Sur les 7 millions d’habitants que compte la ville de Hong Kong, 1,26 million vit en dessous du seuil de pauvreté. Si aucune mesure n’est prise pour soulager la population hongkongaise, les spécialistes prévoient une augmentation rapide de la pauvreté

Photo : M.M-H.

Le Hong Kong Council of Social Service estime à 1,42 million, le nombre de personnes qui vivront à Hong Kong, en-dessous du seuil de pauvreté d’ici huit ans. Ils sont 1,26 million aujourd'hui. Selon la grille établie par le HKCSS, le revenu considéré comme "viable" pour une famille de trois personnes est évalué à 10.000 HKD par mois. Il est estimé à 7.100 HKD par mois pour un couple et à 3.275 HKD par mois pour une personne vivant seule. D’après Christine Fang Meng-sang, Directrice du Hong Kong Council of Social Service, le nombre de personnes pauvres comptabilisées dans la première moitié de l’année 2010 n’a jamais été aussi élevé que depuis 2007. "Nous constatons que l’économie a reprit une croissance très rapide, mais que la vie est devenue plus difficile pour les plus pauvres". En moins de six mois 64.000 personnes supplémentaires perçoivent un salaire inférieur à celui nécessaire pour couvrir les besoins quotidiens vitaux.

Les retraités très touchés
Selon les statistiques du HKCSS, la situation des retraités devient de plus en plus préoccupante. La pauvreté chez les personnes âgées est aujourd’hui évaluée à 33.9%, équivalent à un retraité sur trois vivant actuellement en-dessous du seuil de pauvreté. La population hongkongaise vieillissant, avec un taux de natalité très bas, aucune perspective d’amélioration n’est annoncée dans les prochaines années. Pour les représentants du HKCSS, l’augmentation du nombre de pauvres est imputable au manque de stratégie du Gouvernement dans la redistribution des richesses. Les classes moyennes bénéficiant plus facilement de la reprise économique. Le HKCSS attend une véritable politique en faveur des personnes les plus pauvres et notamment des retraités.

Vanessa Avrillon (www.lepetitjournal.com/hongkong.html), mardi 5 octobre 2010

Une internationale

HOME-SITTING - Partir en toute tranquillité dans le monde entier !

Vous souhaitez partir en vacances mais qui va garder votre maison ? Et Médor alors ? Lorsque l’on habite à l’étranger, voyager avec un animal de compagnie peut être un vrai casse-tête. Le home-sitting est peut-être aussi la solution qu’il vous faut si vous êtes expatrié.
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent "oui"

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine