“A l’aube de 2009, si nous devions élire les meilleurs albums de l’année passée en fonction de leur qualité musicale, de l’intimité de leur contenu et de l’importance de ce qu’ils apportent à leur audience, le premier album “Jazz Istanbul” de la chanteuse Jülide Özçelik en ferait sans aucun doute partie”, écrivait Fulya Özlem dans Today’s Zaman. Près d’un an après la sortie de son deuxième album, intitulé tout simplement “Jazz Istanbul 2”, elle chantera exceptionnellement au Nardis ce soir. Chaleureuse et pudique, à l’instar de sa voix, Jülide Özçelik se livre au jeu des questions/réponses

Lepetitjournal.com d'Istanbul: Comment êtes-vous devenue chanteuse ?
Jülide Özçelik:
Je suis née à Istanbul en 1975. J’y vis toujours avec mon mari et nos deux filles. Je n’étais pas destinée à la musique mais j’en ai toujours écouté énormément. Chanter était une évidence. Mes parents ne m’ont absolument pas soutenue. J’ai dû me battre et leur tenir tête. J’ai commencé ma formation musicale au département de musique pop du Müjdat Gezen Arts Center, et obtenu mon diplôme en 1998. La même année, j’ai réussi le concours d’entrée au département de musique de l'université de Bilgi et décroché une bourse d’étude. En Turquie, il n’y a pas vraiment d’autre alternative en matière de formation musicale, ni d’école de jazz. Intégrer ce cursus constituait pour moi le meilleur moyen d’enrichir ma technique vocale et mes connaissances de la musique classique turque, entre autres.

Crédit photo Tuncay Gülcü

Qui vous accompagne sur scène et sur vos albums ?
Mon groupe est constitué d’amis de longue date, notamment Cem Tuncer, guitariste et arrangeur. Nous étions dans la même classe à l’université de Bilgi. J’ai rencontré les autres musiciens au fil du temps. M’accompagnent donc au piano : Ercüment Orkut, (Genco Arı sur le premier album), à la basse Kağan Yıldız, et à la batterie, Alpdoğan Türeci (qui remplace Ediz Hafızoğlu).

La richesse de vos deux albums, sortis respectivement en 2008 et 2012, provient sûrement de leur caractère hybride. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Les deux albums ont été produits et distribués par le label Kadıköy Müzik Yapım, spécialisé dans les musiques alternatives. Il s’agit du label créé par mon mari Bahadir, et son frère. J’avais depuis longtemps envie de rassembler mes deux passions : le jazz et le folk anatolien (halk müziği). Il n’y avait pas tant d’autres exemples alors je me suis dit “Pourquoi pas ?” Sur chaque album, la moitié des titres s’attache donc à transposer ces chansons anatoliennes en jazz. Quant au reste, il s’agit de mes compositions (texte et musique).

Justement, de quoi parlent vos chansons ?
Des problèmes quotidiens des êtres humains. Pas seulement d’amour ! (sourire) La chanson Sıradan bir gün (Une journée ordinaire), sur le premier album, est une invitation au retour à l’innocence pour contrer la routine. J’ai aussi écrit deux chansons pour mes filles, une sur chaque album : Nisan Valsı et Zeynoş Funk.

Quelle est selon vous la particularité du jazz turc ?
Y a-t-il un jazz turc ? (rires) Malheureusement, la plupart des jazzmen turcs reprennent les standards. Seuls quelques-uns essaient de créer quelque chose de différent, comme  Erkan  Oğur, Cenk Erdoğan, Bilal Karaman… Lors du Festival de jazz d’Istanbul en juillet, le bassiste Marcus Miller a joué aux côtés du clarinettiste Hüsnü Şenlendirici. Je crois qu’ils nous ont montré ce que pourrait être le jazz turc. Un équilibre harmonieux entre les rythmes et sonorités orientales et anatoliennes, et un swing et des accords incontestablement jazzy.

Votre standard préféré ?
I concentrate on you
, par Carmen Mc Rae.

Arrivez-vous à vivre uniquement de la musique ?
Pas vraiment non, et de moins en moins. C’est d’ailleurs pour cela que Bahadir travaille désormais pour des compagnies turques en Irak. La musique alternative n’est pas soutenue en Turquie. Les sponsors préfèrent les genres plus commerciaux. C’est dommage, je crois qu’ils devraient plutôt choisir la qualité.

Vous serez ce soir au Nardis. Quel album allez-vous jouer ?
Les deux ! Et puis peut-être un ou deux standards. Le concert est déjà complet. J’ai même reçu un mail d’un “fan” de Trabzon qui a acheté ses billets d’avion exprès et n’a pas pu acheter de place pour le concert.


Fanny Fontan
(http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) lundi 19 novembre 2012

Retrouvez Jülide sur son My Space.
Le “Roméo et Juliette” turc, Mecnunum leylamı gördün, extrait du premier album.

En live au festival d’Antalya en juillet dernier :
Zaman

Gizli Cennet
Şu Yalta'dan Taş Yükledim
Aç Kapıyı Gir İçeri

Bugün Neden Gelmedin

Crédits photos et vidéos Antalya : Tuncay Gülcü

 
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

BNP PARIBAS : Check-list pour bien préparer votre départ en expatriation

Tout projet d’expatriation nécessite une logistique importante et de nombreuses démarches à effectuer, qu’il s’agisse de sujets bancaires, de protection sociale, de la scolarité des enfants, etc…BNP Paribas vous propose un aide-mémoire, à titre indicatif, qui vous permettra d’organiser au mieux votre expatriation.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Devenir riche, oui et alors ?

Jean, fils d’ouvriers de la banlieue parisienne, prend l’avion demain pour la ville de Mexico, un départ qu’il espère définitif, « la France ce n’est pas pour moi, cela ne l’a jamais été »
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales