Belkis Jeridi est une jeune femme vivant en France mais persuadée depuis des années que son destin l’attend en Turquie, au détour d’une rue d’Istanbul. Étudiante en dernière année de master, elle prépare minutieusement son départ. Tous les quinze jours, Belkis nous relate ses démarches, les anecdotes, les rencontres et les doutes qui jalonnent son parcours. Quatrième épisode

“Mais pourquoi tu veux vivre en Turquie ?” Je n’y échappe jamais.

Je savais bien qu’aller à ce repas de famille était une mauvaise idée, c’est toujours pareil…

Chacun y va de ses “arguments” :

L’oncle accro aux infos :

- “Vu la conjoncture, c’est mieux de trouver un travail bien gentil, de faire gentiment des économies, et d’aller en Turquie autant que tu veux pour les vacances.”

La cousine qui étudie la comptabilité :

- “Les gens font tout pour venir en France, et toi tu veux la quitter. Pfff, c’est n’importe quoi.”

Le voisin de passage, que je n’ai jamais vu avant ce jour :

- “En plus ça doit être chiant de devoir porter le voile.”

Euh… No comment!

Mais ce dimanche, j’ai envie de parler de tout sauf de la Turquie…

J’en ai plus qu’assez d’entendre des choses du style :

“J’ai trouvé que c’était différent du Maroc quand même, on n'y mange pas pareil.” - (Normal ce n’est pas la même culture. Merci de revoir ta géographie)

“Je trouve que c’est plutôt dangereux Istanbul  pour une femme, moi j’ai l’impression de n’avoir vu que des hommes dans la rue.” (Tu traînes où toi, aussi ?!)

“Le gouvernement est islamiste, t’es inconsciente !”

“Moi à ta place je réfléchirais à deux fois, tu as vu ce qui est arrivé à Sevil Sevimli. Y’a pas de libertés là-bas.”

“Moi je les ai trouvés super évolués, on peut y boire de l’alcool sans problème.” (Youhou si l’évolution se résumait juste à ça…)

J’ai l’impression, pour les gens qui connaissent ma passion pour la Turquie, que sous prétexte que je m’y rends plusieurs fois par an et que je souhaite y vivre, je dois sans cesse répondre de tout :

Un procès ? Une loi ? Un billet pas cher ? Un hôtel ? On me sollicite.

“Toi qui connais bien la Turquie…” - Euh, c'est-à-dire que…

On me provoque, on abuse de clichés en me toisant les bras croisés dans l’attente d’une réaction.

J’ai arrêté de répondre sous le coup de la passion, ça ne change rien au résultat.

La Turquie, mais surtout ses habitants, sont bien trop mal connus, des idées reçues tellement ridicules subsistent à leurs égards, et c’est navrant.

Le tourisme a tout de même permis de la faire connaître du grand public, ce qui j’espère éveillera petit à petit la curiosité des gens pour ce beau pays.

Mais ce dimanche, plus que tous les autres, je suis cafardeuse.

Ces discussions me vexent et me blessent. J’aimerais que les gens soient plus ouverts et curieux des autres cultures, mais surtout qu’ils arrêtent de se mêler de mes projets !

Même si je devais perdre en salaire, ou soi-disant en opportunités d’évolution dans ma carrière, j’ai décidé de privilégier mon cadre de vie et mon épanouissement personnel. L’argument économique, je n’en ai que faire. Je suis une sentimentale, moi. J’ai besoin de rêvasser mains dans les poches en donnant des coups de pied dans une canette abandonnée.

Alors que je boude dans mon coin, ma mère vient à mon secours d'un : “Ça suffit, on peut changer de discussion, s’il vous plait ?… Elle a le mal du pays.”

Belkis Jeridi (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) vendredi 16 novembre 2012

Retrouvez la dernière chronique de Belkis ici.

 
Une internationale
 Trophées des Français de l'étranger 2017
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

L’ESDHEM

Préparez-vous à intégrer les Grandes écoles françaises de Commerce et de Management les plus prestigieusesDispensé depuis plus de 20 ans sur les campus SKEMA de Business School de Lille et Paris la Défense et depuis septembre 2016 sur Sophia Antipolis, l’ESDHEM est un programme post-bac unique.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
En direct de nos éditions locales
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire