Une exposition qui fait froid dans le dos ! Cimetières, fantômes, sorcières… sont au Städel qui propose de découvrir le romantisme noir à travers une sélection de 200 oeuvres artistiques. De Goya et Füssli jusqu'à Max Ernst et aux films expressionnistes des années 1920. Prochainement à Paris

Ernst Ferdinand Oehme "Prozession im Nebel" (1828)

"La météo se prête parfaitement à l'exposition ", a déclaré Felix Krämer, conservateur du Städel, lors de la conférence de presse inaugurale fin septembre. Il tombait ce jour-là des trombes d'eau. Si des conditions météorologiques mauvaises incitent plus facilement des gens à aller au musée, le temps automnal se prête aussi particulièrement à la grande exposition temporaire du Städel " die schwarze Romantik. Von Goya bis Max Ernst " ("le Romantisme noir, de Goya à Max Ernst"). Et l'on se demande comme cela sera à Paris au printemps prochain car les responsables du musée francfortois sont très fiers d'annoncer que leur exposition ira ensuite au Musée d'Orsay.

Murs gris, rideaux noirs, miroirs teintés… il n'y a pas que la météo qui participe à l'ambiance de cette exposition, aussi la mise en scène et surtout les oeuvres et leurs thèmes ombrageux, morbides ou irrationnels. C'est dans les années 1930 que l'historien d'art italien, Mario Praz, a mis en avant pour la première fois le versant noir du romantisme, désignant ainsi un vaste pan de la création artistique à partir de la fin du XVIIIe siècle et l'apparition de romans gothiques anglais qui séduisent le public par leur goût du mystère et du macabre.

Victor Hugo "La main bénissante de l'abesses" (non daté) (© Maisons de Victor Hugo, Paris et Guernesey / Roger-Viollet)

Jusqu'au "Chien andalou" de Bunuel
Les arts plastiques emboîtent rapidement le pas : les univers terribles ou grotesques de nombreux peintres, graveurs ou sculpteurs de toute l'Europe rivalisent avec ceux des écrivains. Goya et Géricault et les atrocités des guerres et naufrages de leur temps, Füssli et Delacroix qui donnent corps aux spectres, sorcières et démons de Shakespeare ou de Goethe. Ou encore une petite salle du Städel consacrée à Victor Hugo et ses esquisses au fusain.

A partir des années 1880, constatant l'ambiguïté de la notion de progrès, de nombreux artistes reprennent l'héritage du romantisme noir en se tournant vers l'occulte, les mythes, en exploitant les découvertes sur le rêve, par exemple, pour confronter l'homme à ses terreurs et à ses contradictions, jusqu'aux surréalistes qui, après la Première guerre mondiale, font de l'inconscient et de l'ivresse les fondements de la création artistique. A travers peintures, gravures, dessins, sculptures et films, "die schwarze Romantik " propose de suivre toute cette évolution. Des oeuvres à ne pas mettre forcément devant tous les yeux, même si certains ateliers pour enfants du musée sont proposés à partir de 4 ans !

Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Vendredi 2 novembre 2012{jcomments on}

Die schwarze Romantik. Von Goya bis Max Ernst ("le Romantisme noir, de Goya à Max Ernst") au Städel Museum (Schaumainkai 63- Frankfurt am Main) jusqu'au 20 janvier 2013
de 10h à 18 h (tous les jours sauf lundi, nocturnes jusqu'à 21h les mercredis et jeudis)
Entrée: de 10 à 14 euros
www.staedelmuseum.de

A noter vendredi 2 novembre, "Electromantic night" dans le cadre de l'exposition. Livemusik et DJ-set avec Nova Heart (Beijing) et Planningtorock (Berlin) de 20h à 2h.

 
Une internationale
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Et si vous louiez votre appartement à une grande entreprise ?

Avez-vous déjà entendu parler de la location corporate ? C’est la possibilité pour un propriétaire de louer son appartement à un grand groupe pour que celui-ci y installe l’un de ses salariés avec ou sans sa famille. Un dispositif qui présente de nombreux avantages pour les bailleurs expatriés.

CFE – La protection sociale au féminin

Pour réussir son expatriation, les questions de « protection sociale » sont fondamentales et doivent être anticipées avant le départ. C’est d’autant plus vrai pour les femmes qui doivent souvent prendre des précautions supplémentaires pour les enfants, la maternité. Avec la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) qui assure la continuité à l’étranger de la Sécurité sociale française, vous avez la possibilité d’emporter la protection sociale « à la française » à l’étranger et de rester couverte partout dans le monde (dont la France) comme si vous n’étiez pas partie.
Expat
Expat - Emploi

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine
En direct de nos éditions locales