C’est une boutique pas comme les autres, une institution vieille de presque un siècle : la loterie Nimet Abla. Dans le quartier d’Eminönü, elle attire les clients de tout le pays et d’ailleurs. L’échoppe est un point de passage obligé pour ceux qui rêvent de devenir millionnaires grâce à un ticket du loto. Signe particulier: les billets de Nimet Abla ont la réputation de porter bonheur…

Crédit photo AA

La boutique est petite, tellement petite qu’elle n’a pas de porte. On se faufile sous le comptoir par une ouverture sous la caisse, plié en deux ou à quatre pattes. Trois vendeurs d’un côté, trois de l’autre. L’effectif passe à neuf à l’approche du super loto, la veille du Nouvel An.

Hasan, quinze ans de maison, charrie gentiment un collègue un peu plus bedonnant. “Il est au régime depuis deux mois ! Il faut qu’il puisse se caser derrière la machine dans le coin là-bas,” plaisante-t-il à moitié.

La veille du 1er de l’An, debout toute la journée, les vendeurs n’avalent presque rien. Pas le temps : des centaines de clients jouent des coudes au guichet, excités par l’espoir d’empocher 45 millions de livres, un peu plus de 19 millions d’euros.

La bonne fortune de Nimet Abla, c’est sa réputation. On raconte qu’un ticket de loto sur dix en Turquie est vendu juste ici, derrière cette devanture jaune décorée de grosses lettres rouges. Le succès de la maison est tel qu’on peut acheter ses tickets en ligne, sur nimetabla.com. Une innovation que n’aurait pas reniée Melek Nimet Özden, si elle était encore de ce monde.

La légende de grande sœur Nimet
Nimet Abla ou “grande sœur Nimet”, comme on l’appelle affectueusement, était une femme d’affaires avisée, l’une des pionnières de la jeune République. En 1928, elle vend ses premiers tickets pour le compte de la loterie nationale. Trois ans plus tard, l’un de ses clients touche le gros lot. Nimet Abla s’arrange, comme elle le fera toujours, pour en faire la publicité dans les quotidiens de l’époque. Bingo, la légende de Nimet la porte-bonheur est née.

Désormais, ses fils et petits-enfants ont repris le flambeau. Ils gèrent trois boutiques à Istanbul, tapissées de photos en noir et blanc, dont celle d’Eminönü ouverte en 1938. La caisse est encore en bois, d’anciens billets complètent la décoration.

Crédit photo AA

Tout le monde, y compris Hasan le vendeur, rêve d’empocher le super jackpot. Hasan assure que ces quatre dernières années, trois tickets gagnants sont sortis de ce guichet. Et pourtant… “Je joue beaucoup, tous les jours, mais je n’ai jamais rien gagné !” se lamente-t-il. “Ça doit être un message de Nimet Abla : tu gagneras ton pain en travaillant et en distribuant la chance aux autres !”

Se laisser tenter ou pas
Hasan n’a pas la main chanceuse mais qui sait, peut-être qu’Ömer, un fidèle de Nimet Abla, deviendra un jour millionnaire. “Je joue tous les soirs, sans faute, qu’il pleuve ou qu’il neige, et depuis plus de trente ans. C’est un guichet porte-bonheur, vraiment !” assure ce retraité qui ne roule pas sur l’or.

En revanche, la roue de la fortune ne risque pas de choisir Abdurrahman, le marchand de glaces d’à côté. “Je ne crois qu’à une seule chance, celle qui est donnée par Allah. C’est lui seul qui décide”, soutient-il avant de reconnaître, beau joueur : “On ne peut pas nier que les commerces autour en profitent les jours de gros tirages, quand il y a la queue dehors…”

N’en déplaise à Abdurrahman, Nimet Abla a laissé le souvenir d’une femme pieuse, qui a fait plus d’une fois le pèlerinage à la Mecque et a offert à Istanbul une mosquée à son nom. Tous les ans, sa fondation finance les bourses de 200 élèves du pays.

Le ministère des Affaires religieuses, la Diyanet, rappelle aux croyants turcs que le jeu d’argent est un péché dans l’Islam. Mais les ventes de tickets de loto, chez Nimet Abla et ailleurs, ont rapporté au monopole de la loterie nationale près de 850 millions d’euros en 2011, en hausse de 14% par rapport à 2010. Une cagnotte sur laquelle l’Etat turc n’a pas l’intention de faire une croix…

Découvrez, en son et en images, l'ambiance dans la boutique de Nimet Abla:

Anne Andlauer (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) mercredi 14 novembre 2012

Les guichets de Nimet Abla :

Merkez : Eminönü Arpacılar Caddesi No:13 İSTANBUL

+90 (212) 522 20 82

+90 (212) 522 57 88

Bakırköy Şubesi: İstanbul Caddesi No:5 İSTANBUL

+90 (212) 570 11 31

+90 (212) 571 69 93

Sirkeci Şubesi: Ankara Caddesi No:2 İSTANBUL

+90 (212) 513 55 69

 
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales