Le swing est la danse du moment ! Et Berlin n’est pas en reste pour nous offrir cours conviviaux et soirées endiablées. Retour sur cette danse trépidante et tour d’horizon des bons plans de la capitale.

Pour la petite histoire…
Le swing voit le jour aux États-Unis dans les années 1930. Tout d’abord méprisée par les Blancs, cette danse afro-américaine issue du jazz se propage peu à peu à travers toute la société grâce à son rythme entraînant et sa liberté enivrante. Parmi les grandes voix du swing, on se rappelle d’Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Billie Holiday ou Chet Baker . La période consacre également les "big bands", ces grands groupes de jazz qui ont révélé des artistes comme Duke Ellington, Benny Goodman ou encore Django Reinhardt. En Europe, le swing connaît son apogée dans les années 1940 avec l’arrivée des Alliés sur le Vieux Continent. Puis, une mode en chassant une autre, le swing sera détrôné par le rock’n’roll dans les années 1950.

Swing Revival

Le swing revient en Europe dans les années 1980 grâce au Suédois Lennart Westerlund. Avec d’autres passionnés, il remet au goût du jour cette danse tombée en désuétude, chacun y ajoutant ses influences : rock, hip hop, salsa… Côté musique, le jazz manouche a conquis un vaste public ces dernières années et l’électro swing tient désormais une place de choix, porté par des groupes comme Movits (Suède), Parov Stelar (Autriche), Caravan Palace (France) ou Swing Republic (Danemark).

Tous les swings sont dans la nature
Lors de vos pérégrinations berlinoises, vous aurez de multiples possibilités. Seul, à deux ou en groupe, près de 14 variantes s’offrent à vous : Lindy Hop (le plus répandu), Balboa, Shag, West Coast Swing, Charleston… Si les rythmes et les pas diffèrent, le swing reste une danse festive et ludique, qui s’adapte aux envies de chacun.

Berlin, capitale swing
On peut évidemment apprendre à danser dans des écoles de danse. Toutefois, pour s’améliorer rapidement et faire des rencontres, les soirées restent la meilleure option. Et Berlin n’en manque pas ! Il faut généralement prévoir une dizaine d’euros pour un cours qui donne le plus souvent accès à une soirée. Comptez éventuellement quelques euros pour une soirée sans cours. A noter : tous les lundis l’école de swing Jeder-ist-tanzbar (Friedrichshain) organise après leurs cours ce qu’on appelle communément du "Social Dance", une soirée faite pour danser. Les professionnels de la Swing Patrol Berlin officient le même soir au Volksbar (Mitte) avec des cours suivis de Social Dance. On les retrouve le jeudi au Frannz Club (Prenzlauer Berg) pour une soirée "Swing & Wine". Le Clärchens Ballhaus, célèbre restaurant gypsy de Mitte, propose un cours le mercredi. Un lieu pittoresque à découvrir sans attendre ! Toujours à Mitte, le Katerholzig, haut lieu des soirées électro berlinoises, surfe sur la vague et laisse place au swing tous les jeudis à partir de 21h30. Avec le collectif "Hop It !", le samedi c’est swing jusqu’au bout de la nuit au Hausboot (Neukölln). Ambiance rétro garantie ! Pour ne rien rater, le site www.swinginberlin.de répertorie toute l’actualité swing à Berlin. Il ne reste plus qu’à chausser vos souliers !

Charline VASSEUR (www.lepetitjournal.com/Berlin.html) vendredi 16 novembre 2012

Pour trouver où apprendre à danser et plus encore (liste non exhaustive !) :
http://swingpatrolberlin.com/
http://www.jeder-ist-tanzbar.de/kontakt/
http://www.ballhaus.de/
http://www.hopit.de/
http://www.swinginberlin.de

Un avant-goût en images :
Swing, de Tony Gatlif (2002)

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine