LePetitJournal.com s’intéresse aux violences faites aux femmes et mène l’enquête en interrogeant une personne bien informée : Urszula Nowakowska, directrice du Centre des droits des femmes de Varsovie.

[archive 2012]

La Pologne n’a toujours pas signé la convention du conseil de l’Europe pour la prévention et la lutte des violences envers les femmes et la violence domestique. Jusque-là ratifiée par la Turquie, et signée par certains pays du Conseil de l’Europe parmi lesquels la France, l’Autriche, la Slovaquie et l’Ukraine ; la convention permettrait à la Pologne de créer un cadre juridique complet nécessaire pour protéger les femmes contre toutes les formes de violence. Urszula Nowakowska (photo) tape du poing sur la table en envoyant une lettre ouverte au Premier ministre Donald Tusk pour inciter à la signature de la convention.

"Les Polonais sont de braves types"
"Alors que le Premier ministre Donald Tusk avait promis la signature de la convention au Congrès national des femmes
, explique la directrice du centre rien n’a été fait jusque-là". Et pire encore, la Pologne semble montrer de plus en plus de réluctance à l’idée de signer cette convention ; le ministre de la Justice Jarosław Gowin s’y est récemment clairement opposé jugeant la convention contraire aux "traditions polonaises de protection de la famille" et à la constitution polonaise. La définition du "genre" établie dans la convention serait en effet non conforme à la définition polonaise du mariage entre hommes et femmes ; elle pousserait selon lui la Pologne à légiférer en faveur du mariage gay, chose impossible. Il a renchéri en affirmant que "les Polonais sont de braves types" et que la première cause des violences reste l’alcool.

"Quelle manière originale de lutter contre les violentes faites aux femmes !", s’exclame la féministe. "La société polonaise, ajoute-t-elle, a une vision biaisée des causes de la violence domestique en les associant en permanence à la pauvreté et à l’alcool plutôt qu’au concept de puissance et de contrôle. En réalité, les femmes victimes de violence domestique viennent de toutes les couches de la société, peu importe leur situation maritale, leur emploi, leur niveau d’éducation et leur positionnement économique".

Une Polonaise sur six est victime de violence domestique
Le problème de l’expulsion du conjoint violent du domicile est aussi soulevé par la convention. La Pologne ne dispose pas de ce pouvoir, l’auteur du crime peut seulement être arrêté pour une durée de 48 heures. "C’est bien trop peu comparé à ce que les autres pays disposent. L’Autriche, signataire de la convention, a le pouvoir d’expulser le conjoint violent pour une durée de deux semaines."

Pour la directrice du centre des droits des femmes, "il est grand temps d’éduquer la classe politique et d’instaurer des lois et une couverture juridique digne de lutter contre les violences de genre".

La Pologne ne semble pas comprendre l’ampleur du problème. Rien d’étonnant dans un pays où le héros national, Jean Paul II, a affirmé "dès qu’il en vient de la famille, les droits individuels n’ont plus leur place". Adieu les droits des femmes ! Par son attachement à une pratique religieuse traditionnelle, la Pologne s’éloigne en effet des autres pays européens, y compris de ses voisins ukrainiens, tchèques ou lituaniens. Le pays reste encore influencé par une division sexuelle des rôles très conservatrice qui vante le statut de la mère au foyer.

Prendre le viol au sérieux
La convention exige aussi de changer la définition du viol dans le code pénal. Il s’agit d’introduire le concept de "non-consentement". "Toute relation sexuelle où les deux partenaires ne disent pas OUI peut être considérée comme un viol, c’est ce qu’on appelle le consentement positif. Le viol n’est alors plus défini uniquement par la violence", explique la directrice du centre. Pour le gouvernement, "c’est trop révolutionnaire" de parler de la définition maintenant. Quand est-ce que la Pologne sera-t-elle enfin prête ? La Hongrie, aussi nationaliste et traditionaliste qu’elle puisse être, discute actuellement le sujet. "Nous pouvons le faire !", assure Urszula Nowakowska.

Un autre enjeu soulevé par le Centre est celui de permettre non plus uniquement aux victimes mais aussi aux témoins de porter plainte. Actuellement, les poursuites contre le viol sont établies seulement si la plainte a été déposée par la victime ce qui laisse sans aucune protection les femmes victimes de viol qui ont peur de parler.

Urszula Nowakowska s’exaspère des peines qu’encourent les violeurs. Elle rapporte le cas d’une femme dont la fille de 15 ans a été victime d’un viol collectif commis par des adolescents âgés de 15 à 17 ans. Même après le recours aux deux cours d’instance, les auteurs du crime n’ont reçu qu’une peine avec sursis. Le Centre va recourir à la cour suprême.

Etre au plus près de leurs besoins
Depuis sa création par Urszula Nowakowska en 1994, le centre a eu à cœur de s’adapter aux différentes attentes. Une nouvelle "hotline" permettant d’accompagner et de soutenir les femmes victimes de violences vient d'être lancée. "Avec l’Euro 2012, les violences domestiques et le nombre d’agressions risquent très malheureusement d’augmenter. Nous nous devons d’être prêts à recevoir plus d’appels et à accompagner davantage de femmes victimes de violences", s’inquiète Urszula Nowakowska.

Plus grand organisme du genre en Pologne, le centre a également un refuge dédié aux femmes victimes de violence domicile et à leurs enfants. "C’est le seul abri de la ville dont l’adresse est tenue secrète. Ce qui permet une plus grande sécurité pour les femmes et leurs enfants qui y vivent", se félicite la directrice. Un accompagnement psychologique et un soutien juridique avec la possibilité de s’entretenir avec un avocat sont mis à disposition des femmes.

"Nous voulons faire bouger les choses, et que de nouvelles lois voient enfin le jour" affirme Urszula Nowakowska. On a encore beaucoup à faire pour changer radicalement les mœurs et lever les stéréotypes !"

Lisa Pleintel (www.lepetitjournal.com/varsovie) mardi 19 juin 2012

Pour en savoir plus :

Centre des droits des femmes de Varsovie (Centrum Praw Kobiet)
Site web: http://www.cpk.org.pl/
Ul. Wilcza 60 Lok.19 00-679 Warszawa
Tel. (0-22) 622-25-17 tel. / faks (0-22) 652-01-17
e-mail temida@cpk.org.pl

Pour soutenir le centre des droits des femmes : devenez avocat volontaire ou entreprise sponsor.
Opportunités de volontariat: wolontariat@cpk.org.pl

A la une

JEUX VIDEO – L’e-sport, le nouveau phénomène sportif sans frontières

Vous ne connaissez pas l'e-sport ? Quand on sait que la finale du jeu League of Legends en 2013 rassemblait 32 millions de téléspectateurs alors que le match de foot France-Ukraine en avait 13,5 millions, et que ce chiffre rivalise avec l’audience du SuperBowl, vous avez peut-être raté une mutation historique de notre société ! Si les jeux vidéo sont encore perçus en France comme une pratique « geek », à l’étranger c’est devenu un vrai sport.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

SALON S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Rencontre avec les candidats au départ

Vendredi 27 mars la Cité Universitaire de Paris accueillait le Salon S’expatrier : mode d’emploi. Plusieurs stands et conférences étaient proposés aux futurs candidats au départ afin de les renseigner et de les accompagner dans leurs démarches administratives. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils partir ?

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.
Expat - Politique

SCRUTINS HORS DE FRANCE - Bilan des élections 2014

Quatre scrutins concernaient les Français de l’étranger en 2014 dont les élections consulaires et européennes, au suffrage direct. Ils ont été marqués par une faible participation et des difficultés techniques. Un rapport présenté par Georges-Francis Seingry, vice-président de l’Assemblée des Français de l’étranger, propose des dispositions pour améliorer le processus électoral.

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.
Magazine
Francophonie

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.