Fascinés par la dimension artistique et pittoresque des panneaux commerçants du Cambodge, Christian et Sophie Provoost sont allés à la rencontre des personnes qui se cachent derrière ces enseignes hautes en couleur. Ils ont réuni leurs portraits dans le recueil illustré Carnet de rencontres au Cambodge : au fil des routes, paru aux éditions Tuk-Tuk. Voici celui de Mme Sok Ang, guérisseuse d'hémorroïdes basée à une trentaine de kilomètres de Phnom Penh.

L’enseigne, plantée à l’entrée de la maison-clinique sur pilotis de Madame Sok Ang est tout à la fois sobre et très explicite.

Madame Sok Ang est une "krou", c'est-à-dire un maître dans son domaine. Depuis vingt ans, elle traite les personnes souffrant d’hémorroïdes. Elle a appris ce métier peu courant au Kampuchéa Krom, auprès du krou qui l’en a guérie. Au terme de ses soins, le krou a accepté, contre rémunération, de l’initier à sa pratique. Elle a dû pour cela hypothéquer la maison familiale qui se trouve à une trentaine de kilomètres au nord de Phnom Penh, au bord du fleuve Mékong.

Madame Sok Ang est assise les jambes pliées sur le côté, sur le lit-table-bureau du rez-de-chaussée de sa maison de bois. Elle raconte que ses premières années de pratique, elle les a passées essentiellement à vélo, sillonnant les chemins de terre de la campagne environnante pour rencontrer ses malades à leur domicile. Elle dit avoir ainsi parcouru des milliers de kilomètres, le temps d’asseoir sa réputation et son expertise. Aujourd’hui, ce sont les patients qui viennent à elle. Nombreux. Certains même depuis le Ratanakiri, la province septentrionale du Cambodge. D’autres viennent du Vietnam. "Et puis aussi des Chinois" dit-elle, non sans une pointe d’orgueil, pour immédiatement ajouter : "Mais je ne peux pas les accueillir car ils sont exigeants. Ils me réclament des chambres avec climatisation, le temps de leur traitement...".

Le traitement en lui-même dure environ quatre jours, suivant le type d’hémorroïdes et l’avancée du mal. La base du traitement reste néanmoins identique et consiste en l’application locale d’une pommade faite à base de poudre blanchâtre dont Madame Sok Ang, suspicieuse, refuse de dévoiler la composition.

Chenda, une patiente encore alitée, doit repartir aujourd’hui à Kompong Speu, au terme de son traitement. Ang certifie que, des milliers de patients soigneusement répertoriés passés entre ses mains, aucun n’a fait de rechute. A leur départ, elle leur prescrit quelques antalgiques et leur prodigue des conseils diététiques préventifs. "Je préconise pour une semaine d’éviter les fruits de mer, les coquillages d’eau douce, les crabes salés, le prahok, le kapik et le mamm**". "Les patients ne me payent que s’ils guérissent" garantit-elle.

Aucun des quatre enfants qu’elle a eus avec son mari Kong Vuthy ne souhaite prendre la relève. "Alors, je revendrai mon expertise au plus offrant", se résigne Madame Sok Ang.

Un jour, une Américaine d’origine cambodgienne venue se faire soigner lui a proposé de passer six mois aux Etats-Unis pour y exercer ses talents. Son mari ne souhaitant pas la voir partir, Madame Sok Ang a dû renoncer. Le krou qui l’avait initiée, lui, est parti aux Etats-Unis il y a quelques années, en laissant sa famille au Kampuchéa Krom.

Extraits de Carnet de rencontres au Cambodge : au fil des routes, de Christian et Sophie Provoost : lire la chronique du livre

 
Une internationale

MAÏTÉ NÈGRE - Le Gabon au coeur

Il n'est pas si fréquent qu'un Français s'intègre dans son pays d'adoption à ce point ! Maïté Nègre a un parcours hors du commun: mariée à un ministre gabonais, elle s’est engagée pendant de longues années pour aider les handicapés, les femmes maltraitées ou encore dans la lutte contre le virus du SIDA. Aujourd’hui maire de Ndendé, petite ville au sud du Gabon, à 66 ans, Maïté continue ses combats. 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Cappuccino d'asperges blanches

L’asperge fait partie des légumes symboliques de la belle saison et le mois de juin est idéal pour les déguster. Simple à préparer et raffinée en bouche, l’asperge est la vedette de vos assiettes printanières. 

L’investissement en parts de SCPI plus facile grâce à CA Consumer Finance

Depuis septembre 2015, CA Consumer Finance soutient le développement des ventes de SCPI grâce à une offre spécifique de crédit, axée sur le financement de parts de SCPI. Cette solution permet aux particuliers de financer, par le biais d’un prêt amortissable affecté, l’acquisition de parts de SCPI avec une prise de garantie obligatoire sous forme de nantissement.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Avoir un profil professionnel atypique : quelle chance, j’ai !

L’exemple du profil « atypique » est le parcours professionnel qui n’a pas suivi une ligne droite « cohérente ». Personnellement, je n’ai entendu parler de ce concept que depuis que je vis à l’étranger et depuis quelques années seulement. Plus je regardais et me documentais sur le sujet et plus je m’apercevais qu’effectivement le fait de vivre à l’étranger et de vouloir travailler demande de réinventer sa conception du travail et de ses savoir-faire.

ENTREPRENDRE EN TUNISIE - Au lendemain des révolutions, une situation précaire

La Tunisie c'est le premier des pays qui s'est levé contre les dictatures dans le Maghreb, et c'est surtout le régime qui semble avoir le mieux géré sa transition démocratique. Pour le W Project, ce qui est marquant en Tunisie, c'est la résilience du peuple, l'envie de faire émerger de nouveaux modèles, et le dynamisme général des jeunes générations. Découvrez l’analyse du W Project en vidéo !
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine
En direct de nos éditions locales