Trouver un emploi au Brésil : facile ? pas facile ? Ce qui est certain, c’est que les recruteurs brésiliens ont une approche très différente de nos standards européens, c’est pour cela que la moitié des candidats finissent par renoncer à ce projet. Voici quelques conseils

Etes-vous fait pour le Brésil ?
Déjà posez-vous cette question avant d’entreprendre quoi que ce soit car si vous foncez tête baissée sur les annonces sans connaître l’histoire de ce pays et ses contraintes, vous allez tout droit vers certaines déconvenues. Or votre temps est précieux !

La barrière de la langue, pas de portugais pas de Brésil
Il est recommandé d’avoir un niveau intermédiaire en portugais pour commencer à prospecter. Si le recruteur vous appelle et que vous ne comprenez pas un mot de ce qu’il raconte, je vous laisse deviner quelle va être sa décision. Même les filiales françaises sont composées d’une grande majorité d’employés brésiliens.



Ne serait-ce que pour votre intégration, un rudiment de portugais s’impose, ne perdez pas de temps pour commencer. Même si l’apprentissage est relativement facile, il vous faudra 3/4 mois pour commencer à suivre une conversation. 


Les aléas de l’administration brésilienne
Faites un tour sur les nombreux forums traitant le sujet et vous allez vite vous rendre compte que le Brésil est un peu le miroir aux alouettes, mais que rien n’est impossible. Il vous faudra une certaine dose d’acharnement qui pourrait en décourager plus d’un.

Attention à l’image du Brésil que donnent les médias
Soit les favelas soit la plage… entre les deux il y a São Paulo.
 Et peu de Français connaissent vraiment cette ville avant de s’expatrier, pourtant c’est là que se trouvent la plupart des emplois à pourvoir. Mon conseil, si vous en avez l’occasion pour des vacances une semaine ou deux, prenez le pouls de la ville pour voir comment vous vous y sentez hors des circuits touristiques.

 Pour ceux qui voudraient tenter l'aventure à Rio de Janeiro, certes la plage est bien là, mais la tâche n'est pas plus aisée que dans la capitale pauliste...

Les secteurs qui recrutent, quelques indications
Tous les acteurs du marché de l’emploi au Brésil s’accordent à dire que depuis fin 2011, il est devenu de plus en plus difficile de décrocher le sésame, un emploi bien rémunéré. 

Un ingénieur débutant peut espérer entre 4.000 et 5.000 R$ à São Paulo ou Rio de Janeiro, mais cela peut vite grimper si la compétence s’avère indispensable à l’entreprise.



Malgré de gros efforts depuis ces 5 dernières années, le Brésil manque tout de même cruellement d’ingénieurs qualifiés, ayant des connaissances techniques applicables sur site :
- Ingénieurs pétro-chimiques
- Ingénieurs du bâtiment
- Ingénieurs de développement informatique

Si vous avez une expérience dans les domaines cités ci-dessus, vous avez déjà 80% de chance de trouver un emploi assez rapidement, même sans visa pour un salaire, compris entre 6.000 et 15.000 R$ suivant votre expérience. 

En effet, les Brésiliens sont ouverts et apprécient notre manière de travailler et aiment bien la mixer avec d’autres employés brésiliens. Mais n’arrivez pas avec l’idée que l’on vous attend comme le messie et que vous en savez plus que les Brésiliens. 

Le Brésil a rattrapé, voire dépassé, son retard dans beaucoup de domaines.

Les besoins des groupes français au Brésil
Les entreprises françaises qui ont leur filiale au Brésil, recherchent le plus souvent :

- Des contrôleurs financiers
- Des développeurs informatique ou ayant une connaissance sur un logiciel spécifique tel que SAP…

Pour les jeunes diplômés, il est conseillé de commencer par un stage dans le cadre d’un visa VITEM IV étudiant. Si le stage est réussi dans une entreprise en cours de recrutement, vous aurez de grandes chances d’être embauché en contrat indéterminé par la suite. Pour se faire, il faut trouver une université brésilienne qui vous cooptera dans votre stage, qui se fera alors en alternance. Cela implique de s’y prendre à l’avance et de travailler ce projet sur du long terme.



Rien que pour le visa, prévoyez entre 3 et 4 mois de démarches administratives. 

Pour le diplôme d’ingénieur obtenu en France, celui-ci n’est pas valable au Brésil, vous ne pourrez donc pas signer les documents officiels, la profession étant très règlementée au Brésil. Même si cela n’empêche pas les bâtiments de s’effondrer ou d’être construits en dépit du bon sens…



Pour les équivalences de diplôme, c’est un peu le parcours du combattant : en résumé, il faut refaire le cursus d’étude. Avis aux plus courageux pour un jeu qui n’en vaut pas vraiment la chandelle…



Julien ONNEN (www.lepetitjournal.com - Brésil) mardi 13 novembre 2012

Retrouvez tous les articles de Julien Onnen sur son blog expatbresil.fr

A la une

VIVRE EN FAMILLE - Une association française prix Balzan pour l'humanité

L’association française "Vivre en Famille" a reçu le prix Balzan pour l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples, au Palazzo del Quirinale, en présence de Giorgio Napolitano, président de la République italienne. Une reconnaissance pour cette ONG qui se bat pour les adoptions d’enfants handicapés, mais aussi pour garantir des lieux d’accueil, des écoles et des centres de soins en Afrique.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Turin - actualité italie

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement…
Sao Paulo - Actualité Brésil

LANGUE - Parlez-vous le portunhol sauvage ?

Le portunhol, nouvel idiome, mélange d’espagnol et de portugais mâtiné de guarani ou d’anglais met son poil à gratter canaille dans les…
Cambodge - Actualité

PSAR CHAS – Et maintenant ?

La municipalité semble vouloir agir rapidement alors qu’un élan de soutien se met en place pour collecter des fonds.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Vilard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger

JACKY DEROMEDI – Des chantiers de Singapour au Sénat

Jacqueline Deromedi, que les Français de Singapour connaissent bien, vient d’être élue sénateur. Le parcours de cette femme entrepreneur, engagée et élégante, qui n’a pas vraiment cherché à faire carrière dans la politique, détonne au Palais du Luxembourg
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XIVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.