Partager son journal intime et ses émotions incontrôlées d'ados avec des inconnus, c'est la dernière tendance des soirées branchées londoniennes. Et ça s'appelle les Cringe parties, littéralement : les “fêtes où on ne sait plus où se mettre”

(Photo Elisabeth Blanchet)

“14 décembre 1974, j'aime Dan, j'aime Dan" répète Claire, 50 ans, en lisant son cahier à spirale. Elle reprend : “Aujourd'hui, au lycée, nos regards se sont croisés. J'aurais voulu lui dire : Dan, je t'aime”. L'auto-dérision de Claire entraîne le public dans un fou rire général. Puis Claire saute une bonne vingtaine de pages de “J'aime Dan” et nous transporte au moment du premier rendez-vous. “3 janvier 1975, On a mangé au restaurant chinois. Il m'a invitée. Oh! je l'aime. Il a mis sa main sur la mienne. Après, on a acheté des cannettes de bière à l'épicerie. On est allé au parc, on a bu les cannettes et puis il m'a embrassée... J'aime Dan...” Le public se met à rire de plus belle, captivé par les premières aventures amoureuses de Claire. Nous sommes au premier étage d'un pub au coeur de Londres. Ce soir, la Cringe party fait une nouvelle fois salle comble. Ici, les acteurs sont des vrais gens qui n'ont pas peur d'avoir honte : ils sont là pour partager avec des inconnus les extraits les plus embarrassants de leurs journaux intimes.

Partager ses souvenirs d'ados

C'est en aidant ses parents à déménager que Sarah Brown, une Américaine de 32 ans, tombe sur ses vieux carnets, les sauve de la poubelle et les relis. “C'était tellement mauvais et exagéré que je me suis dit qu'il fallait que j'en fasse quelques chose...”, raconte Sarah. Elle se met à envoyer des extraits amusants et embarrassants à des amis qu'elle encourage à faire de même. “Ca devenait un jeu et j'étais de plus en plus fascinée par ce que je recevais. Je me suis dit que ce serait encore plus drôle d'échanger en direct”, se souvient la jeune femme. C'est ainsi que la première Cringe party voit le jour en 2005, dans l'arrière-salle d'un pub de Brooklyn. Tout de suite, la mayonnaise prend. Le principe des soirées est simple : n'importe qui peut participer. Le candidat doit juste spécifier à Sarah ce qu'il veut évoquer et elle se contente d'arranger l'ordre de passage des lecteurs. Fort de son succès américain, Sarah exporte le concept outre Atlantique et dès septembre 2009, il fait le bonheur des post-adolescents britanniques, âges, sexes et milieux sociaux confondus.

Mourir de honte ou … de rire?

Monter sur scène, lire à haute voix ses lettres d'amour restées à jamais terrées dans un cahier à spirale, raconter les émois de son premier French kiss et des premières expériences sexuelles embarrassantes, dévoiler les paragraphes d'un roman inachevé devant un public aux yeux à la fois écarquillés et moqueurs, c'est ce qui vous attend si vous décidez d'ouvrir vous aussi ce carnet poussiéreux et jauni, vestige de vos années de passage à l'âge adulte. “Nous sommes à la recherche de choses un peu gênantes pour le lecteur mais aussi auxquelles le public s'identifie, explique Neil Katcher qui organise des Cringe Parties aux Etats-Unis, on a tous eu le même sentiment de rejet quand la fille qui nous obsédait nous a repoussé. L'audience est là pour rire mais aussi pour encourager. C'est une sorte de thérapie de groupe”, poursuit-il.

Et qui sait ? Vous y rencontrerez peut-être l'âme soeur. Plusieurs participants de Cringe Parties ont eu le coup de foudre et se sont mariés. Mais attention, si les choses tournent mal, elles risquent de finir exposées dans un journal... plus vraiment intime !

Elisabeth Blanchet (www.lepetitjournal.com/londres) jeudi 30 septembre 2010

Pour en savoir plus sur les Cringe Parties à Londres :
http://www.queserasera.org/cringe.html,

 
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
 Bleu Blanc Box

Caroline Gaujour et Bleu Blanc Box : un partenariat haut en couleur !

Si vous êtes lecteur de notre édition stambouliote, peut-être avez-vous déjà entendu parler de Caroline Gaujour ? L'illustratrice installée depuis maintenant plus de deux ans dans la capitale turque a lancé son blog "dessinsdexpat.com" ainsi qu'une bande dessinée où elle retrace en dessins et avec beaucoup d'humour la vie et la condition d'expatrié(e). Elle vient récemment de nouer un partenariat avec Bleu Blanc Box. Cliquez ici pour en savoir plus
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Investissement locatif : comment être efficace dans sa recherche de bien ?

La rentabilité d'un investissement locatif peut varier considérablement d'un bien à l'autre. Mieux vaut laisser l'élément affectif de côté au moment de choisir le bien dans lequel vous allez investir, pour se concentrer sur des critères vraiment déterminants et rentabiliser l'investissement.
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales