Cristina Kirchner, Julio De Vido, Héctor Timerman … Lepetitjournal.com de Buenos Aires passe au crible le patrimoine des membres du gouvernement argentin.

Désormais disponible sur le site internet du Secrétariat Général de la Présidence Argentine, il est possible de consulter la liste des "rémunérations des autorités supérieures". Les ministres argentins perçoivent une rémunération mensuelle évaluée entre 25.000 et 33.000 pesos. En début d’année, le quotidien La Nacion rapportait que députés et sénateurs ont connu une hausse de leur revenu de l’ordre de 100% en Décembre 2011, passant de 16.000 à 30.000 pesos, voire 35.000 pesos. Ainsi Oscar Parrilli, Secrétaire Générale de la Présidence perçoit un salaire brut de 44.489 pesos

Cristina Kirchner, second chef d’Etat le plus riche d’Amérique latine
Le chef de la nation Cristina Kirchner perçoit un revenu brut de 48.934 pesos, soit 30.991 pesos après diverses déductions. Ce salaire a presque doublé par rapport à celui fixé en novembre 2009, qui s’élevait alors à 24.299 pesos brut ou 16.337 pesos net.

Cristina Fernandez de Kirchner est le chef d’Etat le plus riche d’Amérique latine derrière le chilien Sebastián Piñera. La présidente a en effet hérité de 31 millions de pesos (environ 5 millions d’euros) en 2010, à la mort de son mari. A ce chiffre, il faut ajouter les revenus de ces hôtels privés et réserves personnelles qui évaluent sa fortune à environ 40 millions de pesos (environ 7 millions d'euros). Le patrimoine de Cristina Kirchner comprend sa maison à Rio Gallegos dans le sud de l'Argentine, un appartement à Recoleta, deux hôtels, la moitié des 25 propriétés au nom de son mari et de nombreux terrains.

De plus, la valeur des biens inscrits sous le nom de la société familiale "Los Sauces S.A" dont la Présidente et son fils sont actionnaires ne s’inscrit pas dans ce registre. Elle comporte deux départements et huit garages dans le bâtiment de Puerto Madero Centre et s’élève à 2 millions de dollars.

Julio De Vido, ministre le mieux rémunéré
Julio De Vido, ministre de la Planification fédérale, de l’Investissement public et des Services est le mieux payé. Il perçoit un salaire brut de 44.506 pesos. De plus son patrimoine a augmenté de 28% en 2011 par rapport à 2010.

De Vido a déclaré en 2011 3,2 millions de dollars d’actifs contre 2,5 millions en 2010. Il détient également une Lada 2001 et une Toyota Prado Terre Crus d’une valeur de 60.000 et 270.000 pesos chacune. Son patrimoine compte un appartement de 56 m2 à Palermo, estimé à 35.538 pesos, un local à Rio Gallegos (30.000 pesos) et d'une propriété de 39.500 m2 dans le club de Puerto Panal, Zarate, d’une valeur fiscale de un million de pesos. L’épouse de De Vido détient 50% de la société de conseil Fonres SA, qu’elle partage avec la femme de Guillermo Moreno. Le couple possède 166.000 dollars sur leur compte en banque.

Héctor Timerman, "seulement" 80.000 pesos de valorisation de son patrimoine
Le patrimoine de Hector Timerman, ministre des Affaires étrangères et de son épouse Anabel Sielecki aurait augmenter de -seulement- 80.000 pesos par rapport à 2010. Il est estimé à 10,8 millions de pesos.

Timerman ne déclare aucune propriété sinon seulement posséder 100% de son mobilier de bureau (17.000 pesos), d’appareils domestiques (99.000 pesos) et d’œuvres d’art (321.000 pesos). Son épouse possède deux propriétés à Palermo d’une valeur fiscale de 1 million de pesos environ et est actionnaire des entreprises Areic, Beaulieu et Southwater.

Hernán Lorenzino, ministre de l'Economie
Hernán Lorenzino et son épouse Bridget Bastida possèdent un patrimoine de 718.000 pesos. Ils ne déclarent aucune propriété sinon une Honda CRV, une Dodge Journey et un scooter Vespa.

Hector Icazuriaga, chef de la SIDE (Servicio de Inteligencia del Estado)
Hector Icazuriaga et sa femme Maria Gloria Rosa ont déclaré un patrimoine de 2 millions de pesos, soit une augmentation de 20% par rapport à 2010. Ils détiennent notamment un terrain de 20.000 m2 à Rio Gallegos, un appartement et un garage à Buenos Aires et une Peugeot 307 pour une valeur totale de 60.000 pesos.

KT (www.lepetitjournal.com - Buenos Aires) jeudi 25 octobre 2012

 
Une internationale

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné, life coach des expatriés français à travers le monde, est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Votez pour le Prix du Public
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Voyager aux Etats-Unis en famille

Voyager aux États-Unis est l'occasion d'une formidable confrontation entre l'imaginaire et la réalité. Parce qu'à tout âge on a sa propre idée de l'Amérique, chaque membre de la famille pourra assouvir ses envies. Et une chose est sûre, personne n'en reviendra déçu... Comme les films hollywoodiens, le rêve américain se termine toujours bien !
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné, life coach des expatriés français à travers le monde, est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.

TROUVER SA MISSION DE VIE - Comment cela offre la Liberté, la vraie

Vous êtes expatrié, vous aimez donc sans doute l’aventure et les voyages ? Mais qu’est ce que ces voyages et découverte de nouveaux pays et cultures vous apportent-ils vraiment ? Bien sur, ils apportent plus de connaissances, une meilleure compréhension du monde, plus de tolérance, une grande richesse culturelle, la maîtrise des langues… mais bien au delà de cela, les voyages apportent la sensation d’être libre, la sensation que tout est possible et la sensation de se sentir vraiment vivant. Vous êtes sans doute très attaché à votre liberté et à vivre votre Vie avec un grand V, n’est-ce pas ?
Expat - Politique

PASCAL BONIFACE – Pour que la France retrouve sa cote d’amour à l’étranger

Directeur de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques, Pascal Boniface regrette l’époque pas si lointaine où être Français procurait un avantage inégalable à l’étranger et une prime exceptionnelle de popularité. Dans son Essai Je t’aimais bien tu sais, il s’interroge sur les raison du désamour entre la France et la communauté internationale et propose des remèdes. Interview.
Magazine
En direct de nos éditions locales