Stockholm

LYCEE FRANCAIS - Un voyage de mémoire : Sur les traces des Juifs de Pologne

Lundi 10 avril 2017, les 35 élèves de Première du Lycée Français Saint-Louis de Stockholm sont partis durant deux jours pour un voyage pédagogique à Cracovie et à Auschwitz en Pologne, dans le but d’un travail de mémoire sur l’Holocauste.

Le périple des élèves
Après leur arrivée à Cracovie, les élèves se sont rendus au cœur de la ville afin d'entreprendre une visite guidée de l’ancien quartier juif et de l’ancien ghetto créé par les nazis. Le quartier n’est que très peu fréquenté par la communauté juive pratiquante de Cracovie car cette dernière a été grandement décimée depuis la Seconde Guerre Mondiale. Elle est en effet passée de 68 000 juifs à 120 entre 1939 et 2017. De même, il ne reste pas grand chose de l’ancien ghetto si ce n’est quelques pans de mur et une place dédiée à la mémoire des juifs persécutés. Cette première étape a permis aux élèves de mieux comprendre la religion juive et ses principes ainsi que l’évolution de la place de la communauté juive à Cracovie.

Le lendemain matin, les élèves de Première ont visité la vieille ville et la Cathédrale du Wawel. Ils ont alors pu prendre la connaissance de quelques pans de l’histoire de la Pologne, notamment l’importance de la religion chrétienne qui avait et a toujours été très présente dans le pays. Par la suite, les élèves se sont rendus dans la ville d’Oświęcim et ont eu l’occasion de visiter son musée sur l’histoire des Juifs de la ville et sur l’impact qu’a eu la Seconde Guerre Mondiale sur leur communauté.

Une visite bouleversante
Le groupe est ensuite parti en direction du premier camp, Auschwitz I. C’est aujourd’hui un musée portant sur le complexe d’Auschwitz pendant la guerre. Les élèves ont pu être en directe confrontation avec les conditions de vie des juifs internés dans les camps. Une expérience bouleversante pour la majorité. La visite s’est poursuivie dans le camp mixte de Birkenau et ne portait pas autant sur les faits mais plus sur les conditions de vie dans le plus grand camp de la guerre. Ils ont pu rentrer dans les baraquements où survivaient les déportés. Au contraire des habitations du premier camp, celles de Birkenau étaient en bois et non isolés contre le froid ou le vent. Les élèves ont ensuite suivi la voie ferroviaire par laquelle arrivaient les détenus avant d’être sélectionnés, pour s'arrêter au fond du camp où se trouvent les ruines des chambres à gaz et des four crématoires où près d’un million de personnes furent gazées, et le monument aux morts.

Un projet pédagogique multiple
Les professeurs encadrants (B. Maucci, V. Hamelin, O. Warin, R. Lemberger) qui ont mené à bien ce projet en continuité du programme scolaire d'histoire de Première ont proposé aux élèves plusieurs activités en préparation du voyage. Ainsi, avec leurs professeurs de français, les élèves ont effectué avant de partir des lectures en lien avec l’histoire des camps pour ensuite en lire des extraits in situ afin de rendre hommage aux victimes. Ils ont également monté un projet radio et un documentaire photo sur ces deux jours, qu’ils mettront en ligne très prochainement sur le site du lycée Saint-Louis.

Entre attentes et émotion
Chacun s’était fait une idée sur la question des camps et avait une attente spécifique du voyage. Pour Lidija, une élève de première S, la visite des camp était “un moyen d’illustrer le cours d’histoire”, et de comprendre tous les chiffres, que ce soit le nombre de détenus ou le nombre de morts. Pour Adrienne, en Première ES, cette expérience lui a surtout permis d’illustrer les témoignages des survivants aux camps. Alaska, quant à elle, élève de Première ES également, souhaitait trouver des réponses dans le camp sur l’organisation du génocide.
Les élèves ont été très marqués, notamment par la visite d'Auschwitz-Birkenau. Felix (Première S) a trouvé le camp d'extermination Birkenau "immense". D'après lui, on ne se rend pas bien compte de l’étendue du camp tant que l'on ne l’a pas devant les yeux. Rappelons que le camp de Birkenau s'étend sur 170 hectares. Laissé tel quel, il a semblé bien plus impressionnant à Arthème que Auschwitz I, devenu un musée. Cette visite fut pleine d'émotion, notamment avec les lectures qui ont redonné vie aux camps et aux auteurs. Auschwitz-Birkenau est une mémoire commune à tous, un endroit où l’on se retrouve au comble de l’horreur vécu par les Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale. Ils y ont laissé leurs cheveux, leurs vêtements et leur vie.

Ce que tous les élèves retiennent de leur voyage, c’est le travail de mémoire qui semble maintenant les unir. Tous pensent, comme l’écrivain et philosophe Georges Santayana, que "Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter."


Les élèves de Première du Lycée Français Saint Louis pour lepetitjournal.com/stockholm, 11 mai 2017


Photos : Lucille Tatti, élève de Première

 
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine