Un mois après la promulgation de la loi "Zamudio", visant à lutter contre les discriminations, lepetitjournal.com fait un point avec Jaime Parada porte-parole de MOVILH -mouvement chilien des minorités sexuelles et deux témoins concernés à priori par cette loi

Il y a plus d’un mois, le 12 juillet 2012, le Chili se dotait d’une loi anti discrimination, la loi “Zamudio”, du nom de ce jeune homosexuel qui avait été mortellement agressé le 3 mars dernier dans un parc de Santiago. Après 7 ans de navette parlementaire la mort du jeune homme a accéléré l’adoption du texte. Cette loi, qui fait polémique, prévoit des amendes allant de 183 000 à 1 832 000 pesos (320 à 3.200 euros) pour toutes discriminations fondées sur l’orientation sexuelle, le sexe, la religion ou le handicap.

Jaime Parada est porte-parole de MOVILH - mouvement de défense des minorités sexuelles -  et se présente comme le "bras politique des minorités sexuelles". Avec d’autres organisations  MOVILH est à l’origine de la loi anti discrimination. "Nous avons proposé ce texte il y a dix ans. Et le chemin jusqu’à sa promulgation n’a pas été facile", explique Jaime Parada. Alors que pour le porte-parole il s’agit bien "d’une avancée historique" les détracteurs sont nombreux. En tête de file l’Eglise, qui y voit là la porte ouverte à l’autorisation du mariage homosexuel.

Si la loi a finalement été adoptée, rien n’est gagné prévient Jaime Parada. “La lutte contre les discriminations doit se faire sur le long terme, cette loi est seulement un début. Elle doit s’accompagner d’un changement culturel, et ça doit passer notamment par l’éducation : au collège, à l’université, dans les familles. Un changement de mentalité ” analyse le porte-parole avant de déplorer "il n’existe pas de volonté de la part de l’Etat de mettre en place des politiques publiques visant à une meilleure cohabitation entre tous. Mais nous, nous nous battons pour cela".

Le premier usage de la "loi Zamudio"
La loi a rapidement pris du service.  En effet, le 30 juillet dernier un couple de jeunes lesbiennes  s’est vu refuser l’accès à un hôtel en raison de leur orientation sexuelle.  Aidé par le MOVILH Le couple offensé a donc porté l’affaire devant les tribunaux.  "La loi stipule explicitement ce qu’est une discrimination et comment la juger. Elle permet de protéger les victimes et de les encourager à porter plainte. Dans cette affaire les preuves de discrimination ne manquent pas, deux couples hétérosexuels ont accédé à une chambre alors que le couple de lesbiennes non", explique Jaime Parada.

Et si pour Jaime Parada et les militants du MOVILH le Chili manquait cruellement d’une  loi visant à lutter contre les discriminations, c’est qu’elles sont bien réelles. Juan, homosexuel de 28 ans, raconte "avec mon copain on ne marche jamais main dans la main dans la rue. Au Chili c’ est pas possible. On te regarde de travers, on t’insulte et dans les pires des cas tu peux subir des violences. Le pire c’est que personne ne dit rien, ça parait presque normal puisqu’on est homosexuel !". Des violences verbales ou physiques, des mises à l'écart qui n'existe pas seulement dans la rue explique Jaime Parada "des homosexuels sont humiliés dans les Universités par exemple aussi bien par les étudiants que par les professeurs, d’autres se voient refuser un travail en raison de leur préférence sexuelle. Et bien aujourd’hui ils peuvent faire appel à la justice, et ce n’est pas rien !"

D’autres sont plus sceptiques quant à l'importance d'une telle loi. Pablo, 25 ans, vient récemment de faire son coming-out. Pour le jeune homme "légiférer c’est admettre que les homosexuels sont différents, c’est un peu comme si on suppliait : "s’il vous plait tolérez nous malgré ce que nous sommes", alors que nous sommes comme tout le monde, moi je ne demande pas qu’on me tolère!".

Selon le rapport des Droits Humains de la diversité sexuelle seulement 7% des homosexuels qui subissent des pressions osent en parler. Alors on peut imaginer qu’avec la loi "Zamudio", "les langues se délieront, que les homosexuels, et autres minorités, n’auront plus honte de parler de ce qu’il leur arrive" espère Jaime Parada.

Florine Constant (www.lepetitjournal.com Santiago) jeudi 23 août 2012

 
Une internationale

Idée cadeau Saint Valentin : offrez (lui) la Bleu Blanc Box

La Saint Valentin approche à grands pas et comme chaque année, on a envie de faire plaisir à l’être aimé… Idée cadeau romantique : offrez-vous, offrez-lui une Box! La Bleu Blanc Box, coffret cadeau rempli de surprises “Made in France”, s’invite ce mois-ci dans le coeur de tous les amoureux de la France sous la thématique de l’Amour…et ravit tous les expatriés en manque de produits bien de chez nous.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Rejoignez la meilleure école de commerce post-bac en France !

Implantée à Lille et Paris, l’IÉSEG forme depuis plus de 50 ans ses étudiants aux diverses disciplines du management en leur inculquant les valeurs d’accomplissement, responsabilité, intégrité, solidarité et engagement. L’IÉSEG se place dans le cercle très fermé des écoles de commerce mondiales ayant la triple accréditation EQUIS, AACSB et AMBA.

Combien l’immobilier à Paris rapporte t-il vraiment ?

Certains professionnels de l’immobilier n’hésitent pas à annoncer des taux de rentabilité étonnamment élevés, autour de 7% ! Pourtant, ces taux uniquement destinés à attirer le chaland ne représentent que très rarement la réalité du marché parisien. Voici tout ce qu’il faut savoir, exemple à l’appui, pour comprendre ce que la mise en location de votre appartement parisien peut vraiment vous rapporter.
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales