Shanghai

EXPRESSIONS CHINOISES - L’art de l’esquive !

 De Gaëlle Déchelette

Vous apprenez le chinois ou le pratiquez depuis un certain temps peut-être, mais vous êtes parfois dérouté par certaines expressions. Les "mashang" ("tout de suite"), "keyi le" ("c’est bon") et "chabuduo" ("presque") semblent avoir un sens différent selon les situations. Petit décryptage pour vous aider à mieux comprendre vos interlocuteurs.

马上 mashang, "tout de suite" :

Nous l’avions vu dans cet article, la notion de temps est assez élastique chez les Chinois (mais les Français ne sont pas en reste avec leur "quart d’heure de politesse" !). Aussi quand on vous dit que ce plat commandé il y a trente minutes devrait arriver "tout de suite" vous pouvez raisonnablement vous méfier. Demandez par exemple si la commande a bien été passée, sinon vous l’annulez : la serveuse devrait à ce moment-là vous avouer s’il s’agit d’un oubli ou non. Et vous éviter de patienter quinze minutes de plus pour rien.
Variante : 五分钟 wu fenzhong, 5 minutes ! Votre charmant guide vous balade dans Shanghai depuis des heures, mais il semble avoir perdu le nord. Si lorsque vous lui demandez quand vous arriverez à destination, il vous répond invariablement : "5 minutes !" Il est possible qu’il se soit tout simplement perdu. Demandez-lui de vous indiquer sur la carte le chemin à parcourir afin de vérifier qu’il sait où il se trouve (et lui éviter de perdre la face en devant l’admettre publiquement).

en, "d’accord" :

Vous demandez à un collègue de vous rendre un rapport d’ici lundi prochain, ce à quoi il vous répond par l’affirmation : 嗯 en, "d’accord". Sans vouloir mettre en doute sa parole, et afin de bien lui faire comprendre l’importance de cette deadline, demandez-lui de répéter ce qu’il doit faire, afin de vérifier s’il a compris. Ensuite, demandez-lui s’il pense que ce sera possible pour lui de finir à temps. Mis en confiance, il pourra peut-être vous glisser qu’il ne se sent pas capable de respecter cette deadline. Vous évitant ainsi de vous arracher les cheveux devant un travail non fait le lundi matin !
Variante : 好了haole , "d’accord" ! Votre chauffeur régulier, sur lequel vous pouvez toujours compter, a promis de vous donner un coup de main pour votre déménagement. "Haole" a-t-il répondu. Mais le jour du déménagement, il invoque un problème familial. N’y voyez pas de la mauvaise foi : il a dit oui pour garder une bonne relation avec vous, et s’en est sorti par un "mensonge blanc". La prochaine fois que vous lui demanderez un service, posez lui directement la question : est-ce que ce n’est pas trop dérangeant (麻烦mafan) ? Devant une question aussi directe, il vous dira sûrement le fond de sa pensée. Et pour être sûr du fait, n’hésitez pas à reconfirmer la veille !

还可以 haikeyi, "ça va" :

Vous échangez quelques phrases en chinois avec votre ayi. Confiant, vous lui demandez comment elle juge votre niveau de mandarin. "Ça va", vous répond-elle. Comprenez ici : pas terrible, ce qu’aucun Chinois ne se permettrait de dire, surtout à un employeur. Il ne vous reste plus qu’à continuer à potasser vos manuels de chinois.
Variante : 还行 haixing !

 应该可以, yinggai keyi, "ça devrait aller" :

Qui n’a jamais entendu "yinggaikeyi" n’a jamais vécu d’aventure en Chine ! Yinggaikeyi, signifie souvent l’inverse de sa traduction littérale. Il est souvent employé lorsque la personne n’a pas encore en tête comment régler un problème. Pour ne pas perdre la face, elle utilise cette expression, assez vague selon elle pour ne pas l’engager totalement. Pour éviter de vous trouver confronté à un quiproquo, demandez clairement comment la personne compte s’y prendre. Si la réponse est encore vague, vous pouvez lui demander ce qui bloque, ce qui aura deux effets : l’intérêt que vous lui portez mettra la personne dans de bonnes dispositions, et réfléchir ensemble au problème permettra peut-être de trouver une solution !
Variante : 应该没问题 yinggai meiwenti, il ne devrait pas y avoir de problème ! Le yinggai meiwenti, comme le yinggai keyi, est parfois utilisé pour gagner du temps. Si vous êtes pressé ou que vous souhaitez une réponse claire, posez des questions concrètes : quand est-ce que cela pourra être fait ? Si la personne hésite ou répond qu’elle doit réfléchir, comprenez : je ne suis pas sûr de la réponse.

 差不多 chabuduo, "presque" :

Les Chinois ont pour réputation d’avoir la culture du chabuduo. Déjà en 1924 le critique Hu Shih écrivait un article sur un "M. Chabuduo", pour qui l’approximation était une règle d’or. En effet, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Très souvent le chabuduo signifie une réponse rapide et peu engageante. Méfiez-vous des chabuduo et posez des questions : si le réparateur de votre machine à laver est déjà venu deux fois pour le même problème, il faut peut-être lui demander s’il peut changer une pièce plutôt que de la réparer à chaque fois avec un bout de scotch…
Variante : 可以了 keyile, c’est bon ! Vous avez demandé à un artisan de repeindre votre mur en beau vert d’eau, photo à l’appui. Une fois fini, le monsieur vous assène un "keyi le" ; l’air imbu de lui-même. Votre mur est désormais vert foncé, mais pour lui, pas de différence. "Keyi le" vous répète-t-il. Le mur est vert, certes, mais pas de la couleur que vous avez demandé. Pour mettre fin à la dispute, il vous assène un "chabuduo" définitif. N’y voyez pas malice, c’est la culture de l’approximation. Dans le cas de travaux très précis il vaut mieux tout confirmer par écrit, ou si possible fournir les éléments  (ici la peinture) pour être sûr du résultat. Et parfois, on est mieux servi par soi-même !

Silence…

Le silence est d’or, mais en Chine il peut signifier : danger. Surtout s’il s’accompagne d’un sourire. Le sourire peut en effet cacher la gêne, et le silence la volonté de ne pas heurter vos sentiments. Si vous demandez à l’assistance si quelqu’un a des questions, en général personne ne va lever la main. Alors pour encourager la participation et être sûr que votre message est bien passé, interrogez plusieurs personnes une par une en leur demandant de reformuler. Si elles restituent votre discours sans erreur, pas de problème ! Sinon, il faudra réexpliquer patiemment.
Variante : Hochement de tête ! Dans certains cas, les mots veulent dire autre choses que leur traduction littérale. Un dernier conseil : fiez-vous à la tête de votre interlocuteur ! S’il a l’air gêné ou contrit, c’est que son bon cœur lui empêche de vous révéler une vérité que vous ne voudriez pas entendre. Pour le mettre en confiance, gardez votre calme et posez des questions !

 

Merci à La Petite Lu dont le post drôlissime a inspiré cet article et qui a gracieusement accepté de nous prêter ses images! Pour retrouver toutes ses aventures à Shanghai scanner le code QR ci-dessous !

Crédits photo : UFV International, IAEA Imange bank, La Ptit Lu.

Gaëlle Déchelette lepetitjournal.com/shanghai Mercredi 19 avril 2017

 
Shanghai
Actualité Chine
Une internationale

ROAMING – Ni expats, ni immigrants, vivre à l’international au 21e siècle

Ni expatriés, ni locaux, ni immigrants… Comment définir ces citoyens du monde qui s’installent, pour quelques années, sans filet, dans un pays qui n’est pas le leur? Des itinérants, des nomades ? Dans son livre, CM Patha dresse les caractéristiques de ces millions d'individus dont on n’entend pas la voix. Beaucoup d’entre vous se reconnaitront !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine