Parmi les lieux historiques à découvrir à Bursa figure le musée de l’énergie, ouvert depuis quelques semaines. Il se trouve à l’intérieur de l’ancienne usine textile de Merinos, devenue également musée il y a un an. Une idée de visite pour petits et grands, avec des effets de “sons et lumières” qui ne manqueront pas de vous surprendre. Mehmet Hilmi Çetin, responsable du musée, a répondu à nos questions

Crédit photo GL

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Quand le musée de l’énergie a-t-il ouvert ses portes ?
Mehmet Hilmi Çetin
: Le musée a ouvert au public le 7 septembre 2012. Ce musée était à l’origine une usine de tissage de laine, qui a été fondée le 2 février 1938 et dont Mustafa Kemal Atatürk était le commanditaire (lors de sa dernière visite à Bursa).

Comment était ce lieu avant de devenir un musée ?
Dans l’usine de textile de Merinos, la laine passait par différentes étapes pour finalement devenir du tissu, dans le cadre de la fabrication de vêtements de prêt-à-porter. Cette usine produisait également sa propre électricité dans ses locaux et le surplus de production d'électricité servait alors à l’éclairage de la ville de Bursa. Les locaux où l'électricité était produite ont été ouverts au public pour devenir l’actuel musée de l’énergie. Aujourd'hui, dans le musée, vous pouvez facilement obtenir des informations sur cette grande usine de tissage et surtout sur l'importance de cette usine dans la vie économique du pays, après la proclamation de la République. L’usine a fermé en 2004. Plus de 17.500 personnes y ont travaillé.

Qu’est-ce qui attend les visiteurs du musée ?
Vous pouvez vous renseigner sur l'histoire de la production de l'électricité à Bursa, en Turquie, et dans le monde entier. Vous apprendrez tout non seulement sur l'énergie électrique, mais aussi sur d'autres sources d'énergie avec des maquettes et des vidéos mises à disposition sur place. (Les machines sont en majorité de marque allemande. Vous pourrez également y trouver une collection de transistors et d'autres objets en tous genres, qui feront le bonheur des curieux et des nostalgiques, NDLR)

Gaelle Loisel (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) vendredi 16 novembre 2012

Le musée est ouvert tous les jours de la semaine de 09h30 à 17h30 (sauf le lundi).

Pour plus d’informations: 0224.270.83.13 et www.bursamerinosenerjimuzesi.com (site internet en construction).

Visite virtuelle en quelques images:

A la une

GUILLAUME CANET / CEDRIC ANGER - "C’est un serial killer assez inédit dans le genre"

La prochaine fois, je viserai le cœur s’inspire de l’affaire Alain Lamare. Les faits ont lieu dans l’Oise entre 1978 et 1979. Un maniaque agresse et tue plusieurs auto-stoppeuses. La police et la gendarmerie peinent à trouver l’homme qui échappe à tous les barrages. Chose qui lui est dans un premier temps facile puisqu’il s’agit en fait d’un jeune gendarme modèle qui enquête sur ses propres crimes. Notre édition de Londres a rencontré le…
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Sydney - Actualité Australie

PRINCE PHILIP - Un chevalier controversé

Si lundi, le jour de la fête nationale australienne, 16,000 citoyens de 15 pays différents sont devenus australiens traduisant une fois…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie