La Saudade colle t-elle à la peau de l’expatrié de retour en France ? Que faire des souvenirs lisboètes quand le gris remplace le bleu saisissant ? Sommes-nous différents de ce que nous étions quand nous revenons ? Que de questions à l’heure où la rentrée nous intime d’agir, qui pour l’école, qui pour la maison, qui pour le bureau… Et si nous prenions juste un instant pour apaiser le cœur et alléger les têtes !

L’ illusion de soi : le cinéma intérieur
La rentrée nous oblige à avancer. Aucun répit. La saudade ne prend pas par manque de tempsm, à moins d’écouter en boucle des disques de Fado. L’action est un excellent anti-dépresseur. Pourtant, dans notre course, notre regard accroche toujours par-ci par-là des mots et des images qui nous rappellent que nous étions ailleurs, là-bas. Alors c’est comme un froissement intérieur, une vue qui se brouille et le souvenir apparaît toujours merveilleux. Nous étions magnifiques, façon ralenti de cinéma, dans cette vie entre parenthèses avec son clip de début et son clip de fin. Puis c’est un peu comme si nous avions quittés le premier plan tant pour nous-mêmes que pour nos spectateurs. Aurons-nous de nouveau un rôle intéressant ?

L’illusion du lieu : garder du lien
A moins d’être tourné comme un forcené vers le futur, pragmatique excessif, nous avons tous rapporté sous une forme ou sous une autre la trace de notre passage dans cet ailleurs qui fut notre quotidien. C’est un peu notre objet transitionnel, une façon d’adoucir la rupture, de maintenir un lien. Une photo de la Baixa, un azulejo d’un Palacio, des verres de Marina Grande… Tout cela n’est rien en comparaison des images qui émergent par surprise, des mots portugais qui nous semblent familiers et de ce flou qui parfois nous entoure. Dans quel endroit sommes-nous ? Ce nouveau lieu aura t-il la magie de l’ancien ?

L’illusion de la permanence : écrire sa nouvelle histoire
Alors que nous revenons dans des lieux que nous connaissons, nous nous étonnons de réagir autrement. Nous parlons du Portugal comme nous parlions de la France. Au Portugal….La France nous paraît soudain étrange voire étrangère malgré son air familier. La France aurait-elle changé en trois ans ? Avons-nous modifié le regard que nous portons sur elle ? Pourquoi cette indifférence avec laquelle nous composions jadis nous semble aujourd’hui insupportable ? Pourquoi cette personne que nous trouvions fabuleuse nous semble désormais si fade ? Pourquoi ce projet si stimulant perd-il de son sens ? Nous ne changeons pas mais nous avons évolué plus vite que si nous n’avions pas bougé. Il faut écrire notre nouvelle histoire à partir de notre nouveau vécu.

Le monde peut être merveilleux
L’expatriation est souvent (mais pas pour tous, ni tout le temps) un état de grâce. C’est un peu comme si nous acceptions de nous donner et de recevoir ce qu’il y a de meilleur. S’ouvrir à l’autre et à la différence là où nous l’ignorions dans notre propre pays, prendre le temps d’être là où nous oubliions de nous retrouver. En échange, nous avons reçu le soleil et la chaleur, le rire et l’amitié. Nous en sommes donc capables. Pour que la fin de l’expatriation ne sonne pas la fin des illusions d’un monde merveilleux, il nous suffit de continuer à être ce que nous étions : centrés sur nous-mêmes et tout à la fois ouverts vers l’autre.

Nathalie Vogelsinger-Martinez (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) mercredi 15 septembre 2010
Coach de projets personnels et professionnels
Si cet article vous intéresse vous pouvez vous abonner à la Newsletter de "Parler de soi et vivre ses projets"
www.parlerdesoi.com

http://lisboacoaching.blogspot.com/

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Quelle loi s’applique à votre contrat de travail ?

La plupart des contrats de travail conclus aujourd’hui prévoient explicitement la législation à laquelle ils sont soumis.Mais si ce n’est pas le cas du vôtre, savez-vous quelle loi s’applique à vos relations avec votre employeur ?

Acheter un logement en nue-propriété : jusqu’à 40 % de décote possible

Encore méconnu du grand public, l’achat d’un bien immobilier en nue-propriété permet d’investir dans un logement en bénéficiant d’une belle ristourne, pouvant aller jusqu’à 40 %. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur ce type d'investissement un peu particulier et les avantages liés à la nue-propriété.
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales