N’acheter ni viande, ni produits laitiers, et refuser de porter du cuir ou de la laine : tel est le credo des vegans. Alors que le nombre de restaurants et d’adeptes veganistes se multiplie, nous avons rencontré Diana Vässen, de l’association Berlin Vegan


Diana Vässen est une adepte du véganisme. Au menu: burger sans viande et bientôt lait de soja pour sa fille (photo. S. de Chivré)

Ce midi, j’ai envie d’un burger et d’un fondant au chocolat“, déclare Diana Vässen. On imagine un steak saignant entre deux tranches de pain, suivi d’un dessert dont il vaut mieux taire la teneur en beurre. Sauf que le burger de Diana renferme du soja pané et son gâteau est cuisiné avec margarine et lait de soja. Car la jeune femme ne mange ni viande, ni laitage, et ne consomme aucun produit d’origine animale. Autrement dit, elle est vegan : “Je n’achète pas non plus de miel et d’œufs. Je bannis les cosmétiques à base de graisse animale, ainsi que le cuir, la laine, la soie et, bien sûr, la fourrure“, précise cette Berlinoise. Pour elle, la capitale allemande est la ville idéale : “On trouve plein de restaurants adaptés. Quand je fais mes courses, je peux même acheter du lait soja dans n’importe quel supermarché, alors que ce n’était pas le cas auparavant. Un litre peut coûter 1,50 euros au lieu de 50 centimes pour du lait ordinaire, mais nous acceptons ce coût : l’habillement nous revient à moins cher, comme nous n’achetons pas de chaussures en cuir“.

Sensibiliser à la cause animale
Diana partage ses convictions avec environ 20.000 Berlinois. Aucun chiffre précis n’existe pour l’Allemagne. Selon Vegan Welt, une association, entre 250.000 et 460.000 personnes auraient adopté ce mode de vie. Une minorité, en comparaison des 5 millions de végétariens avec lesquels il ne faut pas les confondre. “Avant de devenir vegan il y a trois ans, j’étais végétarienne. J’ai franchi une étape dans la protection des animaux. Je ne bois plus de lait parce que pour le produire, une vache doit donner naissance à un veau qui sera tué pour sa viande“, souligne la jeune femme. Une vision que plus d’un pourrait qualifier d’excessive : “Nous avons souvent une image radicale. La première fois que j’ai vu une manifestation de vegans, j’ai moi-même trouvé ça extrême. Après avoir discuté avec des gens, j’ai compris qu’il n’en était rien“. Elle rejoint alors une association d’une cinquantaine de membres, Berlin Vegan. L’objectif est de promouvoir le veganisme, comme lors du Welt Vegan Tag, leur journée mondiale, le 1er novembre. Cette année, le groupe avait prévu plusieurs manifestations et actions de sensibilisation entre le 31 octobre et le 2 novembre.

"Devenez vegan vous aussi!"
Pour Diana, “c’est l’occasion est de montrer qu’on a une vie normale. Nous menons aussi des opérations toute l’année. Pour notre Sommerfest, nous installons une table avec des gâteaux vegans. Les visiteurs sont surpris, certains croient que nous ne nous nourrissons que d’herbe !“ Prochaine étape, pour son association : la mise en place d’un programme de tutorat en janvier 2010, pour initier pendant deux semaines des “non vegans“ à une vie sans produit d’origine animale. À la fin, le participant pourra choisir s’il veut devenir lui aussi adepte du veganisme. Pour Diana, cette mission ne devrait pas être compliquée : ”J’ai déjà réussi à convertir ma mère et des amis !“ se réjouit-elle. 


Sophie de Chivré (www.lepetitjournal.com/berlin) mardi 16 avril 2013

Retrouvez des informations détaillées sur : http://www.berlin-vegan.de/

 

 

 
Une internationale

CHERI(E) ON S’EXPATRIE ! – Et le couple dans tout ça ?

On aurait tendance à oublier, voire à occulter, que l’expatriation peut être délicate pour les couples avec son lot de surprises, de challenges, de remises en question. Pour traverser sans dommages ce "big bang personnel", ne manquez pas le "guide de survie à l’usage des couples aventuriers", d’Alix Carnot. Drôle et pratique, il donne des clés pour partir averti, et revenir à deux.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Le rachat de trimestres de retraite pour les expatriés : avantages et inconvénients

Si vous travaillez à l’étranger depuis plusieurs années, il est probable que vous ne puissiez bénéficier d’une retraite française complète. En effet, à moins d’avoir été affilié aux régimes volontaires de retraite pour les expatriés, la Caisse des français de l’étranger pour la retraite de base, et la CRE et IRCAFEX pour la retraite complémentaire (cela pouvant résulter d’une obligation de votre employeur si vous avez conservé un contrat de travail avec une société française), vous avez cessé d’acquérir des droits à compter de votre départ de France.
Expat
Expat - Emploi

GAME CHANGERS - Le témoignages de celles et ceux qui "disruptent" le jeu à l’international

Qui sont les Game Changers ? Celles/ceux qui incarnent l'agilité, l'audace et la transformation. Lors de la récente conférence de l’International au Féminin, étaient invitées stars de l'E-commerce, chefs d'entreprise, responsables innovation d’entreprises libérées, VP International de grands groupes, Startupeuses. Voici les secrets de celles et ceux qui ouvrent l'horizon et partagent les clefs de leur réussite.

EXPATRIATION - Pourquoi se reconvertir est important ?

Que vous soyez une femme, un homme, le conjoint suiveur ou le/la salarié(e) qui est expatrié(e), la problématique est totalement identique. Il arrive des moments (une expatriation ou une nième expatriation, un accouchement, un burn-out ou tout autre évènement) qui peuvent être un déclencheur. Ce(s) moment(s) permettent de « sortir la tête du guidon » et nous aident à prendre du recul pour nous apercevoir que nous avons été, jusque-là, en mode automatique. Nous avons suivi un chemin sans même nous poser trop de questions et/ou prendre de vraies décisions quant à la vie que nous souhaitons avoir.
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine
En direct de nos éditions locales