Lepetitjournal.com a pris l'habitude de vous expliquer régulièrement des expressions brésiliennes. Une nouvelle rubrique lancée en partenariat avec l'Alliance Française de São Paulo se charge désormais d'éclaircir les mystères de la langue française. Cette semaine, décortiquons l'expression “faire le buzz”

“Comment faire le buzz sur Internet ?" Voici un exemple d’emploi de cette expression récemment intégrée à la langue française. Mais, comment définir un buzz ? Il s’agit, comme vous l’avez sans doute deviné, d’une onomatopée empruntée à l’anglais qui reprend le bourdonnement d’un insecte. Une référence aux rumeurs créées autour d’un événement, à la propagation rapide d’un message, objetif majeur du "marketing viral".

Mais quelle différence pourrions-nous identifier par rapport au vieux "bouche à oreille" ? Eh bien, ce sont surtout les moyens de démultiplication du message qui changent : nous passons des conversations entre amis et collègues à des posts sur les blogs, à des "shares"  (partages) et à des "j’aime ça" sur les réseaux sociaux, à des envois par mail. D’après Yvan Amar, spécialiste du Centre national de Documentation Pédagogique, on passe du "bouche à oreille" à "de l’oeil au clavier", puisque Internet et toutes ses possibilités de communication sont le territoire privilégié du "buzz".

Le "bouche à oreille" de l’ère du numérique
Le "buzz" serait donc le "bouche à oreille" de l’ère du numérique, du l’ère du Web 2.0. Dans ce contexte, l’anglicisme serait-il justifié ? Ce n’est pas l’avis des organisateurs et des participants au concours "Franco mots" qui a proposé il y a quelques années la création de traductions françaises pour des anglicismes tels que "buzz", "chat", "talk" ou "newsletter".

Quoi qu’il en soit, l’expression est fréquemment utilisée en France, comme nous pouvons le constater à la lecture de nombreux articles qui expliquent comment mettre en place cet effet tellement recherché par des internautes et des entreprises. Un exemple ? "Les 7 règles pour faire du buzz sur internet", publié par l’hebdomadaire L’Express.

Bref, si cette rubrique vous a plu, n’hésitez pas à la recommander à vos amis et à créer "un buzz", à votre tour !
Lucia Claro, Alliance Française de  São Paulo (www.lepetitjournal.com) jeudi 8 novembre 2012

Relisez les articles sur la langue de Molière de l'Alliance, qui expliquaient les origines des mots:
"Silhouette" et "Béchamel", "Un froid canard", ou encore "Avoir du chic".




A la une
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie