Une superbe sélection d’une soixantaine de pièces tribales, une dizaine de peintures contemporaines africaines ou cubaines, c’est la nouvelle galerie du dessinateur Stephff  qui vient de s’ouvrir sur Yenakat. Une collection unique amassée pendant les douze dernières années qu’il expose à la vente, dans sa galerie bangkokoise. De 5.000 à 200.000 bahts, de l’Afrique à l’Océanie, en passant par l’Asie, il y en a pour tous les budgets et pour tous les goûts

Le billet d’avion ? Inutile ! Pour voyager en terres des Dayak de Borneo ou des Nyamwezi de Tanzanie, un simple détour à Bangkok dans le quartier de Nang Linchi suffira. Sur place, le caricaturiste Stephff y tient son petit royaume : 100 mètres carrés dédiés à la vente de 60 pièces uniques d’art primitif et d’une douzaine de peintures contemporaines, dont ses propres tableaux caustiques, qu’il a amassés amoureusement au cours des douze dernières années.

Emotions aussi variées que les oeuvres
À l’intérieur de cette galerie, l’une des seules du genre de la ville, les masques et les statues aux formes magiques ouvrent les voies de la découverte. D’abord géographique : Asie, Afrique, Océanie, Indonésie, Madagascar… le choix ne manque pas. Comme les prix qui oscillent de 5.000 à 200.000 bahts.

Les yeux intrigués, captivés, le visiteur verra aussi défiler en lui une série d’émotions aussi variées que les œuvres âgées entre 50 et 100 ans : la stupéfaction devant une plate-forme rituelle des M’Bole du Congo rappelant le sort réservé aux traitres du village, la fascination face à la finesse d’un poteau commémoratif funéraire Kachin de Birmanie ou le charme de la simplicité transmis par un bijou de la tribu afghane des Kuchis.

Authenticité et originalité
Et contrairement à d’autres, Stephff a choisi ses pièces en tant que collectionneur, pour leur rareté ou originalité. Oubliez les doubles à des fins uniquement commerciales. Ici, chaque œuvre est unique. Et surtout authentique, créée à des fins rituelles. À l’image d’un "body mask" du Mozambique représentant le ventre bombé de la grossesse des Makonde représentant une femme enceinte pour le rite de passage à l’adolescence des jeunes garçons.

Quant à l’originalité des peintures, elle est bien présente. Notamment avec les coups de pinceaux intuitifs et chagalliens du Cubain Nicolas Delgado ou les graffitis africains de la Touareg Mariama qui régalent l’œil. Les créations du caricaturiste, elles, restent à son image : politiquement incorrectes mais et délicieusement provocantes.

N’hésitez pas, l’entrée est libre ! Ouvert en semaine de 14h à 19h, le samedi et dimanche de 13 h à 19h ou sur rendez-vous (le domicile de Stephff est juste à côté) Stephff se fera un plaisir de vous accueillir dans sa galerie. Et qui sait ? Vous tomberez peut-être sous le charme d’un panneau de maison du Nagaland ou d’un Hampatong de Bornéo de 2 mètres de haut – figure gardienne des forêts tropicales…

Stephff Gallery (nouvelle galerie)
Supreme Ville, 38/56  Yenakat road
10120 Bangkok
Tel Galerie  02 6713535
Pour rendez vous : 02 6712449

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) vendredi 9 novembre 2012

A la une
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie