Shanghai

PÉKIN - Une poussée d’espionnite (Le Vent de la Chine)

"Pour 72.000 $, dénoncez un espion étranger " ! Telle est la dernière offre de la police pékinoise à ses résidents, fort diffusée dans les médias, suite à une décision du ministère de la Sécurité d’Etat d’intéresser les masses à "graduellement bâtir une grande muraille d’acier contre l’espionnage". Raison alléguée : "Pékin est le choix n°1 des agences d’espionnage étrangères et autres forces hostiles pour leurs activités d’infiltration, division, subversion et vol de données".

Un détail important est à relever : dans l’histoire du régime, sous Mao et sous Deng en particulier, les appels à la délation n’ont jamais été rémunérés. Cette innovation  et ce tarif élevé  signale que le peuple chinois adhère moins qu’hier aux campagnes répressives, même au nom de la patrie.

Y a-t-il vrai danger ? Des "honorables correspondants" existent bien dans la capitale, sous couvert d’un métier avouable. Mais la plupart de ces êtres discrets sont connus des renseignements locaux, au point de travailler avec eux, en échange d’informations. Au reste, la surveillance des étrangers, sans cesse perfectionnée au fil des années, devrait suffire à protéger les données d’un des régimes les plus confidentiels de la Terre. Alors, pourquoi une telle campagne ? Une réponse pourrait être la bataille du XIXème Congrès d’octobre. Dans ce climat, lancer une campagne de délation permet à ses auteurs de démontrer à bon compte leur loyauté envers le Parti.

Autre clé de lecture : le ralentissement économique. On voit croître un certain parallélisme entre la baisse de croissance et une discrète poussée xénophobe sur les réseaux sociaux. Dès mai 2014, Global Times accusait des agences de renseignement étrangères de chercher à recruter des étudiants chinois pour les placer comme "oreilles" dans les ministères — ce qui, au passage, est une pratique courante de la Chine en Europe et en Amérique.

De même, en avril 2016, le régime publiait une BD issue du ministère de la Sûreté publique, recommandant aux étudiant(e)s d’éviter toute romance avec des étrangers. Ils seraient de potentiels espions, en quête de secrets d’Etat.

Un dernier élément de réponse peut résider dans la forte tension actuelle dans l’opinion, face aux scandales répétés  alimentaires, corruption et pollution. Braquer le projecteur sur une menace étrangère, est un moyen bien connu de détourner l’attention.

Eric Meyer (VdlC) pour lepetitjournal.com/shanghai Mercredi 19 avril 2017

Informations complémentaires :
Extrait du n°14 du 13/04/17 au 23/04/17
www.leventdelachine.com

Nouveau : L'application mobile du Vent de la Chine sur iPhone et sur Android

Lire ou relire les précédents VDC :

ENTREPRISE - Syngenta sous drapeau rouge

XI ET TRUMP - Après la hache de guerre, les jeux d’échecs

Explorer la rubrique Actualités Chine

 

 

 
Shanghai

EDUCATION - La langue de Lu Xun, vecteur d’intégration au Xinjiang (Le Vent de la Chine)

Depuis 2004, la Chine pratique le bilinguisme scolaire au Xinjiang dans 78% des établissements — système qui en vérité privilégie le mandarin sur le ouïghour (cinq matières dans l’un, seulement une dans l’autre). Mais il "intéresse" le jeune Ouïghour au résultat, lui octroyant jusqu’à 50 points supplémentaires au Gaokao (Bac) et aux concours de cadres, pourvu qu’ils le présentent dans la langue de Lu Xun.

HANGZHOU - Top 10 des bonnes adresses

À juste 200 km au sud de Shanghai, un week-end à Hangzhou est un incontournable et vous ne pourrez être que séduit par son vieux quartier, ses…
Actualité Chine

EDUCATION - La langue de Lu Xun, vecteur d’intégration au Xinjiang (Le Vent de la Chine)

Depuis 2004, la Chine pratique le bilinguisme scolaire au Xinjiang dans 78% des établissements — système qui en vérité privilégie le mandarin sur le ouïghour (cinq matières dans l’un, seulement une dans l’autre). Mais il "intéresse" le jeune Ouïghour au résultat, lui octroyant jusqu’à 50 points supplémentaires au Gaokao (Bac) et aux concours de cadres, pourvu qu’ils le présentent dans la langue de Lu Xun.
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine