São Paulo

ESCAPADE - Un week-end à Penedo

Penedo est un petit village – en réalité un quartier de la ville d’Itatiaia – situé au pied des montages du parc national d’Itatiaia, à l’extrême ouest de l’Etat de Rio de Janeiro. Unique colonie finlandaise du Brésil, c’est le lieu idéal pour un week-end au frais. Petite visite.

Situé à quelques heures de route de Rio de Janeiro et un petit peu plus de São Paulo, Penedo est l’un de ces lieux "montagnards" prisés des citadins brésiliens cherchant à fuir aussi bien le tumulte de la ville que sa chaleur.

C’est là qu’a débarqué en 1929 l’idéaliste finlandais Toivo Uuskallio avec une centaine de compagnons végétariens et amoureux de la nature dans le but d’y fonder une petite communauté utopiste. Selon Toivo Uuskallio, c’est Dieu qui lui a désigné cet endroit, occupé par une magnifique fazenda construite en 1836 – encore visible, produisant successivement du café et du bétail avant de devenir un lieu de retraite pour les moines du monastère de São Bento, à Rio.

Quand ils sont arrivés Toivo Uuskallio et ses camarades ont acquis la fazenda, mais n’ont ainsi trouvé qu’un large terrain nu, épuisé par les plantations et l’élevage. Ils ont alors entrepris de cultiver de nouveau et surtout de replanter toute la végétation perdue. Jusqu’aux années 1960, Penedo recevait ainsi des familles finlandaises venues tenter leur chance au Brésil avant que cette immigration ne se fasse plus rare et aujourd’hui, il reste très peu de descendants de ces pionniers.

Spécialités finlandaises et nature luxuriante
Aujourd’hui, cette colonie reste marquée par quelques bâtiments et maisons aux allures finlandaises ainsi que par un mini-village commercial finlandais au cœur de la rue principale, qui abrite notamment "la maison du père Noël". Le reste du hameau a été envahi peu à peu par les pousadas, les restaurants en tous genres – la truite est la spécialité locale – et les boutiques d’artisanat.

Outre les animations du centre-ville ainsi que le petit musée finlandais (10 reais l'entrée), c’est surtout dans les alentours que vous trouverez des attractions. Le hameau est alimenté par le rio das pedras, descendant de la montagne et comportant sur son chemin trois cascades principales. Elles sont à découvrir à pied, à cheval, en quad ou en jeep. Nous avons choisi la dernière option (70 reais les deux heures), la plus commode par temps pluvieux.

Trois chutes d’eau magnifiques
La cascade la plus élevée a été baptisée Três Bacias en raison de ses trois roches arrondies successives sur laquelle l’eau de la rivière se déverse. Elle débouche, un peu plus bas, sur le poço das Esmeraldas, magnifique petite piscine naturelle. En descendant encore un peu, on tombe sur la deuxième cascade, la plus impressionnante, la cachoeira de Deus et ses 15 mètres de hauteur. Enfin, encore plus bas l’on tombe sur les Três Cachoeiras qui, comme son nom l’indique, est constituée de trois petites cascades successives. L’espace est aussi assez grand pour pouvoir s’y baigner.

Enfin, quelques détails pratiques. Pour vous rendre à Penedo, si vous n’avez pas de voiture, un car (Cidade do Aço) vous y mène directement, en trois heures environ, depuis la gare routière de Rio pour une cinquantaine de reais (aller simple). Côté logement, il y a de tout : du camping à l’hôtel plus chic en passant par le chalet. Nous avons opté pour cette dernière solution : une pousada familiale fondée par une Française (Aconchegos Ile de France), en dehors du centre-ville, comportant plusieurs petits chalets, un grand jardin et une piscine. Par contre, sans voiture, l’usage du taxi est obligatoire (15 à 20 reais chaque trajet jusqu’au centre-ville). Pour vous nourrir, la gastronomie sur place est très variée - à des prix "touristiques", mais les plats à base de poissons des environs sont recommandés ainsi que le chocolat et glaces locales. 

Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 23 mars 2017

 
A la Une
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine