Parmi les lieux historiques à découvrir à Bursa figure le musée de l’énergie, ouvert depuis quelques semaines. Il se trouve à l’intérieur de l’ancienne usine textile de Merinos, devenue également musée il y a un an. Une idée de visite pour petits et grands, avec des effets de “sons et lumières” qui ne manqueront pas de vous surprendre. Mehmet Hilmi Çetin, responsable du musée, a répondu à nos questions

Crédit photo GL

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Quand le musée de l’énergie a-t-il ouvert ses portes ?
Mehmet Hilmi Çetin
: Le musée a ouvert au public le 7 septembre 2012. Ce musée était à l’origine une usine de tissage de laine, qui a été fondée le 2 février 1938 et dont Mustafa Kemal Atatürk était le commanditaire (lors de sa dernière visite à Bursa).

Comment était ce lieu avant de devenir un musée ?
Dans l’usine de textile de Merinos, la laine passait par différentes étapes pour finalement devenir du tissu, dans le cadre de la fabrication de vêtements de prêt-à-porter. Cette usine produisait également sa propre électricité dans ses locaux et le surplus de production d'électricité servait alors à l’éclairage de la ville de Bursa. Les locaux où l'électricité était produite ont été ouverts au public pour devenir l’actuel musée de l’énergie. Aujourd'hui, dans le musée, vous pouvez facilement obtenir des informations sur cette grande usine de tissage et surtout sur l'importance de cette usine dans la vie économique du pays, après la proclamation de la République. L’usine a fermé en 2004. Plus de 17.500 personnes y ont travaillé.

Qu’est-ce qui attend les visiteurs du musée ?
Vous pouvez vous renseigner sur l'histoire de la production de l'électricité à Bursa, en Turquie, et dans le monde entier. Vous apprendrez tout non seulement sur l'énergie électrique, mais aussi sur d'autres sources d'énergie avec des maquettes et des vidéos mises à disposition sur place. (Les machines sont en majorité de marque allemande. Vous pourrez également y trouver une collection de transistors et d'autres objets en tous genres, qui feront le bonheur des curieux et des nostalgiques, NDLR)

Gaelle Loisel (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) vendredi 16 novembre 2012

Le musée est ouvert tous les jours de la semaine de 09h30 à 17h30 (sauf le lundi).

Pour plus d’informations: 0224.270.83.13 et www.bursamerinosenerjimuzesi.com (site internet en construction).

Visite virtuelle en quelques images:

A la une
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Sao Paulo - Actualité Brésil

LENA ET LA MODE - "Photo du jour"

Chaque vendredi, retrouvez "Lena et la mode", une série de dessins humoristiques sur le rapport des jeunes Brésiliennes à la mode. Ces…
Expat
Expat - Emploi

Une "French touch" pour faire du vin en Virginie

"Je devais rester un an et je ne suis jamais parti." Comme Matthieu Finot, par goût du défi, de la liberté de créer ou du pays lui-même, des vignerons français s'installent en Virginie pour faire le vin dont rêvait Thomas Jefferson, il y a deux siècles.

COACHING - Peut-on s'expatrier et changer de carrière ?

Quitte à changer de carrière, pourquoi pas aussi changer de pays ? Partir, c’est s’offrir une page blanche pour se réinventer. Le nouveau pays concrétise naturellement le virage que l’on veut prendre. L’ailleurs, c’est aussi là où votre ancienne image ne vous collera plus à la peau. Pensée magique ou pas?
Expat - Politique

EXPATRIATION – Fuite à droite, ouverture à gauche

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur "l’exil des forces vives" vient d’être adopté à l’Assemblée à une courte majorité. Toutefois, le débat demeure entre la droite et la gauche pour savoir ce que représente aujourd’hui l’expatriation des Français dans le monde. Entre "un atout dans la mondialisation" pour le PS et la nécessité de "refaire de la France une terre de réussite" pour l’UMP, chacun campe sur ses positions
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.