Envie d’une randonnée en forêt, d’une promenade à cheval ou d’un déjeuner au bord de la dernière rivière d’eau vive de Mexico ? La réserve écolo-touristique des Dinamos est l’endroit parfait pour une journée "grand air", en restant tout près de la ville

(Photo: LPJ)

La Magdalena Contreras n’est sans doute pas une delegación où l'on s’imaginerait spontanément se promener le week-end, mais elle abrite pourtant une des plus réjouissantes réserves naturelles de la ville. C’est simple: par endroits on se croirait presque dans un coin des Alpes !
Le parc des Dinamos, orientétourisme et loisirs écolo, se décline en trois parties. Chacune présente un certain intérêt, mais on peut retenir ce principe: plus on s’enfonce dans les Dinamos, plus ça vaut le coup.
Dans la première partie du parc, vous trouverez une énorme étendue de pelouse et de forêt. C’est joli, mais comme l’endroit est déjàbien connu et très prisédes familles mexicaines, c’est franchement bondéet bruyant en fin de semaine. Nous vous conseillons donc de passer votre chemin.

Choisissez la truite !
Au niveau du deuxième Dinamos, il y a aussi de l’animation mais bien moins pesante. De nombreuses cabañas sont installées au bord d’une petite rivière, le Río Magdalena, qui se trouve être la dernière eau vive de Mexico ! Il est vraiment agréable de s’attabler et d’attendre son déjeuner au son de l’eau qui rebondit sur les cailloux. Au menu, on a le choix parmi divers antojitos mexicanos (attention, ces petits restaurateurs n’ont pas la main leste sur le chile) mais il est recommandé d’opter pour une truite fraîche, qu’on ira vous chercher dans un des grands bassins avoisinants. Le poisson sera ensuite préparéen papillote ou grillé, selon votre goût.
Pour la balade digestive, on peut rester dans les environs du Dinamos numéro deux ou bien reprendre la voiture et continuer sa route jusqu’au troisième. Là, on vague vraiment en pleine nature, souvent sans croiser un chat. Donc, même s’il fait un peu froid en raison de l’altitude, il serait dommage de se priver de cette bouffée de dépaysement !

Camille VAYSSETTES (www.lepetitjournal.com/mexico) vendredi 19 octobre 2012 (reedition)

Comment y aller ?
Parque Nacional de los Dinamos
Delegación Magdalena Contreras
- En voiture : prendre le periférico en direction du sud, sortir à la Magdalena Contreras puis emprunter le camino de Santa Teresa on suit enfin l'avenida México qui arrive directement à la réserve.
- En transport en commun : à la station de métro Miguel Ángel de Quevedo, prendre le bus qui se dirige vers la Magdalena Contreras (regarder les petites pancartes sur le pare-brise) et demander au chauffeur de vous laisser là où passent les bus pour les Dinamos; prendre ensuite un de ces peseros qui passent à travers le parc.

 
Une internationale
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

L’immobilier parisien : valeur refuge ?

Les parcours professionnels s’internationalisent : un jour expatrié, un jour de retour en France pour repartir par la suite vers une autre destination d’expatriation. Mais dès qu’il s’agit d’immobilier, les français de l’étranger restent très attachés à leur mère patrie et préfèrent investir et placer leurs liquidités dans leur pays d’origine plutôt que dans leur pays d’expatriation.
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle donc n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales