Shanghai

TSAI EN AMERIQUE LATINE - Le bras de fer ! (Le Vent de la Chine)

Depuis mai 2016, le sort de Taiwan repose sur les épaules de Tsai Ing-wen, sa Présidente élue, du parti indépendantiste DPP. À l’issue de la guerre civile doublée d’un conflit mondial idéologique, l’histoire a voulu que Taiwan hérite de la Chine « nationaliste », tandis que le continent devenait en octobre 1949 « socialiste ». Depuis lors, Pékin réclame sans cesse le retour de sa « province rebelle ». Mais l’île aux richesses et aux libertés bien plus étendues que celles de Chine, se fait tirer l’oreille et s’ingénie à maintenir son indépendance de facto.

Le statu quo se fait précaire, à mesure que Pékin se réarme. D’ici 2020 on le sait, « la nouvelle grande muraille » – le surnom de l’Armée Populaire de Libération – recevra 233 milliards de $ en budget de fonctionnement, 60% de plus qu’en 2016 (146 milliards), ou le double de 2010 (123 milliards). C’est assez pour multiplier les constructions de porte-avions, sous-marins et avions furtifs. En septembre 2016 l’état-major taïwanais croyait l’APL capable de reconquérir le territoire insulaire par la force, à partir de 2020… Manifestement Xi Jinping a mal supporté la défaite électorale du nationaliste Ma Ying-jeou qui était en faveur de la réunification — il perd patience.

Depuis, la Chine fait pression sur les instances internationales pour qu’elles refusent la présence de délégués taïwanais. Elle vient de tenir de bruyantes manœuvres navales avec une flottille de soutien au porte-avions Liaoning à proximité de l’île nationaliste. Elle vient aussi de rafler à Taiwan, moyennant un gros chèque, son ambassade à Sao Tomé-et-Principe, un des plus petits États d’Afrique, au large du Gabon, et un des 21 qui reconnaissait encore la Chine « nationaliste » plutôt que celle « socialiste » !

Face à Xi Jinping, Tsai ne montre aucune peur et marche « droit dans ses bottes ». Le 31 décembre, durant ses vœux à la presse, elle a reproché à Xi de « reprendre le vieux chemin des menaces et de l’intimidation ». Elle a aussi promis de tenir le cap : « durant ce premier semestre qui s’annonce instable (avec l’arrivée du Président Trump), nous devrons nous concentrer sur la manière de faire face — et nous y arriverons ».

Une stratégie prudente, donc, en paroles. Mais en pratique, la Présidente se montre beaucoup plus audacieuse : dès l’annonce de la victoire de Trump, elle l’a appelé, et le Président-élu a pris l’appel, provoquant la fureur (théâtrale et parfaitement auto contrôlée) des maîtres de Pékin. Et le 7 janvier, elle s’embarquait pour un périple latino-américain entre quatre pays alliés (Honduras, Nicaragua, Guatemala et Salvador), assortie de deux escales aux États-Unis (Houston et San Francisco), en dépit des grondements de la Chine. Comme on le voit, la Présidente taïwanaise n’a pas froid aux yeux, et défend le statu quo d’indépendance de facto par tous les moyens.

Pékin de son côté, se réserve de punir l’insolence si elle se produit. Comme sanctions éventuelles, sont déjà citées dans la presse chinoise, de nouvelles manœuvres navales à proximité, « pour voir les dégâts qu’elles causent », un renforcement de la campagne d’isolation diplomatique de l’île, et l’interdiction aux continentaux de passer des vacances à Taiwan. Tout cela ferait mal à la population insulaire, mais moins que la perte de ses libertés et de son mode de vie. Par le passé, il faut enfin le rappeler, cette société civile a toujours fait front, derrière son leader, lors des successifs bras de fer engagés par le géant continental.

Eric Meyer (VdlC) pour lepetitjournal.com/shanghai Mercredi 11 janvier 2017

Informations complémentaires :
Extrait du n°1 du 9/01/17 au 15/01/17
www.leventdelachine.com

Nouveau : L'application mobile du Vent de la Chine sur iPhone et sur Android

Lire ou relire les précédents VDC :

SECURITE ALIMENTAIRE - La Blockchain au secours du porc

DÉMOGRAPHIE – Une bonne et une mauvaise nouvelle

Explorer la rubrique Actualités Chine  

 

 

 

 
Shanghai

HANGZHOU - Top 10 des bonnes adresses

À juste 200 km au sud de Shanghai, un week-end à Hangzhou est un incontournable et vous ne pourrez être que séduit par son vieux quartier, ses temples historiques, son subtil art de vivre et le célébrissime Lac de l’Ouest, quintessence de la beauté classique chinoise. « Il y a le paradis au ciel. Et sur terre, il y a Hangzhou et Suzhou » a écrit le poète Chaoying, sous la dynastie Tang (1279-1368). Voici notre top 10 des essentiels à faire pour…
Actualité Chine

HANGZHOU - Top 10 des bonnes adresses

À juste 200 km au sud de Shanghai, un week-end à Hangzhou est un incontournable et vous ne pourrez être que séduit par son vieux quartier, ses temples historiques, son subtil art de vivre et le célébrissime Lac de l’Ouest, quintessence de la beauté classique chinoise. « Il y a le paradis au ciel. Et sur terre, il y a Hangzhou et Suzhou » a écrit le poète Chaoying, sous la dynastie Tang (1279-1368). Voici notre top 10 des essentiels à faire pour découvrir ce petit bijou de la culture chinoise !
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine