Eté comme hiver, en terrasse ou sur une banquette en bois, le brunch fait partie des bons moments de la vie berlinoise. Mitte, Prenzlauer Berg, Friedrichshain, trois idées à essayer !

Le Chagall - Mitte (photo. A. Prévost)
Planqué sous la ligne de S-Bahn, qui rappelle régulièrement sa présence, le Chagall est un vrai îlot de Russie et de chaleur en plein Mitte. Pour séduire, il a deux atouts : son plafond arqué, décoré d’imitations du peintre, qui le rend attirant au premier coup d’œil, et surtout, sa carte des petits-déjeuners.
Tout comme Chagall, le café n’oublie pas ses origines: la carte, composée pour la première fois il y a onze ans par un couple d’émigrés russes, propose notamment Pelmeni, Bliny et Wareniki. Mais comme le peintre encore, il fait aussi des infidélités à sa terre natale: on peut y déguster un petit-déjeuner français, allemand, italien ou suisse. Les proportions sont généreuses et les parts de gâteaux délicieuses !
Souvent plein et toujours un peu bruyant, le Chagall fait partie d’un quotidien : les étudiants de la Humboldt y viennent prendre un muffin et un café entre deux heures de cours, les profs y déjeunent et les passants y dînent après une séance de shopping dans Friedrichstrasse. 

                       
(photo. A. Prévost)

Café Morgenrot - Prenzlauberg

Dans une rue en voie de boboïsation avancée, le Morgenrot détonne un peu et sent bon l’alternatif. S’il se voit comme "un lieu actif de la culture de gauche à Berlin", inutile cependant de passer la porte en présentant son drapeau rouge histoire de s’accorder avec les murs : de la musique à la population, les styles et les générations se mélangent. Le charme du Morgenrot, c’est son brin d’idéalisme : pour le brunch du matin, chacun donne en fonction de ses moyens, dans une fourchette de 4 à 8€.
Le buffet matinal, lui, a choisi son camp : résolument végétarien. Pas de charcuterie traditionnelle donc mais une ribambelle de petits plats savoureux : crème de brie à la pomme, tofu, yaourt aux éclats de chocolats, betteraves…
On arrive, échange son nom contre une assiette et obtient ainsi le droit de piller ce buffet, garni très régulièrement par des serveurs gentils comme tout. Il suffit souvent d’attendre cinq petites minutes pour trouver une chaise disponible à une table ronde, qui permet de partager petit déjeuner et idées avec les voisins. Le Morgenrot est enfin un lieu d’échanges d’opinion et de bons plans : sur les étagères et les panneaux on trouve journaux, flyers et affiches pour des conférences, des manifs ou encore des concerts.

(photo. A. Prévost)

Frollein Palisander – Friedrichshain
Le Frollein Palisander fait partie des ingrédients d’un week-end réussi et pour cause: son brunch dominical se marie à merveille avec le Flohmarkt de la Boxhagener Platz dont il est voisin. Ouvert depuis mai, ce petit café, aux murs vert amande et aux tables de bois sombre, a un goût d’automne. On y est reçu avec beaucoup de gentillesse et on s’installe confortablement dans un canapé en cuir ou sur une banquette en bois… qu’il est ensuite dur de quitter ! La carte est simple et reflète le nom du café : les "Mädchenscocktails"et les illustrations sont conjuguées au féminin. Rien à voir cependant avec un "bar de filles", ici le brunch rassemble tout le monde : jeunes familles avec enfants, couples bobos du quartier ou bande de copines. Il faut avouer qu’il vaut le détour : la demoiselle a misé sur l’abondance et la qualité et a ainsi gagné une clientèle régulière. Est-ce l’odeur des gaufres ou bien les habitués qu’on retrouve régulièrement à la même place qui font que l’on se sent vite chez soi ? Le Frollein se voulait intime, chaleureux et simple : pari gagné ! Et il serait bien dommage de priver les messieurs d’en profiter !
Brunch le dimanche de 10h à 16h.
Alix PREVOST (www.lepetitjournal.com/berlin.html) vendredi 9 janvier 2009

Café Chagall. Georgenstr. 4, 10117 Berlin. +49 30 2041813 www.cafe-c.de
Café Morgenrot. Kastanienallee, 85. 10435 Berlin. 030 44 31 78 44
Du mardi au vendredi à partir de 10h. Samedi et dimanche à partir de 11h. Buffet végétarien tous les jours jusqu’à 15h
Frollein Palisander. Gärtnerstr. 6. 13055 Berlin. Café-Kneipe

{mxc}
Une internationale

MALADIE DES OS DE VERRE – Aidez Beth à faire le tour du monde !

Beth est une jeune Australienne de 12 ans atteinte de la maladie des os de verre. Avant l’entrée au lycée, sa mère Katie a souhaité qu’elle puisse vivre la grande aventure de sa vie en partant à la découverte du monde. L'hébergement représente un gros budget lors d'un tel voyage mais vous pouvez les aider grâce au home-sitting en les invitant chez vous !
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine