Un jardin créé pour étudier et collectionner le maximum d’espèces du monde végétal.

"Le jardin botanique de Ajuda fut fondé à la manière des anciens jardins, sans aucune classification scientifique alors qu’on y trouve beaucoup de plantes rares et utiles à la médecine, à l’agriculture et aux arts; afin de le réformer et de le moderniser, selon la méthode que j’ai appliqué à celui de l’Université de Coimbra, il faudrait arracher toutes les plantes, tous les ornements de buis et les carrés de pierre du terrain supérieur où ils se trouvent établis; les travaux de cette réforme dureront quelques années, on y perdra de nombreuses espèces et les dépenses seront énormes."
Telles sont les impressions de Félix Avelar Brotero (1744-1828) quand il prend la charge de directeur de ce jardin, en 1811, fonction qu’il maintiendra jusqu’à sa mort.

Ce jardin est certainement le plus ancien du pays. Il a d’abord été mis en place sur ordre du Marquis de Pombal, en 1768, dans le but de faire connaître à la population de Lisbonne des espèces botaniques venant des quatre coins du monde. Projeté par le botaniste italien Domingo Vandelli (1735-1816), ce dernier enseigna les principes élémentaires de l’établissement d’un tel jardin, qui deviendra ainsi le 15º jardin botanique européen, 200 ans après ceux de Florence et de Bologne, en Italie et 133 ans après la création de celui du Muséum d’histoire naturelle de Paris.
Le terrain avait d’abord été converti, juste après le terrible tremblement de terre du 1 novembre 1755, en jardins potagers et vergers de la voisine et provisoire résidence royale établie dans un édifice en bois, la "Real Barraca", construction qui abrita le monarque Dom José I et sa famille et qui sera brûlée après la mort du roi.

(Photos : M.J Sobral)

Bien que Lisbonne ait eu avant des sites de regroupement de ses collections de plantes exotiques, le Jardin botanique royal de Ajuda sera le premier jardin dessiné afin de maintenir, étudier et collectionner le maximum d’espèces du monde végétal. Vandelli, tout comme Brotero, le génie portugais de la botanique, sauront acclimater des espèces exotiques à ce jardin. Aujourd’hui encore, c’est au pied de certains arbres qu’ils auront planté que nous flânons. Quelques uns d’entre eux, après avoir poussé avec succès sur les versants amènes de la colline de Ajuda, furent replantés dans tout Lisbonne. Il s’agit de genres comme les Jacarandas, les Podocarpus (pin de São tomé), les Chorisias (kapokier), les Tipuanas du Brésil, les Lagerstromias de Chine ou les Mélias d’Arménie. Ils sont restés présents dans le paysage urbain tel un témoignage vivant de l’effort de botanistes qui, tout en enrichissant la palette d’espèces nouvelles et de couleurs vibrantes capable de fleurir la capitale, préparèrent aussi le chemin pour d’autres jardiniers et paysagistes à venir.

Un jardinier français lance la mode des arbres exotiques dans Lisbonne
Sous la direction de Brotero, le jardin de Ajuda vivra sans nul doute sa période de splendeur. Avec le temps, cette splendeur perdra de sa vivacité par manque de soin et d’entretien. Huit ans après la mort du grand botaniste, Dom Fernando de Saxe Cobourg et Goethe (1816-1885), prince allemand et roi du Portugal en 1837, amant de la nature et des jardins, s’installera à Lisbonne. Avec l’aide de son jardinier particulier, un Français dénommé Bonnard, il prendra la relève en s’occupant de la «Tapada das Necessidades», premier jardin du jeune roi qui y planta de multiples espèces déjà bien acclimatées au jardin de Ajuda. C’est là aussi que Bonnard gagnera de l’expérience pour pouvoir appliquer par la suite toutes les nouveautés au jardin de Estrela ou dans le jardin panoramique de São Pedro de Alcântara. La mode se répandit à partir de ces lieux publics et les jardins privés de la capitale, les nombreuses places, avenues et rues se parèrent d’arbres exotiques dont la beauté des formes et des couleurs marquèrent Lisbonne à jamais.

Lire la suite demain...

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) Reprise du jeudi 25 octobre 2012

Technicien agronome (maria.friesen@sapo.pt)

Ouvert tous les jours, horaires d´hiver : 10h00-18h00 (9h00-20h00 en été) - Entrée par la Calçada do Galvão (l´entrée de la Calçada da ajuda ferme à 17H00)
Entrée : 2€, gratuit pour les enfants jusqu´à l´âge de 7 ans

En savoir plus :
www.jardimbotanicodajuda.com

 
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales