L'exposition "Erinnerung – Bild – Wort" (Souvenir, image, mot) au musée juif de Francfort s'intéresse aux artistes juifs pendant le régime nazi et à la représentation de leur vie, peurs, ressentiments... L'occasion de découvrir deux artistes majeurs de cette période : Arnold Daghani et Charlotte Salomon

Charlotte Salomon, une des gouaches de ”Leben? oder Theater?“ (1940-42) (© Charlotte Salomon Foundation, Amsterdam)


Charlotte Salomon (1917-1943) est sans doute l'une des artistes allemandes les plus importantes du 20e siècle. En 1935 elle arrive à entrer dans l'école de Beaux-Arts du quartier berlinois de Charlottenbourg, malgré ses origines juives. Quatre ans plus tard elle s'exile chez ses grands-parents à Villefranche-sur-Mer.
En France, entre 1940 à 1942, elle crée une vaste œuvre artistique axée surtout sur la menace existentielle qui pèse sur elle et sa famille. Elle produit plus de 1 300 gouaches souvent très expressives regroupées sous le titre "Leben? oder Theater? "("Les gouaches de la vie ou du théâtre", habituellement exposées au musée historique juif d'Amsterdam). Après l'occupation de la France du Sud par les nazis, elle est déportée. Près de 60 ans après sa mort à Auschwitz en 1943, son oeuvre est redécouverte et appréciée. En témoigne l'exposition de certaines de ses toiles à la Documenta à Kassel cette année. Son travail est aujourd'hui considéré comme peut-être l'un des plus importants dans la confrontation avec la Shoah.

Arnold Daghani " Im Lager, 1943 " (Arnold Daghani Collection, Special Collections, University of Sussex © Arnold Daghani Trust)


Arnold Daghani, né en 1909 en Bucovine (Nord de la Roumanie) dans une famille d'origine allemande, est l'un des rares artistes juifs qui a travaillé artistiquement en secret dans un camp de concentration nazi (le camp de Michailowka en Ukraine) et dont les oeuvres ont survécu. Ses notes ainsi que ses dessins ont notamment été utilisés devant les tribunaux après-guerre. Ayant réussi à s'évader, il a survécu à la Shoah et toute sa vie s’est battu pour la justice et la réconciliation. L'importance primordiale de son travail artistique et documentaire à la fois est à découvrir.

Le Musée Juif de Francfort montre pour la première fois ces deux artistes dans une exposition commune, à la fois témoins de la Shoah et artistes accomplis. Alors que leurs oeuvres ont à peine été reconnues jusqu'ici, le Musée Juif de Francfort souhaite ainsi rappeler que leurs travaux artistiques sont des témoignages majeurs de l'extermination des Juifs par les nazis et poursuivre aussi le devoir de mémoire.

Barbara Rubert (www.lepetitjournal.com/francfort) Jeudi 8 novembre 2012{jcomments on}


Erinnerung – Bild – Wort / Arnold Daghani und Charlotte Salomon
jusqu'au 3 février 2013

Musée Juif de Francfort 
- Untermainkai 14 - 15
www.juedischesmuseum.de
Tous les jours de 10 à 17 h, jusqu'à  20 h le mercredi. Fermé le lundi.

 Entrée: 4 euros

Visite guidée en français sur demande : 069 212 388 04

 
Une internationale

BERNARD PIVOT – "La fermeture des Instituts Français à l’étranger est un drame"

Le journaliste et écrivain Bernard Pivot était invité des Rencontres littéraires, organisées par l’Alliance Française à Paris. Celui qui a commencé à voyager à travers les livres lorsqu’il était enfant en dévorant son dictionnaire du Petit Larousse, en dit plus sur sa vision de la langue française et l’intérêt de promouvoir la francophonie à travers le monde.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales