Lorsque Lisa Zenner s’exprime, aucun accent ne laisse deviner si elle est allemande ou française. Et pourtant,  à l’origine elle n’a aucun lien avec la France. La plus francophone des Sarroises a décidé de consacrer une grande partie de son temps à sa passion ; la chanson française ; et a ouvert avec son amie Yvonne la salle de spectacle le Corbo en septembre 2010. Toutes les deux y organisent pour la deuxième année consécutive le festival de la chanson française.

Lepetitjournal.com/Berlin : Comment avez-vous appris le français et pourquoi avoir décidé de chanter uniquement dans la langue de Molière ?
Lisa Zenner : Mon père a été transféré au Maroc lorsque j’avais 9 ans. De ce fait, le Français est devenu ma deuxième langue maternelle. J’ai  ensuite vécu entre autre à Bruxelles, Strasbourg avant de m’installer à Berlin, où je compte rester un petit moment. J’ai écrit mon premier texte en français lors d’une Jam session à Bruxelles. Cela a été un déclic et depuis lorsque j’écris mes chansons, le français vient naturellement. J’ai aussi un attachement plus émotionnel à cette langue qu’à l’allemand.


Comment vous est venue l’idée de créer une salle de concert et pourquoi à Berlin ?

Mon amie et moi avions l’idée d’ouvrir une salle de concert depuis longtemps. Comme cela n’était pas possible à Strasbourg, nous avons choisi de venir vivre Berlin, d’une part pour des raisons professionnelles mais aussi car c’est l’unique ville européenne qui offre la  possibilité d’ouvrir un lieu aussi facilement.

(La salle de spectacle le Corbo)

Pourquoi vous avoir orienté le corbo dans le genre "chanson" francophone ?
La "chanson", en allemand, est un genre très mélodieux et orienté sur le texte. Je cherche toujours des francophones qui écrivent leur propre chanson afin de proposer au public berlinois autre chose que des reprises d’Edith Piaf ou de Jacques Brel. Nous sommes aussi rendu compte que les chanteurs francophones, installés à Berlin et en Allemagne, n’avaient aucune plateforme pour se faire connaître. Ils restent "underground" puisqu’ils ne sont pas diffusés à la radio. En créant le Corbo, nous avons voulu leur donner l’opportunité de s’exprimer.


Pourquoi avoir créé un festival de la chanson française ?
L’idée du festival était de réunir ces artistes sur trois jours pour les faire connaître au public car ils le méritent mais également pour qu’ils puissent se rencontrer entre eux. Ils ont tous cette particularité de parler allemand ainsi ils peuvent expliquer leurs textes aux non francophones dans la salle.


Pouvez-vous nous présentez en quelques mots l’ambiance du festival ?
Nous avons invité cinq artistes en plus de moi. Par soir, deux chanteurs se produiront sur scène car nous voulons leur laisser le temps de faire partager leur univers particulier au public. Chacun possède des influences musicales différentes, de la bossa nova au Jazz en passant par le traditionnel accordéon, nous avons fait en sorte de varier les goûts et les plaisirs.

Anaïs GONTIER (www.lepetitjournal.com/Berlin) jeudi 15 novembre 2012


Pour connaître le programme du festival de la chanson française, rendez-vous ici http://www.chanson-francaise.de/
Gagnez deux places en envoyant un mail à l' adresse suivante : info@corbo-berlin.de

Une internationale

FORMATION - Les écoles hôtelières suisses s'accrochent pour rester les meilleures

Cela ressemble à un repas dans un restaurant de luxe, avec une vue spectaculaire sur les Alpes et des serveurs en tenue amidonnée versant un grand cru et détaillant aux convives un menu complexe. Mais il n'en est rien. Les serveurs, les convives en tenue habillée et même l'équipe en cuisine élaborant des assiettes soignées sont en fait des étudiants de l'une des célèbres écoles hôtelières de Suisse.
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Melbourne - Actualité Australie

"SI J'OZAIS" - Ikea, le retour...

Il existe un moment exaltant dans la vie de nombreux couples français, c'est lorsque, après une quinzaine d'années à suer sang et eau au…
Expat
Expat - Emploi

LAOS - Repenser l'idée d'entreprendre

S'installer au Laos, c'est choisir sa qualité de vie, et un engagement humain. Cette dimension est en effet essentielle dans le pays, car on vient pas ici pour faire fortune. La responsabilité sociétale de ceux qui s'y sont installés ne laisse pas de place au doute sur les raisons qui leur ont fait choisir ce pays! Un reportage vidéo du W Project (équipe sociale et solidaire)

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de Merci Maman. 
Expat - Politique

ENRICO LETTA – L’ancien Premier ministre italien s'expatrie à Paris

Enrico Letta, prédécesseur de Matteo Renzi à la tête du Conseil des ministres a annoncé sa démission de la Chambre des députés italienne. Il s’apprête à quitter Rome et l’Italie pour Paris afin de prendre la tête de l’Ecole d’affaires internationales de Sciences Po, qui forme de futurs hommes d’affaires à l'international.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala