sur son expérience dans un précédent article de lepetitjournal.com/stockholm.

INVITATIONSDEPARTEMENT - UNITED INVITATIONS, “le Ministère des dîners” : partager son repas sous le signe de l’amitié
Aussi simple qu’un dîner ! Avec son concept lancé en 2014 Ebba Akerman, compte sur la volonté et l’implication de Suédois établis pour ouvrir leur porte à de nouveaux arrivants le temps d’un dîner, l’idée étant que si les gens se rencontrent simplement autour d’un repas fait maison, la confiance s’installe et la peur s’évanouit de manière naturelle. Les repas sont bien sûr gratuits et libres de tout engagement ou obligation. Ils créent simplement des moments intimistes où l’on papote librement. Ce réseau prend de l’ampleur et de nombreuses initiatives ont déjà vu le jour même en dehors des frontières suédoises. Depuis 2014 le concept s'est développé dans 90 villes en Europe. Pour y prendre part ou juste pour le découvrir, c’est par ici.

SVENSKA MED BABY : quand les bébés créent la cohésion
Pas facile d’être une nouvelle maman, loin de ses amis et de sa famille. Et encore moins lorsque notre environnement tout entier nous est étranger : des concepts aux personnes en passant par la langue. Comment développer une vie sociale malgré tout ? Comment comprendre et se faire comprendre ? La mission de Svenska med baby, association qui a vu le jour en 2012, a pour objectif de pallier à l’isolement involontaire des nouveaux parents. Elle a donc lancé un programme qui réunit les bébés (et leurs parents étrangers) et les Suédois en congé parental. Ici, pour apprendre le suédois, on chante des comptines et on s’amuse. Et finalement tout le monde apprend à communiquer, bébés compris ! Depuis sa création, l’association a recensé 250 000 visites. 34% des participants ont vécu en suède plus ou moins pendant cinq ans. Il y a en tout 27 groupes répartis de Umeå dans le nord de la Suède à Eslöv dans le sud. Pour en savoir plus, le site existe en plusieurs langues.
La page Facebook pour suivre l’actualité et les événements.

LÄKEROL : un bonbon engagé
Pour ceux qui ne connaissent pas, le Läkerol est un bonbon suédois “à l’origine médicinale”. Pourquoi en parler ici ? Parce que ce bonbon s’est engagé à faire parler les gens. Et pas seulement d’après son slogan “Läkerol makes people talk”. La marque a lancé une application, « Let’s Talk », qui permet aux étrangers de trouver un partenaire de conversation suédoise et donc de bénéficier d’un apprentissage immédiat.
Comment ça marche ? On télécharge l’application, on enregistre ses préférences afin d’être mis en relation avec quelqu’un qui correspond à son profil. On peut même choisir de n’être connecté qu’aux personnes du même genre ! On est alors mis en contact et on discute en live et même en vidéo avec son nouveau partenaire de langue.


Mais pourquoi les Suédois se donnent-ils tant de mal ?
Sachant que l’exclusion coûte cher, aussi bien aux individus qu’à la société, l’objectif de ces initiatives est de prévenir la mise à l’écart des nouveaux arrivants et ainsi leur permettre de se sentir légitimes et égaux face à une population déjà établie. Par ailleurs, la Suède est une nation fière de son histoire d’accueil et d’intégration des immigrants. Ces quelques exemples expriment de belle manière cette part assumée de la multi-culturalité du royaume scandinave.

 

Adina Ghidio (lepetitjournal.com/stockholm) 23 mars 2017

Photo : Simon Paulin 

 
A la Une à Stockholm

CULTURE - Allsång på Skansen : chantons tous en chœur !

Folklore moderne à la suédoise, Allsång på Skansen est une véritable institution musicale. Aux beaux jours, entre 10.000 et 25.000 personnes convergent devant la scène de Solliden, dans le parc d’attractions de Skansen situé sur l'île de Djurgården, pour reprendre en chœur les airs célèbres du moment ou les mélodies de toujours.
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine