Les scientifiques brésiliens souhaitent que lesdites "voitures vertes" soient moins nocives pour l’environnement que les actuelles, et soient vertes jusqu'à la moindre pièce. Alcides Leão et ses collègues de la USP (Université de São Paulo) ont développé une technique qui utilise de la fibre d’ananas, de banane et d’autres plantes pour créer une nouvelle génération de plastiques pour automobiles

Des matières bonnes pour la planète
Selon Leão, les fibres issues de l’ananas et de la banane semblent être fragiles, mais quand on les teste sous forme de fibres de nanocellulose, elles sont extrêmement fortes – presque autant que le Kevlar, utilisé dans la fabrication de gilets pare-balles.
Avec un avantage puisque, au contraire du Kevlar et d’autres plastiques traditionnels, qui contiennent des matières premières dérivées du pétrole et du gaz naturel, les fibres de nanocellulose sont complètement renouvelables. Les propriétés de ces plastiques sont incroyables. Ils sont légers, mais très résistants – 30 fois plus légers et 3 à 4 fois plus forts. "Nous pensons qu'une grande variété de pièces automobiles, comme les tableaux de bord, les pare-chocs et les protections latérales, pourront être faites de nanofibres de fruits dans le futur", dit Leão. D’après lui, les superplastiques à base de nanocellulose pourront être sur le marché dans un avenir proche, d’ici à deux ans.
En plus d’augmenter la sécurité, les bioplastiques permettront de réduire le poids du véhicule et donc sa consommation en carburant. Autre avantage cité par le chercheur, ils résistent mieux à la chaleur et ne s’abîment pas au contact de l’essence.

Nanocellulose
La cellulose est le matériau de base du bois et d’autres parties des plantes. Ses fibres sont utilisées pour la fabrication du papier depuis des siècles. Mais récemment, les scientifiques ont découvert que le traitement intensif de la cellulose libère des fibres minuscules, la nanocellulose – fibres dont la longueur se mesure en nanomètres, ou millionièmes de mètre. Ces nanofibres sont si petites qu’il serait nécessaire d’en réunir 50.000 pour atteindre le diamètre d’un cheveu humain.

Nanofibres
Leão affirme que les feuilles et tiges d’ananas sont des sources de nanocellulose plus prometteuses que le bois commun. D’autres fibres sont à l’étude comme le curauá (Ananás Erectifolius) de la famille de l’ananas, la banane, l’écorce de coco et le sisal. Pour préparer les nanofibres, les scientifiques placent les feuilles et tiges d’ananas ou des autres plantes dans un appareil ressemblant à une cocotte-minute. Une bouillie se forme, et après plusieurs cycles de cuisson, se transforme en un matériau fin qui ressemble à du talc. Le procédé est coûteux, mais il suffit d’un kilo de nanocellulose pour produire 100 kilos de plastiques légers et très résistants.

"Nous nous concentrons pour le moment sur la substitution des plastiques dans l’automobile. Mais dans le futur, nous pourrons aussi remplacer des pièces de voiture faites aujourd’hui en acier ou en aluminium en utilisant ces matériaux à base de nanocellulose de plantes", explique le professeur Leão.

Stéphane DARMANI pour © Green et Vert (www.lepetitjournal.com – Brésil) mardi 19 avril 2011

 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Primo-investisseurs : 3 raisons de se lancer

L’investissement locatif offre des rendements intéressants, s’adapte à des profils très différents et présente peu de risques. Bien accompagné dans vos démarches, vous êtes sûrs de ne pas rater votre placement d’avenir !
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales