Singapour

GAO XINGJIAN - Passage à Singapour d’un vagabond lettré

Singapour avait le privilège rare ce week-end d’accueillir Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, artiste multidisciplinaire, dont l’œuvre, profondément humaine, est un jeu de miroirs des évènements tragiques de son époque. Né en Chine en 1940, ayant pris la nationalité française en 1998, Gao Xingjian est un vagabond lettré naviguant entre deux cultures ; un métissage dont il a fait jaillir une œuvre unique.

Gao XingjianL’homme est tout en discrétion. Le visage est doux, les yeux disent l’exigence du verbe et de la pensée. Artiste Franco-chinois, vivant en France depuis 1988 après avoir passé les 48 premières années de sa vie dans la Chine du Grand Bond en avant et de la Révolution Culturelle jusqu’à la veille de Tiananmen, qui scella définitivement sa rupture avec la Chine.

S’intéresse-t-il à la Chine d’aujourd’hui ? "Ce n’est plus le sujet répond-il, je vis en France depuis 25 ans, près d’un quart de siècle. J’ai beaucoup voyagé. Je me suis intéressé à beaucoup de choses. Je ne connais pas la Chine actuelle et celle-ci n’est pas au centre de mes préoccupations".

Paradoxe ! Gao Xingjian a écrit ses 2 ouvrages les plus fameux – La montagne de l’âme et Le livre d’un homme seul – en chinois et sur la Chine. Dans le premier roman, il mettait en scène la campagne chinoise, celle des bords du Yang tse, sur laquelle il avait réalisé en 1983 une série de photos dont quelques unes seulement, exposées en ce moment à l’Alliance Française de Singapour, ont été préservées de la destruction. Dans Le Livre d’un homme seul, il dénonçait, à la manière d’un Soljenitsyne, le premier à le faire en chinois avec une telle autorité, la folie furieuse de la Révolution Culturelle. Plus tard il consacrera avec La neige en août, un opéra à cette culture, dont il reconnaît qu’elle reste dans son sang.

Certes c’est après son installation en France que Gao Xingjian a composé l’essentiel de son œuvre littéraire, notamment l’écriture des 2 romans précités. Certes il s’est aussi mis ensuite à écrire en français. Mais était-ce un choix délibéré ou l’effet des circonstances ? "La pièce sur laquelle j’ai travaillé, expliquait-il lors de la conférence samedi 9 novembre, au Singapore National Museum, était une commande du Ministère de la Culture Française. A l’époque, tous mes écrits étaient interdits en Chine. Il aurait été stupide de l’écrire en chinois. Alors pourquoi ne pas l’écrire en Français. La pièce - au bord de la vie - abordait un thème universel. Il s’agissait du monologue d’une femme. J’ai mis 3 jours et 3 nuit pour écrire la première phrase ; une vraie longue phrase musicale comme sait en produire la langue française, si différente en cela de la concision du mandarin"

L’écrivain est à l’image de ses personnages. La montagne de l’âme est construite autour du thème du vagabond lettré. "Le vrai voyageur, explique Gao Xingjian, ne doit pas avoir de but. La vie elle-même n’a pas de direction établie. Il suffit d’avancer c’est tout. La vie est un grand voyage. Où est le but ? On ne sait pas. Quand je vivais en Chine, je n’aurais jamais imaginé que je vivrais un jour en France, ni que je serais aujourd’hui devant vous à Singapour. Chaque individu a sa voie tout à fait particulière, qu’on ne peut pas prévoir à l’avance".

En 1983, il est atteint d’un cancer du poumon, maladie dont était mort son père. Une rémission "miraculeuse" lui fait prendre conscience que "si vous voulez faire quelque chose, il faut le faire maintenant, sans compromis ni concession, parce que vous n’avez qu’une vie". 

encres Gao XingjianGao Xingjian avance. Artiste multidisciplinaire, il a connu la gloire, avec l’obtention du prix Nobel en 2000, pour son œuvre littéraire. Il est aussi photographe, peintre et cinéaste. La peinture à base d’encre de Chine, a précédé son succès littéraire. Elle est pour lui un moyen d’expression qui va au delà du verbe quand celui-ci fait défaut. C’est elle qui lui a assuré un revenu quand il s’est installé en France en 1988. "Je pouvais gagner ma vie, donc je pouvais écrire des livres qui ne rapportaient pas grand chose. J’ai toujours compris que la littérature n’était pas un commerce ; c’est un choix".

En 2006, Gao Xingjian réalise un film de 90 mn, dont on a pu voir l’intégralité samedi 9 novembre à l’Alliance Française. Gao Xingjian voulait depuis toujours faire un film, mais ce qu’on lui proposait, en France et en Allemagne, relevait d’un compromis – "Les producteurs voulaient des films commerciaux avec des chinoiseries" - qu’il ne pouvait accepter. Silhouette/ombres est un film sans parole, éminemment poétique, qui emprunte à l’ensemble des palettes de l’artiste - l’écriture, le théâtre, la mise en scène, la peinture - et met en images le dialogue de l’artiste avec la mort. Une mort que Gao Xingjian vient de côtoyer à deux reprises, victime d’attaques cardiaques lors de la mise en scène de La neige en août à l’opéra de Taïwan, puis pendant les répétitions du quêteur de la mort. Le film le montre peignant, dirigeant les répétitions de son opéra et de sa pièce de théâtre, étendu inerte dans son atelier, capturant un flot d’images cependant qu’une ambulance le conduit à l’hôpital.

"Quel conseil donneriez-vous à un jeune auteur aujourd’hui ?", demandait une jeune Singapourienne en clôture de la conférence, samedi.
"N’acceptez aucune forme d’obligation", répondît Gao Xingjian.
 
Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com/singapour) lundi 11 novembre 2013

ENTREPRENDRE AU MASCULIN  Lawrence, Bill et Nicolas, quand passion rime avec style et créativité.

trio
Un Singapourien, un Français et un Canadien, en écho à notre tradition de ces portraits d’entrepreneurs qui mettent à l’honneur Singapour, symbole du multiculturalisme et de la diversité. Lawrence Koh est un passionné de chute libre qui a monté un concept permettant aux habitants de se lancer dans les airs et de voler comme un oiseau. Bill Cain est le Canadien esthète qui a offert à notre ville ses premiers chapeaux Panama directement importés…
A la une

LIBIDO - Sous la couette des expats

En mars, nous avons partagé avec vous les grandes lignes de la grande enquête sur l'expatriation et le couple. Nous vous avions promis de soulever le voile sur le sujet tabou : que se passe-t-il sous la couette (ou la moustiquaire) des expats ? Morceaux choisis
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Sydney - Actualité Australie

ANZAC DAY - Le Centenaire

Le samedi 25 avril 2015, les Australiens fêteront Anzac Day et le centenaire de la bataille de Galipolli. Si de nombreuses manifestations…
Expat
Expat - Emploi

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de Merci Maman. 

ENTREPRENEURS & SAC À DOS – Un tour d’Asie de l’entrepreneuriat

http://entrepreneurs-et-sac-a-dos.com/
Marlène et Cyrille sont partis découvrir l’entrepreneuriat sous toutes ses formes au cours d’une traversée de l’Asie. Jeunes et passionnés, ils partent à l’aventure avec leurs économies à la recherche de modèles d’entrepreneuriat social et responsable sous le nom d’ « Entrepreneurs et sac à dos ».
Expat - Politique

THIERRY MARIANI – "Il faut que notre diplomatie serve les intérêts de la France"

Thierry Mariani
Député de la XIème circonscription des Français de l’étranger (Asie Océanie), Thierry Mariani était à Singapour pour célébrer, avec la communauté française, le 50ème anniversaire de la cité Etat. L’occasion d’évoquer avec lui Singapour, les Français de l’étranger, et la nécessité, sur le plan diplomatique de distinguer entre les zones où dominent les enjeux économiques et celles qui restent essentiellement confrontées à des problèmes de sécurité.

TAHAR BEN JELLOUN – Le conteur arabe qui écrit dans la langue de Molière

Tahar Ben Jelloun a rencontré son premier succès populaire en 1985 grâce au roman "L’enfant de sable". Il est couronné deux ans plus tard par le prestigieux prix Goncourt, avec "La nuit sacrée". A l’occasion de la 20e édition de la fête de la francophonie, il est venu à la rencontre de ses lecteurs de Shanghai.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala