Un mois après la promulgation de la loi "Zamudio", visant à lutter contre les discriminations, lepetitjournal.com fait un point avec Jaime Parada porte-parole de MOVILH -mouvement chilien des minorités sexuelles et deux témoins concernés à priori par cette loi

Il y a plus d’un mois, le 12 juillet 2012, le Chili se dotait d’une loi anti discrimination, la loi “Zamudio”, du nom de ce jeune homosexuel qui avait été mortellement agressé le 3 mars dernier dans un parc de Santiago. Après 7 ans de navette parlementaire la mort du jeune homme a accéléré l’adoption du texte. Cette loi, qui fait polémique, prévoit des amendes allant de 183 000 à 1 832 000 pesos (320 à 3.200 euros) pour toutes discriminations fondées sur l’orientation sexuelle, le sexe, la religion ou le handicap.

Jaime Parada est porte-parole de MOVILH - mouvement de défense des minorités sexuelles -  et se présente comme le "bras politique des minorités sexuelles". Avec d’autres organisations  MOVILH est à l’origine de la loi anti discrimination. "Nous avons proposé ce texte il y a dix ans. Et le chemin jusqu’à sa promulgation n’a pas été facile", explique Jaime Parada. Alors que pour le porte-parole il s’agit bien "d’une avancée historique" les détracteurs sont nombreux. En tête de file l’Eglise, qui y voit là la porte ouverte à l’autorisation du mariage homosexuel.

Si la loi a finalement été adoptée, rien n’est gagné prévient Jaime Parada. “La lutte contre les discriminations doit se faire sur le long terme, cette loi est seulement un début. Elle doit s’accompagner d’un changement culturel, et ça doit passer notamment par l’éducation : au collège, à l’université, dans les familles. Un changement de mentalité ” analyse le porte-parole avant de déplorer "il n’existe pas de volonté de la part de l’Etat de mettre en place des politiques publiques visant à une meilleure cohabitation entre tous. Mais nous, nous nous battons pour cela".

Le premier usage de la "loi Zamudio"
La loi a rapidement pris du service.  En effet, le 30 juillet dernier un couple de jeunes lesbiennes  s’est vu refuser l’accès à un hôtel en raison de leur orientation sexuelle.  Aidé par le MOVILH Le couple offensé a donc porté l’affaire devant les tribunaux.  "La loi stipule explicitement ce qu’est une discrimination et comment la juger. Elle permet de protéger les victimes et de les encourager à porter plainte. Dans cette affaire les preuves de discrimination ne manquent pas, deux couples hétérosexuels ont accédé à une chambre alors que le couple de lesbiennes non", explique Jaime Parada.

Et si pour Jaime Parada et les militants du MOVILH le Chili manquait cruellement d’une  loi visant à lutter contre les discriminations, c’est qu’elles sont bien réelles. Juan, homosexuel de 28 ans, raconte "avec mon copain on ne marche jamais main dans la main dans la rue. Au Chili c’ est pas possible. On te regarde de travers, on t’insulte et dans les pires des cas tu peux subir des violences. Le pire c’est que personne ne dit rien, ça parait presque normal puisqu’on est homosexuel !". Des violences verbales ou physiques, des mises à l'écart qui n'existe pas seulement dans la rue explique Jaime Parada "des homosexuels sont humiliés dans les Universités par exemple aussi bien par les étudiants que par les professeurs, d’autres se voient refuser un travail en raison de leur préférence sexuelle. Et bien aujourd’hui ils peuvent faire appel à la justice, et ce n’est pas rien !"

D’autres sont plus sceptiques quant à l'importance d'une telle loi. Pablo, 25 ans, vient récemment de faire son coming-out. Pour le jeune homme "légiférer c’est admettre que les homosexuels sont différents, c’est un peu comme si on suppliait : "s’il vous plait tolérez nous malgré ce que nous sommes", alors que nous sommes comme tout le monde, moi je ne demande pas qu’on me tolère!".

Selon le rapport des Droits Humains de la diversité sexuelle seulement 7% des homosexuels qui subissent des pressions osent en parler. Alors on peut imaginer qu’avec la loi "Zamudio", "les langues se délieront, que les homosexuels, et autres minorités, n’auront plus honte de parler de ce qu’il leur arrive" espère Jaime Parada.

Florine Constant (www.lepetitjournal.com Santiago) jeudi 23 août 2012

 
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Bon plan de la rentrée : développer son patrimoine grâce à l’investissement locatif

L’investissement locatif en France est un placement prisé des Français expatriés. Que ce soit pour leur retraite ou simplement pour développer un patrimoine et des revenus passifs, plus d’un expatrié sur deux est prêt à sauter le pas. Si l’immobilier est un excellent support d’investissement, reste à choisir la ville et le type de projet, que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, selon vos objectifs patrimoniaux personnels.

10 astuces déménagement

ags
Logement, emploi, scolarisation des enfants... Un déménagement implique de nombreux changements. Afin de bien préparer votre déménagement et votre relocation, AGS Déménagements Internationaux vous fait partager ses 10 conseils pratiques.
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales