La République Populaire de Pologne (Polska Rzeczpospolita Ludowa - PRL) a disparu depuis plus de 20 ans. Sa culture pop et kitsch lui survit. Petit tour d'horizon de ses objets cultes. [archive 2011]

(photos Christophe Quirion et wikicommons)

L'esthétique communiste est à la mode. Décalée, minimaliste, fonctionnelle : elle est en phase avec le design moderne. Hors de Pologne, la mode est aussi aux années 60 et 70, mais ici ce goût pour le rétro renvoie à l'atmosphère particulière de la PRL.

Un voyage dans le temps
Au-delà du style, les Polonais cultivent une certaine tendresse pour ces objets désuets de la période communiste. Ces madeleines de Proust renvoient la Pologne à sa jeunesse. Des années de vaches maigres et de répression politique, mais aussi paradoxalement d'insouciance et de sécurité.

Les trentenaires veulent retrouver les dessins animés ou les jouets de leur enfance et le parfum délicieusement chimique des sucreries socialistes. Leurs aînés ont un faible pour les voitures d'époque et gardent en mémoire les chaussures « Relax » ou l’eau de toilette  « Przemysławka ».

La mémoire commune du communisme
En caricaturant, les Polonais ont tous vécu dans le même appartement, décoré des mêmes meubles et de la même tapisserie. Ils conduisaient la même voiture, regardaient la même télé qui passait les mêmes programmes (il y avait 2 chaînes, et la seconde diffusait souvent les programmes de la première). Le caractère iconique de ces objets est renforcé par leur omniprésence.

Marketing post-communiste
De nombreuses boutiques surfent sur cet engouement. Dans leurs rayons ou sur leurs sites internet, on trouve surtout des rééditions d’articles inspirés des années 70 ou 80 : affiches, vêtements, objets du quotidien, boissons en poudre, bonbons....

Pour la Saint-Valentin nos lectrices pourront par exemple offrir à leurs hommes un kit le charme de la PRL pour les mecs : un chien qui dandine de la tête pour la voiture, des coupons de rationnement d'essence, 3 krówki (‘vachettes’, célèbre bonbon au caramel), un assortiment de verres à vodka et un rouleau de papier toilette...

Une littérature spécialisée
De nombreux ouvrages dressent l'inventaire des icônes de la Polska Rzeczpospolita Ludowa : 333 popkultowe rzeczy… PRL ( 333 chosess cultes...  de la PRL), Samochody PRL-u (Les voitures de la PRL), Urok lat minionych (Le charme des années passées).

Il existe également des pages Internet dédiées uniquement aux vêtements ou aux recettes de cuisine communistes. Pour les nostalgiques de cet époque culinaire, nous conseillons d'ailleurs les restaurants Lotos et Oberża Pod Czerwonym Wieprzem à Varsovie, ou les traditionnels bars à lait qui ont encore leurs amateurs.

File d’attente (Kolejka)
Sorti la semaine dernière, ce jeu a bénéficié d'une couverture médiatique internationale (« le Monopoly communiste » est une description accrocheuse). Ici pas de nostalgie, le slogan inventé par l’Institut de la Mémoire Nationale donne le ton : « Avez-vous le courage d'affronter la vie quotidienne des années 80 ? Ce jeu « délibérément ennuyeux » est d'abord « éducatif ». Le but en est simple : envoyer sa famille faire les courses. Mais l'affaire se complique car les étagères des magasins sont vides. Les joueurs disposent alors leurs pions dans les files d'attente, sans savoir au préalable quelle boutique sera livrée. Pour progresser dans la queue et espérer être servis, les joueurs peuvent utiliser des cartes « Mère avec enfant», « Vous n’étiez pas là monsieur ! » ou « Marchandises sous le comptoir ». Ils doivent également faire attention à « l'Inventaire », aux « Erreurs de livraison » et aux « Spéculateurs ». Le jeu est accompagné d'un livret pédagogique et de 2 documentaires sur l'horreur des files d'attentes.

 

RN et CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mercredi 9 février 2011

- Pour en savoir plus : ceux qui lisent le polonais pourront feuilleter ce guide en ligne des années "PRL".

 

 
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Connaissez-vous vraiment My expat ?

 Nous fêtons aujourd’hui les 6 ans de partenariat avec lepetitjournal.com. 6 ans de coopération fructueuse qui nous ont permis d'apparaître ça et là sur le site et de mieux vous faire découvrir My expat, leader de la transaction immobilière pour expatriés. Mais savez-vous que .....
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine
En direct de nos éditions locales