"Pauvre Niagara !", se serait exclamé Eleanor Roosevelt à la vue des chutes d'Iguaçu. Époustouflant serait sans doute l'adjectif le plus adéquat, mais il est dur de décrire ce que l'on ressent face à une telle puissance. A la frontière entre le Brésil, le Paraguay et l'Argentine, trois jours sont nécessaires au minimum pour visiter Foz de Iguaçu, les deux premiers au moins consacrés aux cascades. 

Une très belle légende tupi-guarani raconte l'origine de ces incroyables cascades. Il y a longtemps, le fleuve Iguaçu ("grandes eaux") était sans précipitations. Sur les rives vivaient les Indiens caingaganques, dont le protecteur était M'Boy, dieu-serpent. Il voulait épouser une belle jeune fille du village, Naipi. Mais celle-ci était amoureuse d'un mortel, Tarobá avec qui elle tenta de s'enfuir en canoë. Furieux, M'Boy créa les énormes chutes dans lesquelles les amants périrent. Tarobá fut transformé en palmier sur le bord du précipice et Naipi en pierre en bas de la cascade, constamment fouettée par les eaux. Ainsi, les deux amants étaient condamnés pour l'éternité à se voir sans pouvoir se rejoindre.

Les chutes, côté argentin (photo LPJ)Plus impressionnantes que Niagara ?
Avec 275 cascades sur plus de 2,7 km, les chutes d'Iguaçu sont plus larges que les chutes africaines de Victoria connues comme les plus grandes du monde (1,6 km de large – 100 mètres de haut). Les cascades brésiliennes font en moyenne 60 mètres, mais la plus haute dépasse les 80 mètres. La Gorge du Diable (Garganta do Diabo), en forme de U, fait 82 mètres de haut et s'étend sur 700 mètres, offrant un spectacle inoubliable. En terme de débit, Iguaçu se positionne derrière Niagara avec une moyenne de 1.746 m3/s.

Encadrées par une riche végétation tropicale, les chutes d'Iguaçu offrent un panorama inimaginable de cascades à perte de vue. Très bien aménagées, elles permettent au visiteur de profiter pleinement du lieu, et ce avec deux grands points de vue.

La gorge du diable (photo LPJCôté brésilien ou argentin ?
Pour un week end pas cher au coeur de la végétation tropicale, ne choisissez plus entre l'Argentine et le Brésil. A cheval sur la frontière, les chutes sont accessibles des deux côtés. Chacun est très différent et vaut le détour. Il serait dommage de ne pas prendre le temps de visiter les deux. Le parc argentin est composé de trois parties : une haute, une basse et la Gorge du Diable. Un petit train amène les visiteurs jusqu'à une longue passerelle qui permet de traverser fleuve pour accéder jusqu'à cet endroit époustouflant, surplombant les chutes. Du côté brésilien, on se trouve en bas des chutes et des passerelles amènent à quelques mètres seulement. Pensez à vous munir d'imperméables, de crème solaire et de répulsif. De bonnes chaussures sont également indispensables.

Les deux parcs œuvrent pour la protection de la biodiversité de la zone et sont classés au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1984 et 1986. De nombreuses espèces d'oiseaux et de grands mammifères vivent dans cet espace préservé de mata tropical. Vous croiserez sûrement lors de vos balades un coati très gourmand.

Mais les chutes, aussi belles soient-elles, ne sont pas la seule attraction de la région. Rendez-vous dans un second article consacré au Barrage Itaipu et au Parque das Aves (parc aux oiseaux), pour compléter votre séjour dans la région.

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – Brésil) Jeudi 18 Juillet 2013

Foz de Iguaçu dispose d'un petit aéroport, vols depuis Buenos Aires. Il est possible de survoler les chutes en hélicoptère, ainsi que d'approcher des chutes en bateau.
Site d'information argentin : http://www.iguazuargentina.com/espanol/

A la une

JACK MA - Le nouvel homme le plus riche d'Asie

Signe des temps et de la nouvelle puissance du continent, Li Ka-shing n’est plus l’homme le plus riche d’Asie. Selon l’agence Bloomberg, le tycoon hongkongais, qui détenait ce titre depuis le 5 avril 1992, vient d’être détrôné par le pionnier du web chinois, Jack Ma, fondateur du site Alibaba.com, dont la fortune est estimée à 28,6 milliards de dollars. Un article de notre édition de Hong Kong
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Appel à candidatures

Vous résidez à l'étranger? Vous avez un parcours hors du commun? Le 17 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez !
Expat
Expat - Emploi

FRANÇAIS À L'ÉTRANGER – Quand les entreprises protègent leurs salariés

Certains travaillent au large du Libéria sur des plateformes pétrolières, d’autres sont basés en Afghanistan pour le compte d’ONG ou encore dans des zones reculées de l’Inde pour gérer l’exploitation de centres de production. Tous sont des expatriés. Ils vivent dans des situations parfois extrêmes. Leurs employeurs en sont conscients et bien souvent font appel à des prestataires extérieurs pour assurer leur sécurité. Rencontre avec International SOS & Control Risks
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2015. La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, attendue début 2015, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Francophonie

FRANCOPHONIE – LE XVe Sommet à Dakar

Le 15e Sommet de la Francophonie se déroule à Dakar du 29 au 30 novembre. Les chefs d’État et de gouvernement de l’OIF se réunissent pour définir les prochaines orientations de la Francophonie, statuer sur l’admission de nouveaux pays membres et élire le prochain Secrétaire général de la Francophonie. Invité de France 24, RFI et TV5 Monde, François Hollande a tenu à rappeler que la France était "au service de la francophonie".