En cette Journée de la Terre, focus sur une association qui sensibilise la population locale indonésienne au tri des déchets, essentiellement plastiques. Avec son équipe, Charlotte Frédouille met en place tout un système de collecte des ordures et mène des campagnes d'informations dans les villages et auprès des écoles

Entre ses volcans du centre, ses rizières, ses fonds coralliens et sa population chaleureuse …quiconque visite Bali en reste marqué. Toutefois, derrière cette image idyllique, l’île des dieux se confronte à une toute autre réalité. Depuis une dizaine d’années, le plastique envahi les plages, le lit des rivières, les villages. Hors des villes et des zones touristiques -qui ne représentent que 10% de l’île- aucun système de ramassage des ordures n’existe. C’est ce que constate en 2008, Charlotte Frédouille lors de sa visite en Indonésie après une mission humanitaire au Népal.

Charlotte s’engage, l’association Peduli Alam née
Après s’être installée dans l'Est de l'île de Bali, à Amed, Charlotte au cours de ses rencontres de ses visites, dresse un constat sans appel ; Bali souffre de la consommation intensive du plastique, et les habitants, en majeure partie des villageois -pêcheurs et agriculteurs-, n’en connaissent pas les conséquences. "Les raisons de ce fléau sont multiples, explique Charlotte, les Balinais ont la culture du grignotage et tout est ensaché. Comme il n’existe aucune infrastructure de collecte de déchets ménagers, les villageois s’en débarrassent soit en les brûlant ce qui provoque des fumées toxiques soit en les jetant dans la nature."  Elle décide donc de passer à l'action et fonde l’association Peduli Alam, qui veut dire en indonésien, "prendre soin de la nature". Son objectif : aider les villageois à prendre conscience de l’impact sur la nature et la santé, de l’incinération ou du rejet des déchets dans la nature, les rivières et la mer. Et ce, en apportant des solutions simples et faciles d’accès "nous avons commencé par leur offrir des sacs de riz vides pour y jeter les emballages et par la suite, nous avons construit des bacs à ordures ménagères au bord des routes, des camions de ramassage les collectent et les acheminent au centre de tri."

Diaporama photo Peduli Alam

A ce jour, Peduli Alam œuvre à l’amélioration des conditions de vie de 500 familles indonésiennes, trois tonnes de déchets non-organiques sont récoltés par mois et 100 bacs en ciment ont vu le jour. En parallèle, "nous organisons toute une campagne de prévention et sensibilisation dans les écoles et dans les villages afin d’inciter la population à changer son comportement face à ce phénomène."

Et comment envisager l’avenir ? 200 bacs supplémentaires sont prévus dans la région et la jeune trentenaire déborde d’idées : monter son propre centre de tri,  fabriquer des objets avec des matériaux de récupération et les revendre afin de créer des revenus supplémentaires. Sa plus grande fierté étant que ce projet soit reconnu aujourd’hui par les autorités publiques indonésiennes.

Peduli Alam – 2eme prix "Terre de Femmes" par la fondation Yves Rocher
Le 8 mars dernier, la fondation Yves Rocher a récompensé Charlotte pour ses engagements écologiques, en lui décernant le deuxième Prix "Terre de Femmes" - prix créé en 2001 dont le but est de récompenser des femmes éco-citoyennes souvent anonymes qui agissent pour l'environnement
"C’est une reconnaissance du travail un peu fou que nous avons entrepris à Bali, en démarrant juste avec la passion, sans fonds, sans aides." Charlotte  souhaite poursuivre cette action "à échelle humaine, en se basant sur le dialogue et le partage d’informations."

Propos recueillis par Carole Chomat (www.lepetitjournal.com-Singapour) vendredi 22 avril 2011

Liens utiles :
http://www.pedulialam.org/
http://www.youtube.com/watch?v=mmbdVC84FMY

Relire notre article sur la gestion des dechets Singapour

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Quelle loi s’applique à votre contrat de travail ?

La plupart des contrats de travail conclus aujourd’hui prévoient explicitement la législation à laquelle ils sont soumis.Mais si ce n’est pas le cas du vôtre, savez-vous quelle loi s’applique à vos relations avec votre employeur ?

Acheter un logement en nue-propriété : jusqu’à 40 % de décote possible

Encore méconnu du grand public, l’achat d’un bien immobilier en nue-propriété permet d’investir dans un logement en bénéficiant d’une belle ristourne, pouvant aller jusqu’à 40 %. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur ce type d'investissement un peu particulier et les avantages liés à la nue-propriété.
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales