N’acheter ni viande, ni produits laitiers, et refuser de porter du cuir ou de la laine : tel est le credo des vegans. Alors que le nombre de restaurants et d’adeptes veganistes se multiplie, nous avons rencontré Diana Vässen, de l’association Berlin Vegan


Diana Vässen est une adepte du véganisme. Au menu: burger sans viande et bientôt lait de soja pour sa fille (photo. S. de Chivré)

Ce midi, j’ai envie d’un burger et d’un fondant au chocolat“, déclare Diana Vässen. On imagine un steak saignant entre deux tranches de pain, suivi d’un dessert dont il vaut mieux taire la teneur en beurre. Sauf que le burger de Diana renferme du soja pané et son gâteau est cuisiné avec margarine et lait de soja. Car la jeune femme ne mange ni viande, ni laitage, et ne consomme aucun produit d’origine animale. Autrement dit, elle est vegan : “Je n’achète pas non plus de miel et d’œufs. Je bannis les cosmétiques à base de graisse animale, ainsi que le cuir, la laine, la soie et, bien sûr, la fourrure“, précise cette Berlinoise. Pour elle, la capitale allemande est la ville idéale : “On trouve plein de restaurants adaptés. Quand je fais mes courses, je peux même acheter du lait soja dans n’importe quel supermarché, alors que ce n’était pas le cas auparavant. Un litre peut coûter 1,50 euros au lieu de 50 centimes pour du lait ordinaire, mais nous acceptons ce coût : l’habillement nous revient à moins cher, comme nous n’achetons pas de chaussures en cuir“.

Sensibiliser à la cause animale
Diana partage ses convictions avec environ 20.000 Berlinois. Aucun chiffre précis n’existe pour l’Allemagne. Selon Vegan Welt, une association, entre 250.000 et 460.000 personnes auraient adopté ce mode de vie. Une minorité, en comparaison des 5 millions de végétariens avec lesquels il ne faut pas les confondre. “Avant de devenir vegan il y a trois ans, j’étais végétarienne. J’ai franchi une étape dans la protection des animaux. Je ne bois plus de lait parce que pour le produire, une vache doit donner naissance à un veau qui sera tué pour sa viande“, souligne la jeune femme. Une vision que plus d’un pourrait qualifier d’excessive : “Nous avons souvent une image radicale. La première fois que j’ai vu une manifestation de vegans, j’ai moi-même trouvé ça extrême. Après avoir discuté avec des gens, j’ai compris qu’il n’en était rien“. Elle rejoint alors une association d’une cinquantaine de membres, Berlin Vegan. L’objectif est de promouvoir le veganisme, comme lors du Welt Vegan Tag, leur journée mondiale, le 1er novembre. Cette année, le groupe avait prévu plusieurs manifestations et actions de sensibilisation entre le 31 octobre et le 2 novembre.

"Devenez vegan vous aussi!"
Pour Diana, “c’est l’occasion est de montrer qu’on a une vie normale. Nous menons aussi des opérations toute l’année. Pour notre Sommerfest, nous installons une table avec des gâteaux vegans. Les visiteurs sont surpris, certains croient que nous ne nous nourrissons que d’herbe !“ Prochaine étape, pour son association : la mise en place d’un programme de tutorat en janvier 2010, pour initier pendant deux semaines des “non vegans“ à une vie sans produit d’origine animale. À la fin, le participant pourra choisir s’il veut devenir lui aussi adepte du veganisme. Pour Diana, cette mission ne devrait pas être compliquée : ”J’ai déjà réussi à convertir ma mère et des amis !“ se réjouit-elle. 


Sophie de Chivré (www.lepetitjournal.com/berlin) mardi 16 avril 2013

Retrouvez des informations détaillées sur : http://www.berlin-vegan.de/

 

 

A la une

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Tunis - Actualité

BARDO - Grande marche solidaire dimanche

Les trois présidences tunisiennes organisent dimanche 29 mars une grande marche solidaire et internationale contre le terrorisme. François…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !