Lorsque Lisa Zenner s’exprime, aucun accent ne laisse deviner si elle est allemande ou française. Et pourtant,  à l’origine elle n’a aucun lien avec la France. La plus francophone des Sarroises a décidé de consacrer une grande partie de son temps à sa passion ; la chanson française ; et a ouvert avec son amie Yvonne la salle de spectacle le Corbo en septembre 2010. Toutes les deux y organisent pour la deuxième année consécutive le festival de la chanson française.

Lepetitjournal.com/Berlin : Comment avez-vous appris le français et pourquoi avoir décidé de chanter uniquement dans la langue de Molière ?
Lisa Zenner : Mon père a été transféré au Maroc lorsque j’avais 9 ans. De ce fait, le Français est devenu ma deuxième langue maternelle. J’ai  ensuite vécu entre autre à Bruxelles, Strasbourg avant de m’installer à Berlin, où je compte rester un petit moment. J’ai écrit mon premier texte en français lors d’une Jam session à Bruxelles. Cela a été un déclic et depuis lorsque j’écris mes chansons, le français vient naturellement. J’ai aussi un attachement plus émotionnel à cette langue qu’à l’allemand.


Comment vous est venue l’idée de créer une salle de concert et pourquoi à Berlin ?

Mon amie et moi avions l’idée d’ouvrir une salle de concert depuis longtemps. Comme cela n’était pas possible à Strasbourg, nous avons choisi de venir vivre Berlin, d’une part pour des raisons professionnelles mais aussi car c’est l’unique ville européenne qui offre la  possibilité d’ouvrir un lieu aussi facilement.

(La salle de spectacle le Corbo)

Pourquoi vous avoir orienté le corbo dans le genre "chanson" francophone ?
La "chanson", en allemand, est un genre très mélodieux et orienté sur le texte. Je cherche toujours des francophones qui écrivent leur propre chanson afin de proposer au public berlinois autre chose que des reprises d’Edith Piaf ou de Jacques Brel. Nous sommes aussi rendu compte que les chanteurs francophones, installés à Berlin et en Allemagne, n’avaient aucune plateforme pour se faire connaître. Ils restent "underground" puisqu’ils ne sont pas diffusés à la radio. En créant le Corbo, nous avons voulu leur donner l’opportunité de s’exprimer.


Pourquoi avoir créé un festival de la chanson française ?
L’idée du festival était de réunir ces artistes sur trois jours pour les faire connaître au public car ils le méritent mais également pour qu’ils puissent se rencontrer entre eux. Ils ont tous cette particularité de parler allemand ainsi ils peuvent expliquer leurs textes aux non francophones dans la salle.


Pouvez-vous nous présentez en quelques mots l’ambiance du festival ?
Nous avons invité cinq artistes en plus de moi. Par soir, deux chanteurs se produiront sur scène car nous voulons leur laisser le temps de faire partager leur univers particulier au public. Chacun possède des influences musicales différentes, de la bossa nova au Jazz en passant par le traditionnel accordéon, nous avons fait en sorte de varier les goûts et les plaisirs.

Anaïs GONTIER (www.lepetitjournal.com/Berlin) jeudi 15 novembre 2012


Pour connaître le programme du festival de la chanson française, rendez-vous ici http://www.chanson-francaise.de/
Gagnez deux places en envoyant un mail à l' adresse suivante : info@corbo-berlin.de

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Athenes - Actualité

GRECE - Pas de vacances pour Athènes

Alors que beaucoup de gouvernements européens annoncent les vacances de leurs ministres, il en est tout autre, ici, à Athènes.
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne
Expat - Politique

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine