Singapour

ADOS A SINGAPOUR- Où sortent-ils ?

Jeune fille de Seconde au LFS, je me suis penchée, pour Le Petit Journal de Singapour, sur les loisirs des ados à Singapour. Que faisons-nous pour nous amuser ? Quels sont nos lieux de rassemblements fétiches ? Loin d’une enquête exhaustive, j’ai interrogé mes copains et espère donner quelques idées aux jeunes ados qui arrivent à Singapour. Et que, définitivement, non, Singapour, ce n’est pas mort ! 

L’adolescence est marquée par une soif étrange de découverte, d’aventure. Et bien souvent, les grandes aventures sont les sorties entre amis, qui forgent des souvenirs incroyables mêlant danses, lumières, et fou-rires. Car sortir loin de l’autorité parentale, c’est partir à la recherche d’un monde nouveau, et parfois, d’une autre version de soi-même. Mais pour nous, enfants d’expatriés, ce n’est pas toujours si simple. Un déménagement signifie un nouvel environnement, des nouveaux amis, une nouvelle vie ; et bien sûr, de nouveaux endroits pour faire la teuf.  

Singapour/rainbow-2303543_640

Contexte restrictif de Singapour 

Sous l’effet de l’adrénaline qui déferlait dans ses veines, trop impatient de frôler le soleil,  Icare a brulé ses ailes. Que ce soit à Paris ou à Singapour, le désir de se déchainer, de noyer la vie quotidienne, les devoirs, le lycée dans la musique, le bruit, le chaos des soirées est le même. Mais comme partout ailleurs, il y a des limites à ne pas franchir. Gare à celui, désireux de savourer l’interdit, effleure la glace de son orteil : il risque de s’enfoncer dans les eaux troubles…et se noyer. 

Chaque jour, des touristes achètent des articles qui se moquent gentiment des lois singapouriennes. Mais bien peu de magnets montrent les lois de base, essentielles aux lycéens à la recherche d’une nuit de festivités. Parlons d’abord de l’alcool : sa vente et sa consommation dans des lieux publiques (tels les parcs, dans la rue, les hawker centers, etc) sont strictement interdites de 22h30 à 7h. Il faut avoir 18 ans pour pouvoir en acheter.

Les restaurants et les bars peuvent être une exception s’ils ont une licence, mais ces établissements sont, normalement, interdits aux mineurs. Quant aux des cigarettes, il n’est pas possible d’ en acheter. Savoir fumer à Singapour est plus qu’apporter son briquet, et éteindre correctement son mégot ; il faut aussi être à l’affut des panneaux qui interdisent de fumer. Car une amende de 1000 à 2000 SGD, ça pique. Mais ça, les magnés vous auront prévenus. 

Une fois la loi exposée, partons à la découverte des lieux où naissent des identités, des personnes à part entière…Enfin, que font les ados à Singapour pour s’amuser ?

Pour faire les boutiques et le plein en énergie :

Bien sûr, il y a Orchard et ses centres commerciaux gigantissimes, son dédale de couloirs illuminés par2017/07/Singapour/Orchard_pieton de flamboyantes vitrines, et sa foule grouillante à midi tout comme à minuit. C’est avec une certaine majesté qui l’a rendue l’un des emblèmes de Singapour qu’Orchard déploie ses centaines de boutiques, de Louis Vuitton à H&M ; ses multitudes de restaurants qui ne manqueront jamais de tenter un estomac (même rempli) ; et qui ne peuvent se retenir de nous murmurer à l’oreille : « Qu’est-ce que ça sera ? Japonais ou Chinois ? Pizzas ou quésadillas ? Glaces ou Bubble Tea ? Il ne manque de rien à Singapour…juste de l’argent. » Tout comme les enseignes clignotantes, nous, les ados de Singapour, sommes des milliers à Orchard, flânant en petits groupes, bavant et léchant les vitrines.

 

Pour quelques boissons, puis danser jusqu’au bout de la nuit :

Autre qu’Orchard comme lieux idéals, il y a 3 quais : Boat Quay, Robertson Quay, Clark Quay. Loin de vous l’idée de petits bistrots tranquilles, où les gens boivent un thé brulant à petites gorgées en admirant l’écoulement et le doux clapotis de la rivière. Pendant la journée, ces quais ne sont nullement en position de rivaliser avec Orchard, mais la nuit, ils deviennent un sanctuaire dédié aux fastes du divertissement. Les bars et les pubs comme Barraka et Stickies projettent, d’une nuit à l’autre, leurs lumières multicolores sur l’eau noire. Cependant, leurs portes ne devraient s’ouvrir qu’aux plus âgés d’entre nous. Sinon, les trottoirs sont un excellent endroit pour déambuler en groupes : nous n’avons pas toujours besoin d’une bouteille pour rire à gorges dérobées. D’ailleurs, bien souvent, la musique est partout : cela suffit pour danser jusqu’au bout de la nuit.

Pour  « Un endroit super chill avec pleins de bars et restos sympa  » 

Tout le petit quartier qui comprend la fameuse Hajji Lane n’est jamais désert. Extrêmement populaire pour son ambiance hipster, branchée, et ses murs décorés de magnifiques graffitis ; cet endroit est rempli de petits restaurants et bars. On y déniche tout : du délicieux burgers et fish n chips, à des bols d’acai multicolores dignes d’Instagram. À Haji Lane, le soir, il est quasiment impossible de ne pas tomber sur des amis : on a tous la tendance de converger vers Arab Street. Cette rue aux échoppes colorées, où trônent des tapis soyeux et des lampes de faïence, est connue pour sa grande mosquée aux dômes dorés. Mais pour nous, les vrais joyaux de ce quartier sont les dizaines de restaurants turques et libanais ! Pourquoi ? Pour le hummus et les falafels bien sûr ! 

Pour une escapade digne d’Indiana Johns :

On a beau grogner qu’on n’est plus des enfants, mais les toboggans de Wild Wild Wet font des milliers d’heureux. A plusieurs sur une même bouée, nous dévalons ces chemins en plastique à une vitesse vertigineuse. Parfois, une journée en maillots colorés à éclabousser ses compères vaut bien le coup de se lever plus tôt un samedi matin ! D’autres fois, on préfère rester secs et se tirer dessus. Dans ce cas : cap sur le terrain de paintball. On est prêts à mettre un peu d’argent de poche à côté, pour reémerger chez-soi avec quelques taches de peinture (et des tout petits bleus).

 

Pour se sentir tarpin proche de la nature :

Les escapades parmi les arbres sont beaucoup plus sympathiques avec des amis. En haut de la liste Singapour/SENTOSAon a : Sentosa. Sans parler de ses attractions, Sentosa a les meilleures plages de Singapour : idéal pour s’étaler sur le sable blanc, et faire une petite bronzette. Une fois la nuit tombée, on organise des fêtes. Musique, boissons, copains, et la fraicheur des vagues : visiblement, tout y est. Les plus sportifs d’entre nous se rendent régulièrement à East Coast Park pour faire du vélo, des rollers, ou un jogging ; avec d’un côté la mer, et de l’autre des rangées d’arbres d’un vert luxuriant. Quant à ceux qui ont la flemme de se déplacer, il y a toujours le parc de Serangoon. 

 Bien sûr, les sorties sont aussi une super occasion de se cultiver : l’Art and Science Museum offre des tonnes d’expositions intéressantes. Et même si Singapour ne manque pas d’endroits pour faire notre bonheur, parfois, tout ce dont on a besoin est une journée chez-soi, à se prélasser au bord de la piscine. Mais, bien sûr, les amis ne sont jamais loin… Après tout, l’ado se déplace en bande.

 

Rédaction par Valentine Doan, www.lepetitjournal.com/singapour, le mercredi 5 juillet 17

 

 

EXPOSITION- Yayoi Kusama, l’obsession d’une vie

THE SPIRITS OF THE PUMPKINS DESCENDED INTO THE HEAVENS.
Il est encore temps !Pour la 1ère fois en Asie du Sud-est, une rétrospective est consacrée à l’iconique artiste japonaise, Yayoi Kusama, présentée à la National Gallery jusqu’au 3 septembre 2017. A travers 120 œuvres datant de ses débuts dans les années 1950 jusqu’aujourd’hui, cette exposition retrace la carrière d’une des artistes avant-gardistes les plus vendues au monde. Plongée au cœur des ses obsessions sur 70 ans de création.
PSA Port - Photo (c) PSA

SINGAPOUR - Ré-imaginer l’économie

Que sera Singapour dans 20, 25 ou 50 ans ? Quelle vision Singapour projette-t-elle pour les décennies à venir ? Championne auto-proclamée du design…
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine