Avec ce 5e cours de polonais, lepetitjournal.com se réjouit des progrès accomplis mais reconnaît que plus on progresse et plus il nous reste à faire... [archive 2011]


La période des vacances bat son plein (jest w pełni), c’est au tour de votre école de polonais de prendre un repos bien mérité sous quelque cocotier mazurien (pod mazurską palmą). Avant pourtant de mettre – provisoirement ! – la clé sous la porte (zamknąć bramy), risquons quelques conclusions, histoire de terminer cette première unité en beauté (w pięknym stylu).

Hélas ! Force m’est de reconnaître que les arbres cachent la forêt (im dalej w las, tym więcej drzew). Vous êtes censés avoir acquis des rudiments de polonais pour trouver vos repères (znaleźć punkty odniesienia) dans la jungle polonaise. Pourtant, aussi importants que soient vos progrès, votre savoir demeure mince (Wasza wiedza pozostaje znikoma) et le danger continue de vous guetter de toutes parts (nadal z każdej strony czyha na Was niebezpieczeństwo).

Démonstration : au restaurant, le garçon vous apporte une addition salée (słony rachunek) qui n’a que peu de rapport avec les prix affichés dans le menu. Vous pouvez, bien sûr, vous fâcher tout rouge (zrobić się czerwonym ze wściekłości), le garçon, même s’il n’est pas doué pour les langues (nawet jeśli nie ma zdolności do języków), comprendra ; mais cela ne vous avancera à rien, je le crains (ale obawiam się, że nic wam z tego nie przyjdzie)...

Autre exemple, votre voiture tombe en panne en plein milieu d’une rue particulièrement fréquentée (staje pośrodku szczególnie uczęszczanej ulicy) en bloquant le passage. Qu’est-ce que vous ferez pour éviter de vous faire lyncher par une foule de conducteurs furieux (żeby uniknąć zlinczowania przez tłum rozwścieczonych kierowców), en attendant l’arrivée de la dépanneuse ? Vous leur lancerez de pâles sourires ? (Będziecie im słać blade uśmiechy ?) Vous hausserez les épaules (wzruszycie ramionami) en signe d’impuissance ? Ce manque d’éloquence pourra vous être fatal (Ten brak elokwencji może okazać się dla Was fatalny)...

Si d’aventure vous survivez à ces épreuves somme toute assez banales, vous ne perdez rien pour attendre car il y a d’autres endroits où la connaissance de la langue du pays peut s’avérer inestimable (może się okazać nieoceniona). La poste, par exemple (poczta en polonais). Vous attendez patiemment votre tour, suffisamment aguerri pour ne pas montrer de signes d’impatience (żeby nie okazywać zniecierpliwienia), vous arrivez au guichet et vous tendez vos lettres non affranchies à l’employée (podajecie nieopieczętowane listy urzędniczce) qui, un instant après, vous les balance à la figure avec une rangée de timbres. Consternation.

Que dois-je faire ? (– Co mam robić ?), demandez-vous à l’employée avec moult gestes désespérés, mais elle vous tire la langue en guise de réponse (pokazuje Wam język za całą odpowiedź). Pourtant, vous aurez tort de vous sentir outrés : ce qu’elle essaie de vous faire comprendre, c’est qu’il faut d’abord coller les timbres...

Et si l’idée vous vient (jeśli przyjdzie Wam do głowy) de vous éloigner des grandes agglomérations en cette période estivale, vous risquez de vous couvrir de honte (możecie najeść się wstydu) devant les vaches polonaises qui se feront une joie de vous traiter à leur tour de vaches espagnoles...

En somme, il ne vous reste que les petits enfants pour faire la conversation (do rozmowy zostają Wam tylko małe dzieci). Avec eux, au moins, vous ne vous sentez pas dépaysés, leur idiome étant souvent presque aussi hésitant que le vôtre. Hélas ! À peine ouvrez-vous la bouche que la mère, inquiète, accourt en recommandant à ses rejetons de ne pas parler à des étrangers (żeby nie rozmawiały z nieznajomymi)...

Tout ceci pour vous dire – vous ne me tiendrez pas rigueur de cette propagande ? (nie będziecie mieli do mnie pretensji o tę propagandę ?) - qu’il est urgent de revenir à l’école. Je vous y attends de pied ferme à partir de la rentrée. On aura beaucoup de choses à se dire (Będziemy sobie mieli dużo do powiedzenia)...

Anna Kryst (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 26 juillet 2011


Pour reviser pendant vos vacances, nos articles :
- IMPOSSIBLE N'EST PAS POLONAIS (1) - Kostki zostały rzucone ! (les premiers pas en polonais)
- IMPOSSIBLE N'EST PAS POLONAIS (2) - Jasne jak słońce ? (les codes de la politesse)
- IMPOSSIBLE N'EST PAS POLONAIS (3) - Wszystko w swoim czasie ! (le temps qui se conjuge, qu'il fait ou qui passe)
- IMPOSSIBLE N'EST PAS POLONAIS (4) - Niedotykalska ? (des conseils avisés pour séduire cette belle langue slave)
- APPRENDRE LE POLONAIS - Un doux supplice ?
- PARAMIOLOGIE – Ce que les proverbes nous disent de la Pologne

 
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine
En direct de nos éditions locales