Stockholm

HENNING MANKELL – Si vous ne deviez lire qu’un roman du maître du roman noir suédois…

 

L’écrivain suédois vient de s’éteindre à l’âge de 67 ans. Auteur de la série de romans policiers aux enquêtes menées par l’inspecteur Kurt Wallander, Henning Mankell avait également écrit plusieurs pièces de théâtre, livres de jeunesse et romans. C’est ce biais que lepetitjournal.com/stockholm  vous propose de découvrir un bout de son œuvre, en commençant par Daisy Sisters, son premier roman, publié pour la première fois en Suède en 1982.

Daisy Sisters, c’est l’histoire de deux jeunes Suédoises issues de milieux modestes et qui, au début de la Seconde Guerre mondiale, démarrent une correspondance qui durera trois ans. D’un côté, il y a Elna, fille d’un social-démocrate, embauchée à la fin de l’école près de Gävle comme bonne à tout faire dans la villa d’un ingénieur marié à une femme de tendance nazie. Et de l’autre, il y a Vivi, la fille de communiste, employée comme femme de chambre au Grand Hôtel de Landskrona, en Scanie. Vivi veut parcourir le monde, Elna rêve de travailler dans un bureau à Stockholm.

Ces deux jeunes femmes, tout juste sortie de l’adolescence, partagent leurs rêves. Cette amitié épistolaire aboutit à une première rencontre en juin 1941, en Dalécarlie. Mais le voyage qu’elles entreprennent alors jusqu’à la frontière norvégienne tourne mal. Elna, violée par un soldat, se retrouve enceinte à l’âge de dix-sept ans. De retour dans la région de Gävle, seule pour vivre ce traumatisme, étouffée par les tabous ainsi que par une tentative inaboutie d’avortement clandestin, la jeune femme n’a plus que Vivi à qui se confier. De neuf mois de douleur et de honte naîtra une fille, Eivor, qui grandira en même temps que se reconstruira un continent ravagé par la guerre. En quête de liberté, en rupture avec sa mère, l’enfant luttera pour s’imposer dans l’univers familial comme dans la société.

Ce roman a beau être le début d’un quarantaine d’ouvrages, il n’en est pas moins révélateur d’un style et de l’esprit combatif et engagé d’Henning Mankell, profond humaniste, pacifiste, s’intéressant de près aux dérives xénophobes, identitaires ou individualistes de la société, en Suède mais aussi en Afrique, où il a passé une partie de sa vie. Ce roman plonge au cœur du quotidien de familles modestes. Le romancier utilise des mots crus, le langage de ces milieux modestes, et laisse le lecteur appréhender cet environnement. Il s’intéresse aux tabous familiaux, à la condition féminine, avec pour fond une société suédoise marquée par la morale protestante et tourmentée par la position ambiguë du pays pendant la guerre, tiraillée entre l’idéologie nazie qui se déploie aussi en Scandinavie et la tradition social-démocrate.

Référence : Daisy Sisters, Henning Mankell, Seuil, 22,50€.

 

Mathilde LELIEVRE  lepetitjournal.com/stockholm  Jeudi 8 octobre 2015

 
A la Une à Stockholm

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de ce peuple du grand nord, qui se bat encore pour défendre ses droits.

SOCIETE - Un 14 juillet royal

Pendant que la République française se prépare à célébrer sa fête nationale en bleu blanc rouge, le vendredi 14 juillet, la monarchie suédoise…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine