Envie d'un séjour paysan le temps d'un week-end ? Alors Rouqayah vous attend les bras ouverts. A quelques heures de route vers la côte nord, on se retrouve à 5 kilomètres de la plage, mais dans une ambiance de pleine campagne

Elle est maintenant installée dans sa ferme du petit village de Kobri Hamouda depuis 3 ans. Mais en plus de son exploitation, et c’est là tout l’intérêt, Rouqayah propose un bed & breakfast dans la plus pure tradition britannique (Photos: O.H). L'hôte des lieux, sujet de Sa Majesté, a des racines profondément ancrées dans la terre et "réalise ici enfin son rêve". Elle explique son parcours : "Je voulais depuis longtemps avoir ma propre exploitation, mais au Royaume-Uni les prix sont trop chers et le climat n'est pas encourageant. Ici, à une soixantaine de kilomètres à l'est d'Alexandrie, j'ai 20 jours de pluie par an, contre 20 jours de soleil par an en Angleterre".

Avant de faire le grand pas, elle multiplie les consultations et va par exemple à la rencontre de l'ambassadeur d’Egypte à Londres pour exposer son projet. "Il m'a regardé avec des yeux ronds, mais m'a donné des contacts en Egypte qui pouvaient m'aider à y voir plus clair".

Les diverses déclarations de prudence n'y font rien, elle décide de se lancer, coûte que coûte. "Je suis arrivée en terre de bédouins qui se demandaient ce que je venais faire là. En tant que femme, toutes les rumeurs ont circulé sur mon compte... Aujourd'hui ça va beaucoup mieux et j’entretiens de bonnes relations avec mon voisinage !".

Une pigeonnière dans les champsEcarter les poules et canards
Sur 7 feddans (3 hectares), elle élève chevaux, vaches, oies, canards, poules, lapins, buffles sans compter les chiens et chats qui se promènent ici et là.  Quand aux produits agricoles, leur culture est surveillée de près par son mari. Grâce à lui, les visiteurs pourront par exemple comprendre de plus près les techniques d'irrigations utilisées dans le delta égyptien.

Trois chambres dans sa propre maison et un cottage sont proposés aux visiteurs. Les pièces sont spacieuses, à la propreté irréprochable, climatisées en cas de grosses chaleurs, avec chacune une couleur pour thème: orange, bleu, rouge et toutes dotées d'une salle de bain. Le cottage, dans un bâtiment voisin, est équipé d'une kitchenette. Il faudra peut-être écarter les poules et canards sur son passage pour y accéder, mais c’est ce qui donne toute l’ambiance du séjour.

Bien sûr on peut y recevoir des repas. Dans la salle à manger, 8 hôtes peuvent s'attabler et partager lapin, poulet ou canard suivant la recette fermière de la propriétaire. Le tout accompagné des légumes les plus frais de la ferme. On y retrouve, à la dégustation, un tour de main d'Outre-manche...

"Les enfants sont les bienvenus ici. En général, ils adorent les animaux et c'est l'occasion qu’ils puissent les voir de plus près dans leur environnement" déclare Rouqayah, véritable force de la nature, dont les journées, bien remplies, vont de  6h à  22h. Tôt le matin, petits et plus grands, peuvent demander à traire les vaches.

L'une d'elle, Jessica, se prêtera patiemment à l'opération de mains d'amateurs. Une expérience inédite pour certains! Ils dégusteront ensuite le lait au petit déjeuner, accompagné de yaourts fermiers, d'une omelette, d'une confiture de figue faite maison, et bien sûr des fèves comme pour rappeler que nous sommes bien en terre égyptienne.

Un cours d'équitation est possibleUne remarquable cavalière
Pendant la journée, l'option farniente - piscine est possible. "L'eau est garantie sans chlore. La piscine est vidée dans les champs à chaque départ de visiteurs". Et en effet, c'est une sacrée différence de se baigner dans une eau douce sans produits chimiques.

Sinon, des cours d’équitation seront proposés. En plus d'être une remarquable cavalière, l'hôte des lieux saura mettre rapidement en confiance les novices.

Histoire de na pas repartir les mains vides du "ranch", la veille du départ, Rouqayah vous demandera ce que vous souhaitez emporter. "Poulet, canard, oie, lapin prêts pour le four ?" Avis aux âmes sensibles, vous risquerez d’entendre les oies s’égosiller avant d’être déplumées.

Les amateurs de blancs de poulets réaliseront aussi à quel point ils s’alimentent - dans leur vraie vie - de produits dopés aux hormones…

Rouqayah vous dira au revoir avec le sourire et peut-être une confidence : "J’ai un regret : peu de gens comprennent vraiment mon projet et ce qui m'a amenée ici. Cela arrive parfois, mais c’est tellement rare".

Olivier Hubert (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) jeudi 17 janvier 2012 (réédition)

Plus de renseignements : www.rouqayahsranch.com

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine