Alors que l’antagonisme qui agite le Nord et le Sud de l’Italie semble plus fort que jamais,  il s’avère souvent difficile de définir l’identité et la position de Rome. Capitale de l’Etat transalpin à la culture très méditerranéenne, la ville éternelle ne semble en effet appartenir à aucun territoire. "Qui est Rome et que représente-elle ?", c’est la question à laquelle quelques romains ont accepté de répondre

Un profond antagonisme Nord-Sud

En 2010, sortait en Italie le remake transalpin de "Bienvenue chez les chtis". L’occasion de souligner les différences et antagonismes bien connus qui divisent  les Italiens du Nord et ceux du Sud.

photo Roma Amor : catoga.com

Les premiers habitent  en effet dans les régions les plus fortes économiquement  et  reprochent aux seconds, les "terroni", d’être des freins à la croissance du pays. Car, si le Nord de l’Italie fait bien partie du cœur économique de l’Europe, l’Italie du Sud est affectée d’ un taux de chômage important. La région compterait ainsi en son sein 58% des chômeurs italiens. En cause : le manque d’investissements et d’infrastructures, et les activités de la Mafia, très présente en particulier en Campanie et en Calabre.

Profitant de cette rivalité certaine entre les italiens du Sud et ceux du Nord, un parti s’est donc formé en 1989, la Lega del Nord. Cette dernière  revendique l’indépendance de la Padanie, région située autour du Pô. En réaction aux actions et propos souvent virulents de la Lega envers le Sud, une fédération de partis politiques méridionaux et autonomistes, Forza del Sud, a vu le jour en 2011. Objectif ? Contrebalancer la Lega Nord en faveur du Mezzogiorno.

Rome, ville du centre ?

Face à cette opposition Nord-Sud, il s’avère bien difficile de classer Rome dans une des deux régions. Située dans le Latium, la ville éternelle devrait être, géographiquement parlant, au centre du pays. Capitale de l’Italie et siège des Institutions, elle se doit aussi de représenter tous les citoyens et donc de garantir  l’unité du territoire.

Pourtant, critiquée par la Lega et surnommée "Roma ladrona" ("Rome la voleuse"), la capitale italienne est considérée comme une ville du Sud  par cette dernière. Celle-ci a d’ailleurs déclaré en 2010 : "La plus grosse erreur des Savoie a été de faire de Rome la capitale en 1871. Il existe d’autres villes, à partir de Venise la grande, où établir les ministères".

Comme pour appuyer cette thèse, le leader de "Forza del Sud", Gianfranco Micciché, a d’ailleurs déclaré en Juin 2012 que "Rome n’était plus le centre de l’Italie mais bien une ville du Mezzogiorno". En cause, la situation géographique du Latium et les origines sudistes d’une grande partie de sa population (3 millions de Romains viennent du Sud).  Ainsi, pour Gianfranco Micciché, lorsque l’on pense aux romains on pense bien sûr aux "terroni" et non aux "polentoni".

"Une identité à part"

Si les politiques et spécialistes ont finalement bien du mal à définir Rome, ses habitants, toujours très fiers de leur cité, ont eux des idées plus précises sur l’identité  de la ville éternelle. Quelques paroles échangées avec des Romains permettent ainsi de réaliser que Rome occupe une place à part  et unique dans l’antagonisme Nord-Sud.

En témoignent les propos de Giulia, jeune romaine de 23 ans : "Rome est au centre, pourquoi pas même au centre du monde. En raison de son Histoire unique, de son dialecte aux expressions intraduisibles en italien, le "romanesco", et de ses spécialités culinaires, elle échappe en quelques sortes à l’opposition Nord-Sud. Mais, tout en étant la capitale de l’Italie, la ville appartient plus au Mezzogiorno au regard de son mode de vie, de sa mentalité exubérante et pleine de vie".

Même son de cloche du côté de chez Paolo, jeune étudiant romain, pour qui la capitale est le juste milieu entre un Nord "trop ordonné et rigide" et un Sud souvent trop dans l’excès. Comme en témoignent aussi les sketches du comique romain Maurizio Battista (vidéo), Rome s’impose donc comme un "ilot" un peu à part à l’identité très marquée.

Pour appréhender pleinement la culture romaine et sa langue, il conviendrait d’ailleurs de lire et découvrir les auteurs Carlo Alberto Salustri et Giuseppe Gioachino Belli. Et surtout, comme le souligne tous deux, Giulia et Paolo, ne pas oublier que "Roma" est avant tout "amor".

Victoire Maurel (www.lepetitjournal.com/rome) Mardi 17 Juillet  2012

A la une

FORMATION - Les écoles hôtelières suisses s'accrochent pour rester les meilleures

Cela ressemble à un repas dans un restaurant de luxe, avec une vue spectaculaire sur les Alpes et des serveurs en tenue amidonnée versant un grand cru et détaillant aux convives un menu complexe. Mais il n'en est rien. Les serveurs, les convives en tenue habillée et même l'équipe en cuisine élaborant des assiettes soignées sont en fait des étudiants de l'une des célèbres écoles hôtelières de Suisse.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Melbourne - Actualité Australie

"SI J'OZAIS" - Ikea, le retour...

Il existe un moment exaltant dans la vie de nombreux couples français, c'est lorsque, après une quinzaine d'années à suer sang et eau au…
Sydney - Actualité Australie

ANZAC DAY - Le Centenaire

Le samedi 25 avril 2015, les Australiens commémorent Anzac Day et le centenaire de la bataille de Gallipoli. Si de nombreuses…
Turin - actualité italie

25 AVRIL – La Libération, 70 ans après

Le 25 avril est l’un des jours fériés du calendrier italien. Il commémore la libération de Milan et de Turin le 25 avril 1945, une date qui…
Expat
Expat - Emploi

LAOS - Repenser l'idée d'entreprendre

S'installer au Laos, c'est choisir sa qualité de vie, et un engagement humain. Cette dimension est en effet essentielle dans le pays, car on vient pas ici pour faire fortune. La responsabilité sociétale de ceux qui s'y sont installés ne laisse pas de place au doute sur les raisons qui leur ont fait choisir ce pays! Un reportage vidéo du W Project (équipe sociale et solidaire)

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de Merci Maman. 
Expat - Politique

ENRICO LETTA – L’ancien Premier ministre italien s'expatrie à Paris

Enrico Letta, prédécesseur de Matteo Renzi à la tête du Conseil des ministres a annoncé sa démission de la Chambre des députés italienne. Il s’apprête à quitter Rome et l’Italie pour Paris afin de prendre la tête de l’Ecole d’affaires internationales de Sciences Po, qui forme de futurs hommes d’affaires à l'international.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala