Le 15 novembre, nous fêtons la proclamation de la République du Brésil par Deodoro da Fonseca, en 1889. Quelles ont été les circonstances de ce coup d’Etat historique qui a sorti le Brésil de la monarchie ?

Gravure de Deodoro da Fonseca, Bibliothèque Nationale

C’est en 1889 que le maréchal Deodoro da Fonseca, menant un groupe de militaires de l’armée brésilienne, instaura un coup d’Etat et déposséda Dom Pedro II de son empire. Le 15 novembre, à Rio de Janeiro, alors capitale de l’Empire du Brésil, la République du Brésil fut proclamée.

Rui Barbosa, signa le premier décret du nouveau régime, instituant un gouvernement provisoire. Prévu initialement pour le 20 novembre, le coup d’Etat a été anticipé car des rumeurs annonçaient que da Fonseca allait être emprisonné.

Les révolutionnaires occupèrent d’abord le quartier général et le ministère de la Guerre, dont ils arrêtèrent le président, Afonso Celso de Assis. Dom Pedro revint en catastrophe de Petropolis, pensant qu’il allait nommer un nouveau chef de cabinet. Il fut donc surpris face à la sommation de quitter le pays. Car les idées républicaines n’étaient pas très en vogue parmi le peuple, même à la veille de la proclamation du régime provisoire. Le mouvement du 15 novembre n’avait rien d’une agitation populaire. Mais le régime de l’empereur était fragilisé par une série de facteurs, qui faisaient de la République le seul salut possible à la souveraineté du pays. 

Drapeau inspiré des Etats-Unis, proposé à da Fonseca dans les jours suivants la proclamation et immédiatement refusé par celui-ci, connu sous le nom de “drapeau du régime provisoire”.

Le contexte de crise politique, économique et sociale
Dom Pedro II n’avait que des filles, et son aînée, la princesse Isabelle, était promise au Français Gaston d’Orléans. Aussi, une classe moyenne de fonctionnaires publics, professions libérales, artistes et commerçants réclamait plus de participation dans la vie politique et soutenait les idéaux républicains. D’autre part, la guerre de la Triple Alliance (le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay contre le Paraguay, de 1864 à 1870) avait été financée par des capitaux externes, le Brésil devait rembourser de lourdes dettes et l’inflation se faisait sentir.

Au niveau social enfin, la fin du trafic négrier rencontrait de fortes résistances parmi les élites conservatrices, qui réclamaient des compensations à l’Etat. L’abolition de l’esclavagisme en 1888 marqua un tournant dans l’appui des grands propriétaires terriens, qui se tournèrent vers la cause républicaine, n’ayant plus d’avantage à soutenir la couronne. Même l’église n’était plus un appui pour le régime de l’empereur : toute ordonnance du pape devait être approuvée d’abord par Dom Pedro II, ce qui conduisit à une désobéissance des évêques. L’ensemble de ces facteurs laissait entendre que la monarchie avait fait son temps. Malgré des tentatives de réformes par le vicomte d’Ouro Preto, Deodoro da Fonseca devint le premier président du Brésil.

LB (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion

 
Une internationale

Idée cadeau Saint Valentin : offrez (lui) la Bleu Blanc Box

La Saint Valentin approche à grands pas et comme chaque année, on a envie de faire plaisir à l’être aimé… Idée cadeau romantique : offrez-vous, offrez-lui une Box! La Bleu Blanc Box, coffret cadeau rempli de surprises “Made in France”, s’invite ce mois-ci dans le coeur de tous les amoureux de la France sous la thématique de l’Amour…et ravit tous les expatriés en manque de produits bien de chez nous.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Rejoignez la meilleure école de commerce post-bac en France !

Implantée à Lille et Paris, l’IÉSEG forme depuis plus de 50 ans ses étudiants aux diverses disciplines du management en leur inculquant les valeurs d’accomplissement, responsabilité, intégrité, solidarité et engagement. L’IÉSEG se place dans le cercle très fermé des écoles de commerce mondiales ayant la triple accréditation EQUIS, AACSB et AMBA.

Combien l’immobilier à Paris rapporte t-il vraiment ?

Certains professionnels de l’immobilier n’hésitent pas à annoncer des taux de rentabilité étonnamment élevés, autour de 7% ! Pourtant, ces taux uniquement destinés à attirer le chaland ne représentent que très rarement la réalité du marché parisien. Voici tout ce qu’il faut savoir, exemple à l’appui, pour comprendre ce que la mise en location de votre appartement parisien peut vraiment vous rapporter.
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales